Sport

2e tour de l’Ufoa des clubs de football


Aspac Fc éliminé

Aspac

Les joueurs du Port Autonome de Cotonou n’ont pas  pu relever le défi de battre leur adversaire de Sharks de Port Harcourt du Nigeria hier au stade de l’Amitié de Kouhounou, dans le cadre du match retour du 2e tour du tournoi de l’Ufoa des clubs. Battue le dimanche 15 août dernier à Port Harcourt, au Nigeria par Sharks l’Association sportive du port de Cotonou devait passer un handicap de trois (3) buts. Défaits 4-1 à Port Harcourt lors de la phase aller du 2e tour du tournoi de l’Ufoa des clubs doté de la Coupe Eyadéma, les joueurs de l’Aspac et leur staff technique pensaient relever le défi de la qualification pour le tour suivant hier.

Mais, la bonne organisation tactique des Nigérians a eu raison des imprécisions des champions béninois qui ont produit une très mauvaise copie. Le public n’a pas reconnu son champion qui affichait un niveau de jeu très moyen où il n’y avait aucun engagement et aucune volonté de vaincre. Comme tétanisés par leur lourde défaite du match aller, les poulains d’Alain Gaspoz n’ont à aucun moment inquiété véritablement leurs adversaires qui ont même failli scorer, à plusieurs reprises. Aspac s’en sort avec un nul vierge de 0-0, grâce à son gardien. Ce score naturellement l’élimine de la suite de la compétition. Le Bénin vient ainsi de faire ses adieux à cette compétition cette saison.

 

Salim da SILVA

 

 

 

 

Ufoa/Aspac # Sharks dimanche


Aspac annonce les couleurs

 

« Nous sommes sûrs de gagner dimanche », dixit le président

Battue dimanche passé à Port Harcourt, au Nigeria par Sharks l’équipe de la localité, l’Association sportive du port de Cotonou entend relever le défi de la qualification pour le tour final dimanche prochain, au stade de l’Amitié de Kouhounou.

C’est la faveur d’une conférence de presse tenue dans la salle de conférence de la Direction générale du Port Autonome de Cotonou que les responsables administratifs et techniques de l’Aspac ont annoncé les couleurs du match retour. Le président de l’équipe, Claude Assangbè-Woto assisté de l’entraîneur adjoint, Emile Enassouan, du conseiller technique aux affaires sportives du Directeur général du port, Pierre Hinvi, du capitaine, du gardien de buts et du chef service communication a tenu à préciser les ambitions de l’Aspac qi est aujourd’hui, selon lui, la vitrine du Port de Cotonou à l’étranger. Pour lui, en effet, Aspac fait la promotion du Port de Cotonou, c’est pourquoi, malgré leur défaite 4-1 du match aller, la direction fait confiance aux joueurs et a mis tout à la disposition de l’équipe pour qu’elle gagne et continue l’aventure.

Avant lui, c’est l’entraineur adjoint Emile Enassouan qui fait le point du match aller. Selon le technicien, si l’équipe a perdu, c’est parce que malgré la préparation, il y a eu des impondérables : les joueurs étaient anxieux et avaient eu du mal à supporter la pression des joueurs adverses, du public et celle non moins importante des arbitres. Il affirme connaître maintenant l’équipe et avoir travaillé à corriger les erreurs pour assurer la victoire à Aspac dimanche. C’est pourquoi, à l’instar du président, le Direction des finances et de la comptabilité du Port, il exhorte le public à faire le déplacement pour porter l’équipe béninoise à la victoire.

Pierre Hinvi, le conseiller technique aux affaires sportives du Directeur général du port, le gardien Karim Mama et le capitaine Vincent Fanou ont fait montre du même optimisme et ont surtout appelé à la sortie massive du public pour les porter à la victoire ; vu que l’équipe se prépare bien. Le rendez-vous est donc pris pour dimanche au stade de l4amitié de Kouhounou pour un match plein et engagé au bout duquel Aspac promet sa qualification au tour prochain de la Coupe de l’Union des fédérations ouest-africaine de football (Ufoa).

