Culture

Renforcement des capacités des artistes à Abomey


L’Anapromut outille les acteurs de la musique traditionnelle

 

 

Donner quelques rudiments de la musique traditionnelle à ses acteurs. C’est le but de l’atelier de renforcement qui a démarré hier à l’hôtel Guédévy 1 d’Abomey. Organisé par l’Association nationale des professionnels de la musique traditionnelle (Anapromut), cet atelier se déroule jusqu’au vendredi 13 Août 2010.

Créée pour la valorisation et la promotion de la musique traditionnelle, l’Association nationale des professionnels de la musique traditionnelle (Anapromut) vient une fois encore prouver qu’elle entend bien remplir sa mission. Elle organise depuis ce mercredi 11 Août 2010 à l’hôtel Guédévy 1 d’Abomey, un atelier de renforcement des capacités des acteurs de la musique traditionnelle. Dans son message de bienvenu, le président de l’Anapromut, Michel Lokou, connu sous le nom d’Alèkpéhanhou, a fait remarquer que son association n’est pas née à la faveur d’un quelconque milliard culturel, mais qu’elle entend jouer le rôle qui est le sien pour la valorisation de la culture béninoise. « L’Anapromut n’est pas né pour régler des comptes avec quelque association d’artiste, elle n’est né ni pour se venger de quelqu’un, » a clarifié Michel Lokou.

 3 jours durant, les artistes de la musique traditionnelle sélectionnés sur toute l’étendue nationale suivront une série de communications et de conférences-débats qui vont leur permettre de produire désormais des œuvres de qualité. Anice Pépé, Albert Bessanvi, alias Gbéssi Zolawadji, Gbéthéou, Adizé, Aïssy, et bien d’autres artistes de la musique traditionnelle ont tous montré leur engagement pour la réussite de cet atelier.

Trois thèmes clefs seront passés aux peignes fins lors des trois jours. Le premier : élément caractéristique d’une bonne musique traditionnelle sera développé par Michel Lokou. Le second : rôle de la musique traditionnelle dans la société sera quant à lui développé par Bienvenu Akoha, professeur à l’université d’Abomey-Calavi. Enfin le troisième : Normes de la musique traditionnelle sera développé par Florent Eustache Hessou.

Pour le directeur départemental de la culture de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, le rôle de la musique traditionnelle n’est plus à démontrer. Aussi, invite-t-il, les participants à cet atelier, à suivre minutieusement les conseils et autres enseignements qui seront donnés au cours de ces trois jours de formation.

Le directeur de cabinet du ministre de la culture, présent à cette cérémonie d’ouverture a d’abord fait savoir tout le regret du ministre Galiou Soglo qui aurait bien voulu être présent à ce rendez-vous. Néanmoins, il a annoncé tout le soutien du ministère de la culture pour la réussite de cet évènement. « De plus en plus, les générations montantes perdent dans tous les domaines les bonnes habitudes. Je vois ici, Alèkpéhanhou, Anice Pépé, Gbéssi Zolawadji, Gbéthéou, Aïssy et je me demande ce qu’on leur apprendre encore. Mais, à vrai dire, il est important de se remettre en cause de temps en temps pour apprendre de nouveau, » explique Latifou Hokpo

Constant ADJAHOUNGBA

 

 

Hip hop béninois

La compil « I love Cotonou » lancé le 15 prochain

 

Les artistes de la scène du hip hop béninois sortent bientôt la compilation « I love Cotonou.  Et le hit « Ghetto Life» qui avait réuni Blaaz/ Kôba/ Bomo en était qu’un avant-goût. Ce 15 août sera lancé au Z Night Club, la compilation de musique urbaine «  I love Cotonou ».Une compilation hip-hop inédite d’une quinzaine de titres avec un barillet impressionnant de Guests : Ardiess Posse ; Kôba ; WP ; Adek Darks ; Enighma ; Kaizah ; Priv8 club ; S@m; Blaaz ; Nasty Nesta ; Kaysee Montejano ; Sewedo; 3k Music ; Jay Killah le tout orchestré par la 3e Monarchie producteur de ladite compil.

