Société

Bepc 2010


Les résultats provisoires

 

46, 98% de taux de réussite

Les candidats au Brevet d’études du premier cycle (Bepc), Session de juillet 2010 sont désormais fixés sur leur sort. Les résultats de cet examen ont été proclamés  hier lundi 23 Août 2010, au plan national et départemental. Le taux de réussite enregistré au plan national cette année est de 46, 98%. Un taux qui est en  baisse par rapport à  celui de l’année dernière où, le nombre des candidats admissibles a dépassé les 50%. Cette année 66 533 candidats ont passé avec succès le  premier tour du Bepc sur toute l’étendue du territoire national. Au nombre de ceux-ci, on dénombre  21 661 filles et 43 937 garçons. Les départements de l’Atlantique et du Littoral viennent en  tête cette année avec 51,57% de taux de réussite. Ils sont suivis respectivement du Borgou-Alibori  avec  46,31% ; du Zou-Collines avec 44, 98% ; de l’Ouémé-Plateau avec 43,23% ; de l’Atacora-Donga avec  40,50% et du Mono-Couffo avec 35,66% de taux de réussite. Comme on peut donc le constater, les départements du Mono-Couffo ferment la marge avec 35, 66% de taux de réussite. ‘’L’examen du Brevet d’études du premier cycle cette année s’est déroulé entièrement dans le programme selon l’Approche par compétence et a enregistré 149 696 inscrits dont 149 075 ont composé. Ce qui a donné un pourcentage national d’admissibles de 46, 98%. Les résultats se présentent  ainsi qu’il suit : Nous avons au total 66 533 candidats qui sont admissibles dont 21 661 filles et 43 937 garçons. Ces résultats il faut l’avouer sont en légère régression par rapport aux résultats de l’année dernière  où, nous avons enregistré plus de 50% des admissibles. Il faut également remarquer que le nombre d’inscrits de l’année dernière dépasse celui que nous avons cette année de 2,16%. Ce qui justifie les résultats que nous avons. Il faut aussi préciser que cette année compte-tenu des menaces de tricherie et d’organisation de la fraude que nous avons reçues, nous avons dû prendre des  dispositions particulières qui ont absolument découragé ceux qui avaient l’habitude de  végéter dans ces différentes pratiques’’’’, a indiqué Mahugon Cakpo, Directeur des examens et concours du Ministère de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle.

Professeur Mahugnon Cakpo remercie par la suite toutes les autorités qui se sont investies pour l’aboutissement du Bepc 2010. ‘’ Nous sommes actuellement à la phase terminale du processus de l’examen du Brevet d’études du premier cycle session de 2010. Nous allons vous communiquer les résultats obtenus cette année. Mais je voudrais tout d’abord remercier les autorités du Ministère de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle. Je voudrais également saisir cette occasion pour remercier le gouvernement qui a su mettre à notre disposition tous les fonds nécessaires pour l’organisation et le déroulement de cet examen’’.  (Lire les résultats au plan national et départemental).

Parfait BOCO

Résultats du Bepc 2010

Nombre de candidats admissibles au plan national : 66 533

Nombre de filles admissibles au plan national : 21 661

Nombre de garçons admissibles au plan national : 43 937

Atlantique-Littoral : 51,57% (1er)

Atacora-Donga : 40,50% (5ème)

Borgou-Alibori : 46,31% (2ème)

Mono-Couffo : 35,66% (6ème)

Ouémé-Plateau : 43,23% (4ème)

Zou-Collines : 44, 98% (3ème)

 

 

 Hôpital de la mère et de l’enfant-Lagune


Les  raisons de la grève du personnel 

 

Les agents de l’Hôpital de la mère et de l’enfant (Hômel) observent depuis le 09 Août 2010 un mouvement de grève de 72 heures  renouvelable. Ils abandonnent  le service pour exiger du gouvernement, en l’occurrence des autorités du ministère de la santé et de l’Hômel la satisfaction de leurs revendications. Ils  réclament entre autres  le paiement des sommes à eux dues par l’Hômel à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) et l’approvisionnement de leur complexe sanitaire en matériels de soins de qualité.  Deux revendications qui font ralentir les activités à l’Hômel. Les praticiens hospitaliers du service de la mère observent un arrêt de travail dans certaines activités,  de même que les paramédicaux qui sont entrés  dans la danse. Certains services clés de l’Hômel sont fermés et les femmes enceintes souffrent de cette situation qui perdure. Un tour dans l’hôpital permet de se faire une idée sur les mobiles de la grève du personnel. Les raisons évoquées sont de deux ordres. ‘’Il y a notamment les problèmes liés à l’opérationnalisation des blocs opératoires, les problèmes liés à l’achat des consommables médicaux et les problèmes relatifs à l’octroi de certaines primes auxquelles nous avons droit et qui ne sont pas payées de façon régulière et qui se sont  accumulées (primes de carburant, primes de garde et les indemnités’’, a indiqué un agent de l’Hômel qui requit l’anonymat.  