 

 

 

Tournoi de la solidarité 


Les résultats et la programmation

 

Le tournoi de la solidarité de handball a démarré depuis lundi à Lomé, le Bénin y prend part avec ses équipes masculine et féminine. A ce jour, la sélection béninoise peine à décoller. Seule la sélection féminine béninoise a signé une victoire contre le Mali.

 

Les groupes

Hommes

Poule A:   Togo, Burkina, Ghana, Mali

Poule B :    Benin, Nigeria, Niger, Côte d’Ivoire

 

Dames

Poule A : Togo, Côte d'ivoire, Niger

Poule B:  Benin, Mali, Burkina, Ghana

 

Résultats

Lundi 16 août

Dames 

Togo #Niger: 3-1

Hommes 

Togo # Burkina: 3-0

 Nigeria # Bénin:  3-0

 Ghana # Mali:   3-0

 

Mardi 17 août

Dames

Burkina # Ghana: 3-1

Benin # Mali: 3-1

Côte d’Ivoire # Niger  3-0

 

Hommes                

Côte d’Ivoire # Le Niger : 3-1

Togo # Mali: 3-0

Ghana # Burkina: 3-0

 

Mercredi 18 août

Dames    

Ghana # Bénin  3-0

Côte d’Ivoire  #  Togo  3-1

Burkina  # Mali   3-0

 

Hommes  

Côte d’Ivoire # Bénin: 3-1

 Togo # Ghana : 3-0

 Nigeria #  Niger : 3-1

 

 

Suite  du programme

Jeudi  19 août

 Hommes   

Burkina - Mali         

Benin-Niger        

Nigeria - Côte d’Ivoire

 

Dames   

Ghana - Mali

 Burkina - Benin

 

Vendredi 20 août

 Match de classement à partir de 7 h

Le soir demi-finale

 

Samedi  

15h : Finale Dame

16h30 : Finale Hommes

 

 

 

 

Bénin # Rwanda


Quels Ecureuils pour quel entraîneur ?

 

Plus que trois semaines et les Ecureuils du Bénin affronteront les Rwandais  pour le compte de la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations Gabon/Guinée-Equatoriale 2012. A trois semaines d’un match aussi important, la sélection béninoise est toujours officiellement sans entraîneur. Certes, la fédération béninoise de football a démarché le technicien français Jean-Marc Nobilo, mais à ce jour et quoique présent à Cotonou, il est toujours sans contrat. Qui sait peut-être que dans les heures à venir ce sera chose faite mais pour l’heure, il est en promenade à Cotonou tant qu’il ne peut agir officiellement.

Dans ces conditions, on se demande bien avec quelle équipe le Bénin va recevoir le Rwanda qui n’est plus une petite Nation de football. On se demande aussi qui finira bien accompagner le Bénin pour ce match. Si on sait que des entraîneurs aussi charismatiques que Goran Erickson qui a pris la Côte d’Ivoire à environ un mois du mondial, avec son pléthore de stars, est passé à côté du mondial, on se rend compte que la tâche ne peut être facile pour un entraîneur qui n’a encore aucune expérience de l’Afrique et qui viendrait faire ses premières armes africaines et à la tête d’une sélection nationale au Bénin. Encore une fois, on veut sacrifier le football béninois sur l’autel des intérêts personnels égoïstes. La fédération n4a pas encore réglé le problème des joueurs. Elle n’a pas encore recruté officiellement un entraîneur. Elle v faire jouer le Bénin comment ? La fédération et le ministère des sports seront les seuls responsables des désagréments qui découleraient de cette lenteur à recruter un entraîneur.

Si le ministre des sports n’est pas prêt à faire recruter un entraîneur dont il ne maîtrise rien de la procédure de recrutement, s’il ne veut engager l’Etat dans une aventure qu’il ne maîtrise pas, c’est de sa responsabilité et c’est un devoir. Mais si tel était le cas, qu’il le dise à la fédération pour que cette dernière situe au plus sur le choix du technicien qui prendrait éventuellement la sélection nationale béninoise. Une perte de temps pourrait se retourner contre lui. En voulant bien faire, il pourrait se retrouver dans la peau du coupable.

