Opposition au régime de Yayi : Guerre froide entre l’Un et le Prd

Publié le par L'informateur

Les deux principales composantes de l’opposition ne parlent plus le même langage. Les leaders de l’Un et les responsables du Prd se livrent, en sourdine, une guerre sans merci.

« Le Prd est une composante essentielle de l’opposition. Il doit assurer la veille de la politique du gouvernement. Il est un parti de paix, un parti libre et indépendant. Mais le Prd n’est pas un parti centriste », déclare le leader des « tchoco-tchoco » lors de l’université de vacances de son parti.

En clair, Adrien Houngbédji se réclame jusqu’à demain de l’opposition. Fort de  09 élus à l’Assemblée nationale, le Prd refuse qu’on lui colle l’éthique de centriste. Le  président du Parti du renouveau démocratique a déclaré, en son temps, son opposition au régime en place.

Sur la même lancée, l’Union fait la nation (Un) est une composante de l’opposition. L’Un, avec ses 18 députés au parlement, joue le rôle de contre-pouvoir. Le président de l’Un Bruno Amoussou et les siens ne cessent de dénoncer les dérives du chef de l’Etat.  Ils ne ratent aucune occasion pour donner des leçons de démocratie à Boni Yayi.

Le Prd et l’Un sont  deux forces politiques  de l’opposition. Encore que le Prd a participé à la création de l’Un. Mieux, Houngbédji s’est présenté, en 2011, à la présidentielle sous la bannière de l’Union fait la nation. « Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise », ont chanté le Prd et ses alliés. Ils ont vaincu la fatalité pour montrer à l’opinion leur union jusqu’à l’annonce du K.O de Boni Yayi.

Mais, œil pour œil, dent pour dent, tel se résument les relations entre les « unionistes » et les « tchoco-tchoco » sur l’échiquier politique national. Le temps de l’union est révolu. En politique, ce sont les intérêts qui comptent. Ce qui divise les « unionistes » aujourd’hui est plus fort  que ce qui les unit. Les deux clans opposants étalent leurs divergences au grand jour.

Le président de l’Un Bruno Amoussou a brillé, samedi 1er août,  par son absence à l’université de vacances du Prd. Idem pour  Lazare Sèhouéto, Eric Houndété et Kolawolé Idj qui se sont fait conter l’évènement. Ils ont rendu au Prd la monnaie de sa pièce.

L’absence de l’Un aux  assises du Prd s’inscrit dans la logique de l’absence répétée des « tchoco-tchoco » aux activités des « unionistes ». La naissance du Front citoyen unifié n’a pas eu droit aux couleurs de l’arc-en-ciel. On assiste à une forme, du tac au tac, dans les deux camps. Le combat des deux dinosaures de l’opposition n’est plus le même.  

Eu égard à tout cela, l’opposition est divisée autour du pouvoir Boni Yayi. Encore que la Rb a saisi à la va-vite la main tendue du chef de l’Etat. Le Prd est entre indépendance et rapprochement du régime. Comment les opposant vont-ils préparer, dans la division, la présidentielle de 2016?

Aziz IMOROU

Publié dans Politique

Commenter cet article