Avis que partage le Secrétaire général du Syndicat des travailleurs de l’Hômel (Syntra-Hômel). ‘’L’Hômel nous doit aujourd’hui 30 mois de  Cnss. Ce qui fait qu’on est pénalisé au niveau de l’allocation familiale et beaucoup d’autres avantages auprès de la Cnss.  Nous avons également un  2ème problème qui est crucial.  Lorsque  les gens arrivent à l’hôpital aujourd’hui, ils ne sont pas satisfaits du fait qu’ils n’ont pas accès aux soins comme cela se doit. Au niveau des laboratoires, il y a rupture de réactifs. Au niveau de la pharmacie, nous n’avons plus les médicaments essentiels. Si vous devez hospitaliser des malades et vous serez incapables de leur donner des soins et des médicaments à temps, ce n’est pas la peine. Les conditions au niveau du bloc opératoire ne sont pas du tout reluisantes. A la Pédiatrie, nos médecins ont abandonné aussi le service depuis deux semaines. C’est ce qui explique la diminution de la fréquentation au niveau de nos services ces derniers temps. Nous pensons beaucoup plus aux malades. Il faut vraiment prendre soin des malades à l’hôpital. Quand on n’est pas sûr de leur garantir toute la protection qu’il faut, mieux vaut faire comme nous : arrêter le travail et penser au bien-être des malades’’, a ajouté  le Sg Maxime Assogba.

Les femmes enceintes souffrent le martyr de la grève des agents de l’Hômel. Le gouvernement de son côté continue de faire la sourde oreille face aux revendications des praticiens hospitaliers. 

Parfait BOCO 

 

Formation des élèves-instituteurs


Enfin une Eni à Porto-Novo

 

La ville de Porto-Novo  dispose désormais d’une Ecole normale d’instituteurs (Eni). Un joyau a été érigé au quartier Zounkpa pour abriter les élèves-instituteurs de la capitale. Les clés de  cette infrastructure ont été officiellement  remises ce vendredi aux autorités de la ville capitale. C’est à la faveur d’une cérémonie de réception provisoire du joyau qui s’est déroulée  en présence d’une foule de curieux et d’élèves-instituteurs de la ville de Porto-Novo. Evalué à environ  900 millions de francs Cfa, ce joyau prêtera main forte aux instituteurs de Porto-Novo,  restés depuis des années sans locaux. Il comprend un bloc administratif, un bloc pédagogique, un bloc de restauration de 300 places, une infirmerie et des locaux annexes.

Pour Gilles Yèkpon, Directeur de cabinet du ministère des enseignements maternel et primaire, la réception provisoire des locaux de l’Eni Porto-Novo est le signe palpable de l’importance que revêt l’éducation dans le développement de la nation béninoise. ‘’ En consentant des sacrifices de tous genres et en répondant   aussi nombreux à ce grand rendez-vous du développement, vous démontrez une fois encore l’importance et le rôle de l’éducation reconnue par tous comme pour  la clé pour briser le signe infernal de la pauvreté dans le processus d’édification du Bénin pour lequel s’attèlent et se battent  depuis un moment les autorités à divers niveaux de notre pays. La construction de l’Ecole normale d’instituteur de Porto-Novo dont les travaux ont été lancés en ces mêmes lieux le 26 mai 2009 est l’une des composantes du projet de développement de l’enseignement primaire phase 3 au Bénin’’, a ajouté Gilles Yèkpon. 

Pour le maire de la ville de Porto-Novo, ce cadre permettra d’améliorer les performances des futurs instituteurs, afin que l’avenir éducatif de ces enfants soit rassuré. ‘’Je voudrais vous exhorter à faire bon usage de ce  joyau. Vous comprenez tous l’importance que le conseil municipal de Porto-Novo attache à la réalisation de ce joyau’’, a conclu Océni Moukaram.

