Menace de paralysie du ministère des affaires étrangères : Sale temps pour Bako-Arifari

Publié le par L'informateur

Les agents du ministère des affaires étrangères menacent de paralyser, dans les tout prochains jours, l’administration diplomatique pour des revendications non satisfaites.

L’atmosphère de travail est viciée au ministère de Nassirou Bako-Arifari. Le mécontentement des travailleurs est généralisé. Le chef de file de la diplomatie béninoise est dans le collimateur de ses collaborateurs qui ne veulent plus reculer devant rien.

« Un an après sa nomination, Bako-Arifari n’a rien fait pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents. Il n’a pas satisfait nos revendications. Le ministre se permet de faire des affectations peu catholiques », s’indigne un agent en courroux.

Les travailleurs n’entendent pas croiser les bras pour observer, ce qu’ils appellent, le spectacle à la maison diplomatique. Ils veulent user de tous les moyens légaux pour se faire entendre. Ces diplomates veulent attirer l’attention du chef de l’Etat Boni Yayi sur la gestion du successeur de Jean-Marie Ehuzu.

« Le spectacle a assez duré au ministère des affaires étrangères. Nous allons nous retrouver la semaine prochaine pour nous prononcer sur la gestion de Bako-Arifari », poursuit-il sans détours.

La non satisfaction de la plate forme revendicative soumise au ministre dès son arrivée est à l’origine de la brouille. Entre autres, on peut citer, le plan spécial de recrutement d’agents au ministère et l’actualisation des principaux textes dont l’acte n° 149/Pc/Maep/Mae/Mfptas du 20 /04/1964 relatif au statut particulier des diplomates.

Le chef de file de la diplomatie béninoise n’a pas encore donné une suite favorable à ces doléances qui sont sur sa table depuis des mois. Nassirou Bako-Arifari a fait mieux ailleurs. Les agents l’accusent à tort ou à raison d’avoir fait des affectations au mépris des textes en la matière. Lesquels textes recommandent que la diplomatie soit confiée aux diplomates de carrière.

Un cadre, proche du ministre, balaie du revers de la main ces allégations. Bien qu’il reconnaisse la non satisfaction de certaines doléances, il rejette les affectations fantaisistes opérées sous Bako-Arifari. « Le ministre s’attelle à régler le problème des travailleurs. Mais il n’a jamais fait des affectations fantaisistes », explique-t-il.

Cependant, les agents persistent et signent qu’il y a eu du flou dans les affectations de certaines représentations diplomatiques à l’étranger. Ils sont prêts à confondre quiconque sur ces dossiers camouflés au ministère des affaires étrangères.

Une rencontre dite de vérité est prévue, à cet effet, au ministère. Ces travailleurs menacent de faire des révélations troublantes pour éclairer l’opinion publique. L’étau se resserre autour de l’ex-superviseur général de la Commission politique de supervision (Cps)/Lepi.

Aziz IMOROU

Publié dans Société

Commenter cet article