Une compilation pour célébrer la scène urbaine cotonoise qui aujourd’hui détonne sur l’échiquier continental. Tous les artistes vous donnent donc RDV ce 15 août à 17h au Z Night Club pour un intense moment de Sound System. La vidéo éponyme «  I love Cotonou » qui réunit la 3e Monarchie sera lancée ce week-end

Constant ADJAHOUNGBA

 

 

 

Concert d’un artiste béninois en Côte d’Ivoire


Dibi Dobo en showcase à Abidjan

La nouvelle icône du hip hop africain donne ce jeudi un concert dans l’ancienne capitale ivoirienne. Il s’agit d’un showcase qui aura lieu au Lifestar d’Abidjan. Et pour la circonstance, Dibi Dobo sera accompagné de Dj Arafat qui sera sur le podium avec lui. Prévu pour démarrer à 23 heures ce concert est un avant-goût pour Dj Arafat qui annonce son concert à lui pour le 13 Août prochain. C’est un show époustouflant qui s’annonce alors pour ce jeudi avec la nouvelle coqueluche des inconditionnels de la musique hip hop. A Cotonou, Dibi Dobo a à peine fini d’égayer ses fanatiques pour la célébration de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale. Et voilà qu’il doit prende la route pour Abidjan.

Constant ADJAHOUNGBA

 

 

Soirée de conte


Mémoire d’Afrique innove

Une série de soirée de conte ont eu lieu le week-end écoulé sur l’esplanade du stade de l’amitié de Kouhounou. Organisée par l’Ong Mémoire d’Afrique, ces soirées ont pour objectif de revaloriser les contes africains dissimulés dans les rares documents qui s’y sont consacrés.

«Autrefois, ce sont les soirées de conte qui servent d’office d’école pour les  enfants ; aujourd’hui, il se trouve que nous avons perdu ces habitudes qui sont en réalité des moyens beaucoup plus efficaces à éduquer les jeunes ». Voici la citation du Père Israël Mensah qui justifie la raison de l’organisation par son Ong de ces soirées de conte. Déroulée sur l’esplanade du Stade de l’amitié de Kouhounou, ces spectacles offrent un cadre rappelant le clair de la lune au village. Assis dans son fauteuil, la canne dans ses mains, le conteur relate d’émouvantes histoires à un public nostalgique de l’enfance au village. Il faut dire que l’Ong Mémoire d’Afrique n’est pas à sa première édition. Cette initiative s’est déjà déroulée l’année dernière à Possotomè, où sa réussite a été spectaculaire. Fort de cette expérience, le Père Israël Mensah a organisé cette édition à Cotonou. Vu l’engouement suscité, les promoteurs de ces soirées de conte entendent multiplier  les  podiums lors des prochaines éditions.

Constant ADJAHOUNGBA

 

 

2ème édition du festival  « Rire o gras »


Le rire démarre les festivités du cinquantenaire

Organisé en marge des festivités commémoratives du cinquantenaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale, le festival « rire o gras » s’est tenu le week-end dernier au Hall des arts et au palais des sports du Stade de l’amitié de Kouhounou.

Coïncidant avec le cinquantenaire de la fête de l’indépendance du Bénin, la deuxième édition du festival « Rire o gras » a connu cette année une particularité spéciale quant à son organisation. Déroulé au Hall des arts et au palais des sports du stade de l’amitié de Kouhounou, ce festival a rassemblé à Cotonou, de grands humoristes du continent. Adama Dahico de la Côte d’Ivoire, les Bobodiouf du Burkina Faso, Rosalie Essindie du Cameroun, Tonton Max de la République démocratique du Congo, ajoutés aux Béninois, Oncle Bazar, Price Yadjo, Master Cool, les Frères Assouka, les Supers Zouaves, Virus et Ramasani ont égayé le public Cotonois venu nombreux suivre les spectacles. Placé sous le haut parrainage du ministre de la culture de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, ce festival entend permettre au public d’enter dans la chaleur des festivités commémoratives du cinquantenaire de l’indépendance avec le rire. Et ce festival s’est étalé sur quatre jours. Il a  démarré par une caravane qui a sillonné les grandes artères de Cotonou. Ce festival est un cocktail de spectacles au théâtre de verdure du Hall des arts, au Palais des sports du Stade de l’amitié de Kouhounou et une conférence débat sur le mécanisme du rire.

Constant ADJAHOUNGBA

 

 

Six mois après la sortie de son 3è album


Dj Ricardo se réjouit du bilan au ‘’Repaire de Bacchus’’

 

Le plus ivoirien des artistes béninois, Dj Ricardo a organisé le vendredi dernier une soirée dédicace au bar restaurant ‘’Le Repaire de Bacchus’’. Devant un parterre d’invités et de  personnalités du showbiz béninois, l’artiste s’est montré satisfait du bilan à mis parcours de son troisième album sorti il y a six mois.