Parfait BOCO

 

 

 

 

Bepc 2010


Les résultats provisoires attendus ce jour

 

L’examen du Brevet d’étude du premier cycle (Bepc), Session de juillet 2010 sera officiellement délibéré ce jour lundi 23 juillet sur toute l’étendue du territoire national. De sources proches de la Direction des examens et concours du Ministère de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle, les résultats provisoires du Bepc 2010 seront proclamés ce soir dans les différents départements du Bénin. Encore quelques heures et les candidats ayant pris part aux épreuves écrites de cet examen seront donc situés sur leur sort. Ils sauront s’ils sont retenus ou non pour prendre part aux épreuves orales et sportives. Pour rappel, 149 572 candidats ont pris part  cette année aux épreuves écrites  du Bepc 2010. Répartis dans 210 centres sur toute l’étendue du territoire national, ils ont donné en soixante douze (72) heures, la preuve de leur savoir-faire à travers les différentes épreuves qui ont été soumises à leur réflexion. Le top de l’examen a été officiellement donné par le ministre de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle, M. Aké Natondé  au Ceg 1 de Dassa-Zoumè. En raison de la généralisation des Nouveaux programmes d’études,  le Brevet d’études du premier cycle édition 2010 s’est  déroulé essentiellement dans le programme selon l’Approche par compétence. Le plus jeune candidat  au Bepc cette année  au Bénin a dix ans et le plus âgé a 59 ans.

Passée l’étape des compositions et de la correction, les résultats provisoires sont fin  prêts et seront proclamés ce jour, sauf retournement de situation de dernière heure. 

Parfait BOCO

 

Compte-tenu  des difficultés


La commande du gaz domestique  à la Sonacop provisoirement suspendue

 

gaz sonacopDe sources concordantes, la  vente  du gaz domestique par  la Société nationale de  commercialisation des produits pétroliers (Sonacop) est  interdite jusqu’à nouvel ordre. La Société citoyenne au service du peuple est interdite comme la société Oryx  de commercialiser le gaz domestique qui se fait rare ces derniers temps au Bénin.  Le gaz domestique ne serait donc pas momentanément vendu au Bénin. Les consommateurs feront recours aux anciennes méthodes de cuisson  des aliments. Ils vont renouer avec l’utilisation du  réchaud ou du  charbon. Comme certains en ont déjà l’habitude depuis quelques semaines. Les consommateurs touchés plus par cette rupture du gaz domestique sont les restaurateurs. Ils éprouveront toutes les peines pour cuisiner les repas. Mais le moins qu’on puisse dire face à cette suspension provisoire de la vente  ou de la commande du  gaz est que le gouvernement n’a pas pris les dispositions nécessaires avant de suspendre les activités de la société Oryx. Avec l’arrêt brusque des activités de la société Oryx, on avait crû que des mesures adéquates  seraient prises pour permettre à la société  chargée d’assurer le relais (la Sonacop) de servir loyalement les consommateurs. Mais hélas ! Il faut se mettre dans les rangs au niveau des différents points de distribution du gaz domestique, s’inscrire et se faire enregistrer  avant de prétendre avoir ce produit 72 heures après.  Bref, le calvaire des populations à la recherche du gaz domestique est  immense, contrairement aux allégations agitées par  certains  pour couvrir le mal.

 

 

Le calvaire des consommateurs du gaz

Se procurer  du gaz  au Bénin relève  aujourd’hui d’un véritable casse-tête. Les populations de la ville de Cotonou et environs continuent de souffrir le martyr de la pénurie du gaz domestique. Elles  continuent de se battre pour acheter ce produit de grande nécessité. Pour l’acheter, il faut  s’armer de courage et surtout de patience. Le cas contraire, non.  Il faut s’inscrire et se faire enregistrer et  attendre au moins 72 heures,  avant de voir peut-être sa bouteille de gaz chargée. Le calvaire des populations à la recherche du gaz domestique est  donc loin d’être terminé, contrairement aux allégations agitées par  certains. En témoignent les longues files d’attente constatées sur les sites de distribution du gaz.  Sur ces sites sont affichées des banderoles sur lesquelles sont gravées : ‘’Sonacop Société citoyenne au service du peuple’’. Une inscription qui contraste nettement avec ce qui s’observe sur le terrain, puisque la réalité  est loin de satisfaire les attentes des populations. ‘’ C’est chiant ce qui se passe sur les sites de distribution du  gaz  domestique. Il est indiqué qu’une personne n’a droit qu’à une seule bouteille. Les autorités  ont tenu compte de la consommation individuelle sans tenir compte des véritables besoins des populations. Il faudrait que ces deux  aspects soient également pris en compte.  Sinon,  c’est vraiment difficile’’, a fustigé  un consommateur.