 Salim da SILVA

 

 

 

16e édition du tournoi de la solidarité


Le Bénin déjà à Lomé

 

 

Comme chaque année, le Bénin participe presque toujours au tournoi de la solidarité de volley-ball. Cette année, la tradition sera encore respectée. Les équipes nationales masculine et féminine de volley-ball sont à Lomé, capitale togolaise où se déroule la 16e édition de cette compétition qui regroupe les pays francophones de l’Afrique de l’ouest. Ainsi, depuis le week-end et ce jusqu'au 22 août prochain, les Béninois tenteront de ramener à Cotonou les deux trophées en jeu.

Il faut dire la sélection masculine est conduite par Adam Kpenou et Roger  Gahounga alors celle des dames est amenée par Bona  da Sylva  et Chaffa  Félicien. Les officiels qui accompagnent la délégation sont : Kouandete Eric (Chef de délégation),  Tabe  Mounirou, (Tg  Fbvb),  Fanou  Louis   (Arbitre), Mme Guedegbe Raimath   (Arbitre), Houndjo    Jules     (Soigneur)

 

Salim da SILVA

 

Hommes

1 Jawal Tabe

2   Saleck  Tabe

3   Lucien Assogba

4    Calixte  Koumolou

5     Thomas  Koumolou

6    Raimou    Moukaila

7    Mohamed  Moukaila

8    Gerald  Hounkidet

9   Jacques  Behanzin

10   Arnauld   Gnonhoue

11    Faical   Tamou

12    Bachirou   Ale

Coachs:   Adam Kpenou        Roger  Gahounga

 

Dames:

1    Caroline  Atioukpe

2    Estelle  Atioukpe

3    Wakila  Mama Chabi

4    Parfaite   Gazard

5    Nadege   Aicheou

6   Mathilde  Eklou

7  Paullete Akilolou

8   Isabelle  Agondjote

9   Ismath  Suanon

10   Floriane  Amegnaglo

11   Adelaide T.

12   Irene  Dossou Yovo

Coachs:   Bona  Da Sylva      Chaffa  Felicien

 

Officiels:

1   Kouandete Eric (Chef de délégation)

2   Tabe  Mounirou      (Tg  Fbvb)

3   Fanou  Louis   (Arbitre)

4  Mme Guedegbe Raimath   (Arbitre)

5   Houndjo    Jules     (Soigneur)

 

 

Retour des anciens bannis en sélection nationale


Un gros travail pour la fédération

 

Les éliminatoires de la prochaine coupe d’Afrique des nations, Gabon/Guinée-Equatoriale 2012 démarrent dans le premier week-end du mois de septembre de cette année. Si on compte bien, la phase éliminatoire de Gabon/Guinée-Equatoriale 2012 démarre dans au plus vingt cinq (25) jours. Vingt cinq jours et le Bénin n’a toujours pas officiellement un entraîneur pour son équipe nationale sénior. Hier, face au Mena du Niger, c’était Moïse Ekoué, directeur technique national intérimaire qui assurait encore l’intérim à ce niveau aussi. Le technicien français pressenti jouait au superviseur, dans les tribunes. Espérons que ce ne soit un pétard mouillé. Il semble bien qu’on en est bien loin. Mais si de ce côté les choses se mettent en place, au niveau des ex-bannis de la sélection nationale, rien n’est sûr.

La fédération béninoise de football qui a pris sur lui de les exclure de la sélection nationale après la Coupe d’Afrique des Nations Angola 2010 et les a réintégrés doit savoir qu’il ne suffit pas de dire qu’ils sont réintégrés pour les voir répondre présents au prochain appel. Ce serait l’idéal. Mais ce serait aussi trop beau. L’exclusion de ces joueurs a créé des frictions et des frustrations de part et d’autre qu’une convocation en équipe nationale et une charte ne gommeraient pas. Il y a donc des actions souterraines que le comité exécutif de la fédération béninoise de football devrait commencer par mener en direction des uns et des autres, avant même que l’invitation et la convocation des joueurs réintégrés ne leur parviennent.

