Révision de la constitution : Nago renvoie la discussion aux calendes grecques

Publié le par L'informateur

Le président Mathurin Nago était à l’institut Français du Bénin dans le cadre de la célébration de la semaine de la Francophonie. A la suite du spectacle de Raïssa Gbédji, le président de l’hémicycle s’est ouvert sur la révision de la constitution béninoise. Une question qui agite l’opinion nationale depuis des jours.

«On en reparlera » ainsi s’exprimait Mathurin Nago, président de l’assemblée nationale du Bénin le samedi dernier. A la question : quelle lecture le peuple doit faire du projet de loi sur la révision de la constitution  à l’assemblée nationale, le président de l’institution a éludé la question. De fait, le président de l’hémicycle béninois a renvoyé aux oubliettes une question d’actualité qui agite beaucoup de discussions et empêche nombre de concitoyens de dormir avec la révision de la loi fondamentale du Bénin.

Ce qui se dégage, c’est d’abord que selon le programme de l’assemblée nationale, cette session qui est en cours, ne pourra pas planchée sur la question. Toute initiative qui tend à donner raison aux hommes de l’opposition qui ont tôt fait d’alerter l’opinion publique sur une révision de la constitution précipitée.  A eux, s’étaient ajoutés des organisations de la société civile pour rappeler au pouvoir en place les aléas à vite procéder à la révision de la constitution.

La question s’est installée déjà entre le toilettage des textes et le changement de constitution. Le changement de constitution installerait l’avènement d’une nouvelle république ; ce qui divise bon nombre de constitutionnalistes sur le sujet. D’autres sont d’avis d’un toilettage de la loi fondamentale du Bénin. De fait l’opinion publique reste divisée sur l’avenir de la loi fondamentale du Bénin.

En Bref, la révision de la constitution n’est plus à l’ordre du jour à l’assemblée nationale. Si le projet existe toujours, il faudra prendre le temps de discuter avec les populations pour savoir les contours  à attribuer à la  nouvelle loi fondamentale.

Oswald DOSSEY

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article