‘’ Les directions de ravitaillement sont beaucoup plus concentrées  à Cotonou. Je viens par exemple d’Allada. Je suis ici depuis avant-hier à la recherche du gaz domestique. Mais jusque-là rien. Je ne sais pas encore quand est ce que je serai servi. Comme moi, beaucoup de consommateurs se promènent sur les sites de distribution avec  leurs bouteilles de gaz vide’’, a ajouté un autre.

Parfait BOCO


Pèlerinage annuel marial  des chrétiens catholiques

Ballet d’hommes politiques à Dassa

Au fur et à mesure que les élections présidentielles et législatives de 2011 s’approchent, les hommes politiques ne ratent aucune occasion pour marquer leur territoire. Hier dimanche 22 Août 2010, c’est un ballet de personnalités politiques qui ont rehaussé de leur présence la messe inaugurale du pèlerinage annuel des fidèles chrétiens catholiques à Dassa-Zoumè. Au nombre de ces personnalités, on note la présence remarquable du  Chef de l’Etat le Dr Boni Yayi accompagné de la plupart de ses ministres. Il s’agit entre autres des ministres des transports et travaux publics Nicaise Fagnon, de la communication Désiré Adadja, de l’intérieur Martial Souton et de l’artisanat et du tourisme Claudine Prudencio. Les députés Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) étaient également représentés à ce rendez-vous avec la Vierge-Marie à la  grotte mariale Arigbo de Dassa.  Les membres du cabinet présidentiel étaient presqu’au grand complet. La Directrice de cabinet du président de la République et le Secrétaire général de la présidence étaient aussi de la partie. Du côté de l’Union fait la nation (Un), on note également une forte délégation conduite par le présidentiable Adrien Houngbédji et le président de la Coalition Bruno Amoussou. Idem pour le 3ème  homme politique en vue au Bénin Abdoulaye Bio Tchané. Celui  qui dirige actuellement la Banque ouest africaine de développement (Boad) a été aussi représenté au rendez-vous de Dassa.  C’est à travers la personne du député André Dassoundo soutenu par ses collègues du groupe parlementaire Fcbe sursaut patriotique que sont entre autres Eloi Aho et Edgar Alia. A ce ballet d’hommes politiques se greffe la grande masse des fidèles de l’Eglise catholique  venus de tout le Bénin et des pays de la sous-région et même de l’Europe.

Parfait BOCO

 

 

 

 

Don de matériels médicaux aux centres de santé de Porto-Novo

L’honorable Sanni Yibatou Glélé soulage les peines des populations

Sous la bannière de son ONG irétti, l’honorable Sanni Yibatu Glélé est allé à la rescousse des populations de la ville de Porto-Novo en faisant le don  des matériels de santé aux centres de santé des 5 arrondissements que compte la commune de Porto-Novo. Au total 50 lits, 50 matelas, 10 tables de consultation, 200 bassines, 79 aérosols, 60 urinoirs, 30 pèse bébé, 29 pèses personne, 06 tables d’accouchement ont été distribués. Les centres de santé de Hassou dans le 1er arrondissement,  de tchinvié dans le 2ème arrondissement, de foun-foun dans le 3ème arrondissement, de hounsouko dans le 4ème arrondissement  et de louho dans le 5ème arrondissement  ont été les bénéficiaires de ces matériels. La cérémonie de remise a eu lieu hier dimanche 22 Août 2010 à la maison du peuple de Porto-Novo devant un parterre de militants de l’union fait la Nation. Dans son allocution, l’honorable Yibatou s’offusque de la situation actuelle de certains centres de santé et s’appitoie  sur le cas de celui de hassou dans le premier arrondissement. Elle pense que de pareilles choses sont  inconcevables et insupportables. Le plus grave est que les gouvernants ne disent rien. Ne pouvant résister devant une telle situation, elle a décidé de planifier un petit programme en attendant un autre plus grand. Cette action a été appréciée à sa juste valeur par les populations qui n’ont pas manqué de le manifester. L’honorable n’est pas à son premier essai dira le chef du 1er arrondissement dans son message bienvenu. En effet, il y a bien longtemps, la dame avait déjà eu à investir un peu plus de 200 millions pour la construction du bâtiment qui abrite actuellement la médecine générale au centre hospitalier départemental de l’Ouémé plateau. Océni Moukaram, maire de la ville de Porto-Novo qui pense que la population est réunie autour d’un événement heureux revient sur le même sujet et précise que le bâtiment en question a été réalisé avant la dévaluation du franc cfa et en conclut que le député Yibatou sanni Glèlè est a un souci permanent du mieux être de son semblable. Ceci se traduit d’ailleurs par son projet d’ouverture très prochainement d’une école de formation des métiers pour les plus démunis. C’est le prochain point de chute de l’ong Iretti selon l’honorable qui pour la circonstance a eu le soutien de ses paires de l’Union fait la Nation tels que Ahlonsou Amoudatou, Sacca Fikara et Kakpo Kifouli.