Il y a besoin de dialogues et d’échanges d’abord au sein des ex-bannis dont l’union a certainement pris un coup dans cette affaire et qui ont besoin de recommencer à se faire confiance. Ensuite entre les ex-bannis et le comité exécutif de la fédération pour rétablir un climat de paix et une sérénité qui rétablissent le respect de l’autorité et de la place les uns des autres. Enfin entre les ex-bannis, le comité exécutif, le ministère des sports et le nouveau staff technique qui va prendre les rênes de l’équipe pour créer une bonne ambiance de travail et surtout recadrer les uns et les autres sur les objectifs réels et les ambitions de la fédération béninoise de football et donc du football béninois.

Si ce travail de base réel n’a pas encore commencé, il serait temps que le comité exécutif le fasse. C’est le seul moyen de situer les uns et les autres sur l’enjeu et de créer un climat sein qui évite des suspicions et des supputations qui laissent vivaces certaines blessures intérieures mal cicatrisées qui pourraient mettre à mal la cohésion du groupe et les relations avec leurs responsables à divers niveaux. Avant d’être convoqué, chaque joueur doit déjà savoir à quoi s’attendre et sur quel pied danser. Il ne s’agit pas de menacer ou d’intimider ; il ne s’agit pas non plus de s’ériger en despotes mais de poser clairement les problèmes et de trouver ensemble les solutions qui arrangent tout le monde et surtout le football béninois. Avant même de nommer un nouvel entraîneur, si on veut réellement que les ex-bannis reviennent et qu’ils forment avec les locaux une équipe véritablement nationale, c’est ce qu’il faut faire.

En subordonnant son retour en sélection à une réflexion, Stéphane Sessegnon qui intervenait sur Rfi, lundi dernier, a normalement tendu la perche à la fédération pour reposer sans passion les problèmes, avec les joueurs, loin des cameras et des micros pour trouver les solutions justes et opérationnelles qui vont au-delà de la charte et règlent définitivement les problèmes en équipe nationale.

Salim da SILVA

 

 

 

Préparation des éliminatoires de la Can 2012


Les Ecureuils face au Ménard du Niger à Porto-Novo ce soir

Dans le cadre de la première journée Fifa de la nouvelle saison sportive, et surtout pour bien aborder les prochaines éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de football, Gabon/Guinée-Equatoriale 2012, plusieurs équipes nationales africaines disputent des matches amicaux internationaux. C’est le cas du Bénin qui reçoit le Niger.

Demain, au stade Charles Degaulle de Porto-Novo, les Ecureuils locaux vont croiser les Ménard du Niger. Comme la plupart des Nations africaines en lice, le Bénin aussi va profiter pour faire des réglages avant le premier match des éliminatoires de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. Si on peut avancer que la majorité des équipes nationales qui jouent ont déjà des équipes constituées, ce n’est pas le cas du Bénin qui continue de se chercher. En l’absence d’un entraîneur à la tête de la sélection béninoise, on se demande à quoi ce match va servir, surtout si le Bénin devrait compter avec les internationaux réintégrés qui n’ont plus joués ensemble depuis un certain temps. La tâche semble bien compliquée pour le prochain entraîneur.

Jean-Marc Nobilo, si c’était lui qui finissait par être accepté, devrait déjà savoir qu’il a du pain sur la planche. Le travail ne sera pas aisé. Des contradictions viendraient même du côté des responsables fédéraux et ministériels pour lui mettre du plomb dans l’aile. De toutes manières, si Nobilo qui est pressenti était dans les tribunes ce soir, il devrait déjà commencer par se faire une idée des locaux. Il devrait commencer aussi par demander conseils à son compatriote Michel Dussuyer sur la mentalité dans le milieu ; cela lui permettrait d’éviter des erreurs.