23 janvier 2010- 23 juillet 2010. Six mois jour pour jour que, celui-là qu’on appelle le président de la Jet Set béninoise a lancé son troisième opus au bar Divino à Cotonou. Pour cette fois-ci, c’est le bar restaurant ‘’Le Repaire de Bacchus’’ qui a été choisi pour une soirée dédicace à ses amis et invités. Cette soirée a été aussi une occasion de fête pour l’artiste. Habillé en mode mi tradi, mi moderne, cheveux et moustaches teintés au roux, Dj Ricardo était dans son attroupement habituel pour un véritable show coupé décalé. Le bar restaurant ‘’Le Repaire de Bacchus’’, inondé d’amis et autres personnalités du showbiz béninois a été plongé dans une ambiance à haut décibel. Dj Ricardo a servi en live, ses succès les plus indéniables. Du premier album au troisième, les inconditionnels de  coupé décalé ‘’made in Benin’’ ont eu à savourer en live la ‘’tétéboulance’’ (2è album) et beaucoup d’autres mélodies agressantes et envoûtantes de son dernier album dont le titre phare ayant donné son nom à l’album est ‘’Dounou vidé’’. A signaler que ‘’Dounou Vidé’’ qui signifie littéralement ‘’manger et économiser’’ est le concept par lequel Dj Ricardo appelle ses fans à anticiper sur l’avenir en économisant un peu de leurs gains.

Cette soirée a été aussi une occasion pour Dj Ricardo de faire le point à mis parcours depuis la sortie de son troisième album. Pour Dj Ricardo, le succès qu’a connu l’album ‘’Dounou vidé’’ se dénote principalement du nombre d’exemplaire déjà vendu et le nombre des spectacles réalisés. Il faut dire que le bilan est satisfaisant pour l’artiste. Depuis son lancement le 23 janvier dernier, l’album ‘’ Dounou vidé’’ a été déjà vendu  à plus de 2500 exemplaires. Ajouté à une soixantaine de concerts ;  les plus émouvants déroulés à Bamako, Abidjan, Lomé et Cotonou. Face à ce point, Dj Ricardo s’est montré satisfait et a remercié toutes les bonnes volontés qui ont eu à le soutenir dans sa carrière.

Dj Ricardo sort ‘’Dounou vidé’’ version malienne

Cette soirée dédicace a été aussi une occasion pour Dj Ricardo d’annoncer une nouvelle à ses fans de l’autre côté de Bamako. Il s’agit de la sortie de l’album ‘’Dounou Vidé’’ version malienne, qui sera lancé bientôt dans la capitale malienne. Il s’agit d’une retouche de son troisième qui va servir à ses fanatiques maliens deux morceaux de plus, chantés en Bamabara, une langue nationale du Mali.

Constant ADJAHOUNGBA

 

 

 

 

Marche internationale vers la danse (Maida 2010)


Le festival démarré depuis le 22 dernier

 

Un festival de danse a ouvert ses portes au Centre culturel français de Cotonou le jeudi 22 juillet 2010. Dénommée Marche internationale vers la danse (Maida 2010) ce festival regroupe à Cotonou une près d’une vingtaine de troupe de danseurs venues des pays  de la sous-région ouest-africaine et d’Europe.

Venues du Nigeria, du Burkina Faso, du Togo, de la Hollande, de la France et évidemment du Bénin, des troupes de danseurs participent depuis le jeudi dernier à un festival de danse au Centre culturel français de Cotonou. Il s’agit de la Marche internationale vers la danse qui entend permettre entre autres un brassage culturel  entre pays du Sud et de Nord.  Comme troupes de danseurs invités, on peut citer Agbeloju dance du Nigeria, Aske dance du Togo et de la France, Téguéré dance du Burkina Faso. A cette légion étrangère s’ajoute, la troupe Anagonou Vodjo, la compagnie Richard Adossou, les As du Bénin, les Supers Anges, les Compagnies Oshola, Ori dance, Djogbé Dance et la troupe Towara. L’un des objectifs de ce festival de danse est de découvrir de jeunes talents pour  la revalorisation des danses typiquement béninoises dans un concept où la danse contemporaine demeure la norme la plus vendue. Rappelons que Maida 2010  est un aussi un cadre de formation, de conférence et d’échanges entre acteurs du monde culturel s‘intéressant à la danse. Avec des spectacles alléchants, ce festival est une occasion de divertissement pour les fanatiques de la danse.

Constant ADJAHOUNGBA