Géoffroy Wusa

 

 

Formation des élèves-instituteurs

Enfin une Eni à Porto-Novo

La ville de Porto-Novo  dispose désormais d’une Ecole normale d’instituteurs (Eni). Un joyau a été érigé au quartier Zounkpa pour abriter les élèves-instituteurs de la capitale. Les clés de  cette infrastructure ont été officiellement  remises ce vendredi aux autorités de la ville capitale. C’est à la faveur d’une cérémonie de réception provisoire du joyau qui s’est déroulée  en présence d’une foule de curieux et d’élèves-instituteurs de la ville de Porto-Novo. Evalué à environ  900 millions de francs Cfa, ce joyau prêtera main forte aux instituteurs de Porto-Novo,  restés depuis des années sans locaux. Il comprend un bloc administratif, un bloc pédagogique, un bloc de restauration de 300 places, une infirmerie et des locaux annexes.

Pour Gilles Yèkpon, Directeur de cabinet du ministère des enseignements maternel et primaire, la réception provisoire des locaux de l’Eni Porto-Novo est le signe palpable de l’importance que revêt l’éducation dans le développement de la nation béninoise. ‘’ En consentant des sacrifices de tous genres et en répondant   aussi nombreux à ce grand rendez-vous du développement, vous démontrez une fois encore l’importance et le rôle de l’éducation reconnue par tous comme pour  la clé pour briser le signe infernal de la pauvreté dans le processus d’édification du Bénin pour lequel s’attèlent et se battent  depuis un moment les autorités à divers niveaux de notre pays. La construction de l’Ecole normale d’instituteur de Porto-Novo dont les travaux ont été lancés en ces mêmes lieux le 26 mai 2009 est l’une des composantes du projet de développement de l’enseignement primaire phase 3 au Bénin’’, a ajouté Gilles Yèkpon. 

Pour le maire de la ville de Porto-Novo, ce cadre permettra d’améliorer les performances des futurs instituteurs, afin que l’avenir éducatif de ces enfants soit rassuré. ‘’Je voudrais vous exhorter à faire bon usage de ce  joyau. Vous comprenez tous l’importance que le conseil municipal de Porto-Novo attache à la réalisation de ce joyau’’, a conclu Océni Moukaram.

Parfait BOCO

 

 

 

 

 

 

 

Crise lavée au sein de la communauté des religions endogènes


Le Conasreb siffle la fin de la récréation

 

(Lire la déclaration du porte-parole Agbalènon)