Salim da SILVA

Les matches

Mardi 10 août :

Italie – Côte d’Ivoire à Londres

Mercredi 11 août :

Algérie – Gabon à Alger

Burkina Faso – Congo à Paris

Malawi – Botswana à Blantyre

Tchad – Tunisie à N’Djamena

Angola – Uruguay à Lisbonne

Pologne – Cameroun à Szczecin

Corée du Sud – Nigeria à Suwon

Mali – Guinée à Marseille

Afrique du Sud – Ghana à Johannesburg

Arabie Saoudite – Togo à Riyad

Ouganda – Zambie à Kampala

Mozambique – Swaziland à Maputo

Egypte – RDC au Caire

Mauritanie – Palestine à Nouakchott

Sénégal – Cap-Vert à Dakar

Tanzanie – Kenya à Dar es Salaam

 

 

Afrobasket masculine et jeux africains 2011


La sélection béninoise à Lomé pour son billet

 

La prochaine coupe d’Afrique des Nations de basket-ball se jouera en 2011 en Côte d’Ivoire qui, en tant que pays organisateur est déjà qualifiée pour cette compétition. Comme les éliminatoires se font par zone, il reste donc à la Zone 3 de donner ses autres pays qualifiés, après la qualification d’office due la Côte d’Ivoire. Pour prendre part à cette compétition qualificative à la Coupe d’Afrique masculine des Nations de basket (Afrobasket) la délégation béninoise est déjà à Lomé pour les éliminatoires de la zone 3 qui se tiennent à Lomé du 10 au 16 août.

Ainsi, aux côtés des sélections nationales togolaise, nigériane et togolaise, la sélection béninoise va se battre pour obtenir son billet qualificatif autant pour la Coupe d’Afrique masculine des Nations de basket (Afrobasket) que pour les prochains jeux africains. Le tournoi qui se tient actuellement à Lomé qualifie, en effet pour deux compétitions. La première sélection d’entre ces Nations est qualifiée pour les prochains jeux africains et les deux suivantes, avec elle, sont qualifiées pour la Coupe d’Afrique masculine des Nations de basket (Afrobasket 2011). De fait, les Ivoiriens sont à Lomé dans le but d’arracher la première place qualificative pour les jeux africains, vu qu’ils sont déjà qualifiés pour la Coupe d’Afrique masculine des Nations de basket (Afrobasket 2011), en tant que pays organisateur.

 

 

Salim da SILVA

 

 

 

 

 

Eliminatoires championnat d’Afrique U-20 : Les juniors béninois passent au tour suivant


Après leur match nul 0-0, il y a deux semaines au stade René Pleven d’Akpakpa, les Ecureuils juniors du B2nin ont créé la sensation en allant obtenir, hier, à Ouagadougou, leur qualification pour le tour suivant des éliminatoires de la Can junior 2011.

 

Mal préparée, l’équipe junior béninoise montée à quarante huit heures du match aller du premier tour des éliminatoires du championnat d’Afrique des Nations junior n’était pas donnée favorite. Mais hier, après un match retour qui é été à son avantage, elle se qualifie, à la surprise générale, au tour suivant de la compétition.

Personne ne donnait chère la peau de l’équipe béninoise au Burkina Faso. Il est vrai que certains analystes ont avancé, il y a deux semaines que le match n’arrangeait aucune des équipes. Hier, au terme du match retour, ce sont les Ecureuils juniors qui ont obtenu leur billet pour la suite des éliminatoires. Après avoir contenu leurs adversaires décidés à gagner la partie, après les avoir contraints au nul vierge 0-0, à Cotonou, il y  a deux semaines, les juniors béninois qui ont réussi un beau match nul vierge de 0-0 aussi, en terre burkinabé, ont mis la chance de leurs côtés en étant plus adroits que leurs hôtes qu’ils ont dominé aux tirs aux buts.

Après le second nul qui a sanctionné le match. Les deux équipes qui s’affrontaient devraient se départager aux tirs aux buts pour déterminer le qualifié pour le tour suivant. Lors de cet exercice, les Béninois ont été plus adroits que leurs adversaires qu’ils ont battu 2-4. Avec ce résultat, le Bénin, malgré l’absence de soutien de l’Etat continue l’aventure des éliminatoires.

 

La victoire qui cache les égarements

Qu’on qualifie de victoire volée, celle obtenue par les juniors béninois dimanche soir à Ouagadougou ne devrait étonnée que peu de personnes. Le Bénin est, en effet, le seul pays en lice à avoir construire son équipe en moins de six mois du début des éliminatoires. On a de la peine à croire que cette équipe est allée faire une victoire à l’étranger. Mais c’est fait. Félicitations donc aux joueurs qui ont réussi à faire valoir leurs qualités. C’est la preuve que le football béninois peut donner des résultats si le travail commence à la base. Cette victoire est l’arbre qui cache la forêt de la mauvaise organisation et de l’amateurisme qui continuent de caractériser le football béninois. Sans avoir jamais souhaité une élimination précoce des juniors béninois, on peut être honnête pour constater que  c’est quasiment une victoire volée aux Etalons juniors qui ont préparé ces éliminatoires durant des mois. Au-delà des qualités techniques des jeunes béninois, il faut repenser les questions d’organisation et de préparation des équipes nationales. Mieux, l’Etat doit s’impliquer ou démissionner officiellement en retirant les équipes béninoises.

Salim da SILVA

 

 

 

 

 

Eliminatoires de la Can junior 2011


Le Bénin contraint au nul par le Burkina

 

(Difficile match retour pour les Ecureuils juniors)

footEngagés dans les éliminatoires du prochain championnat d’Afrique des Nations junior, les Ecureuils juniors du Bénin ont reçu hier au stade René Pleven d’Akpakpa, à Cotonou, les Etalons juniors du Burkina qu’ils n’ont pas pu battre.

Les poulains d’Eustache d’Almeida, entraîneur des Ecureuils juniors, auront fort à faire pour obtenir leur qualification au tour suivant des éliminatoires du championnat d’Afrique des Nations 2011, dans deux semaines à Ouagadougou, au Burkina Faso. Les Ecureuils juniors en sont arrivés à cette situation en raison de leur match nul  et vierge 0-0 hier au stade René Pleven. Alors qu’ils ont eu beaucoup d’occasions, les juniors béninois ont péché par maladresse et surtout par manque d’expérience et de réalisme pour les concrétiser.

Après une première partie stérile, beaucoup avaient espéré que la seconde allait être fructueuse pour les juniors béninois, mais il n’en fut. Les mêmes erreurs ont continué avec une ligne d’attaque souvent coupée de ses milieux pour créer le surnombre qui permettrait à l’équipe béninoise de faire la différence.

Pas mieux

Une chose est sûre, l’équipe béninoise qui a joué hier ne pouvait pas faire mieux. C’est une équipe qui ne pouvait pas faire de miracle, vu qu’elle n’a même pas deux semaines. Le manque d’automatisme observé, malgré la qualité des gestes des juniors béninois, n’est que le résultat de la mise en place précipitée de cette équipe. L’aventure ne pouvait pas mieux se passer pour le football béninois qui, une fois encore s’est illustré par l’amateurisme. Autre chose, les Ecureuils juniors ont maintenant deux semaines pour mieux se préparer et huiler les automatismes. Les chances des Béninois restent en tout cas intactes. A eux et à leur encadrement de les saisir en mettant en place un véritable plan de préparation.

Salim da SILVA

Résultats

Bénin # Burkina : 0-0

Ghana # Namibie : 4-0

Cameroun # Centrafrique : 4-0

Zambie # Maurice : 1-1

Congo # Rwanda : 2-0

Nigéria # Guinée : 2-0

Egypte # Ouganda : 2-0