Pour  apporter son assistance  aux  religions endogènes comme c’est le  cas pour les  autres confréries, le gouvernement a demandé aux dignitaires du culte Vodoun de se mettre ensemble dans un même creuset. C’est ainsi que des prêtres  et dignitaires du culte Vodoun  venus des quatre coins du Bénin se sont réunis le 11 Décembre 2008 à Ouidah pour jeter les bases solides pour la gestion de l’après feu Président Sossa Guèdèhounguè en matière de promotion de Vodoun pour un véritable développement. De cette rencontre est issu un Cadre de concertation nationale dénommé Comité  national de suivi des religions endogènes (Conasreb). Ce Comité  fort de 21 membres a pour entre autres tâches  de suivre à la lettre les décisions issues de la rencontre d’Ouidah  et d’entretenir des échanges avec l’Etat en matière de cultes endogènes. Mais force est de constater qu’à  côté de ce comité, un autre comité  présidé par le dignitaire Corneille Balogoun (vice-président de la Communauté nationale du Culte Vodoun du Bénin) a vu le jour pour les mêmes objectifs.  Le comble ici, est que ce comité se réclame aussi la porte-voix des religions endogènes. Toute chose qui n’est pas du goût du Comité national de suivi des religions endogènes du Bénin. A la faveur d’une conférence de presse tenue au Stade de l’amitié de Cotonou, les membres de ce comité dénoncent ce qu’ils appellent ‘’ le désordre au niveau des religions endogènes’’. Preuves à l’appui, ils ont montré que le Conasreb reste jusqu’à nouvel ordre le seul et unique organe avec lequel l’Etat entretient des échanges en matière de cultes endogènes. ‘’ Il va de soit donc que nul ne doit se targuer d’être le successeur de ce dernier, objet majeur de ce point de presse, tant que le congrès dont les préparatifs vont bon train, n’aura pas lieu. C’est ainsi qu’un Comité de suivi des actes de la journée a été mis sur pieds. Ila pour tâche de suivre à la lettre, les décisions issues de la rencontre d’Ouidah. Il urge de préciser que ce Comité est composé de 21 membres provenant de tous les départements du Bénin. Il représente jusqu’à nouvel ordre, l’unique organe avec lequel l’Etat entretient des échanges en matière de cultes endogènes. Puisqu’il fallait que nous soyons tous informés régulièrement de ce qui peut se passer à des fins très utiles’’, a indiqué le Secrétaire général du Conasreb, Dah Agbalènon. (Lire l’intégralité de la déclaration du Conasreb).

Parfait BOCO

Déclaration Liminaire du Conasreb

Honorables Invités, il est clair dans la conscience de tout dignitaire quel que soit sa position géographique ou socioprofessionnelle que nous, notables des religions endogènes adhèrent pleinement à l’idée du Comité national de suivi des religions endogène du Bénin. Nous restons convaincus que nous menons une lutte pour l’instauration de l’éthique dans gestion des affaires de la communauté du culte Vodoun. C’est fort de cette conviction que nous entendons hausser l’étendard des religions traditionnelles dans notre pays. De là, différentes actions sont menées de concert avec les membres du cabinet du Ministre Chargé des Relations avec les Institutions. Qu’il vous souvienne que le Lundi 06 Octobre 2008, nous avons tenu une réunion dans la salle de conférence dudit département afin de réfléchir sur le compte rendu des réunions qui ont précédé l’organisation d’une journée de réflexion sur les religions endogènes du Bénin. Même à l’occasion de cette rencontre mémorable qui a eu pour cadre l’Institut de développement et d’échanges (Idee) à Ouidah le 11 Décembre 2008, une forte mobilisation des prêtres de culte Vodoun s’est fait remarquer. C’est vous dire donc la présence massive des dignitaires à cette journée qui nous a permis, sans doute de jeter les bases solides pour la gestion de l’après feu président Sossa Guèdèhounguè en matière de promotion de Vodoun pour un véritable développement. Il va de soit donc que nul ne doit se targuer d’être le successeur de ce dernier, objet majeur de ce point de presse, tant que le congrès dont les préparatifs vont bon train, n’aura pas lieu.

 C’est ainsi qu’un Comité de suivi des actes de la journée a été mis sur pieds. Ila pour tâche de suivre à la lettre, les décisions issues de la rencontre d’Ouidah. Il urge de préciser que ce Comité est composé de 21 membres provenant de tous les départements du Bénin. Il représente jusqu’à nouvel ordre, l’unique organe avec lequel l’Etat entretient des échanges en matière de cultes endogènes. Puisqu’il fallait que nous soyons tous informés régulièrement de ce qui peut se passer à des fins très utiles.

 Par ailleurs au cours de cette conférence de presse, chers amis journalistes, nous entendons lancer un message d’invitation au renforcement des célébrations, d’offices religieux pour la paix au sein notre nation. En effet le consortium des communautés nationales de cultes des religions endogènes agissant dans la cadre national de concertation, structure faîtière, Institution Suprême dite Comité national de Suivi des religions endogènes du Bénin (CoNaSREB), prie pour que la cohésion sociale au Bénin, qui est éprouvé depuis fin mai par l’affaire Icc-services, retrouve sa quiétude d’entre temps afin que les bonnes relations politiques se restaurent.

Il exhorte à la poursuite des célébrations d’offices religieux objet du circulaire, par voie de presse du 30 Juin 2010.

Fait à Cotonou, le 19 Août 2010

(Stade de l’Amitié)

Les responsables nationaux des religions endogènes du Bénin,

Dah  Agbalènon  (Secrétaire Général), Dah  Adoko  Basile Gbêdiga (Président), Dah  Titilayo (Vice-président).