Incendie d’un étalage de vente de l’essence à Godomey : Le "Kpayo" tue une mère et ses 4 enfants

Publié le par L'informateur

Un accident a entraîné dans la nuit du samedi au dimanche, un incendie qui a conduit à la mort de cinq personnes et une grièvement blessée. Beaucoup de dégâts matériels. C’était à Godomey.

Cinq morts, une personne grièvement blessée ; c’est le bilan partiel et provisoire qui peut être fait de l’incendie d’un étalage de vente de l’essence frelatée communément appelée "Kpayo". Les faits sont survenus dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 février.

Un camion Berliet de transport de ciment immatriculé Z 34 72 RB en provenance de Cocotomey et en route vers Cotonou aurait perdu son pneu avant côté chauffeur qui a éclaté un peu après le Collège d’enseignement général (CEG) de Godomey. Le chauffeur dans ses manœuvres pour maintenir son volant a déraillé et dans sa perte de vitesse a cogné une RAV4 IPU 42 08 RB. Ce premier choc n’a pas l’arrêter. Il a dans la suite cogné et brisé un étalage de vente d’essence frelatée communément appelée "Kpayo". C’est ici que démarre le drame de la soirée. Sur le coup l’étalage prend feu et le camion avec. Mais le feu prit également les quatre enfants du propriétaire de l’étalage. Selon les informations recueillies sur les lieux, ce dernier serait à peine revenu avec des bidons d’essence qu’il a transporté sur une moto "Suziki". Après avoir procédé au déchargement, il serait allé uriner lorsque le drame intervint. Donc les enfants s’acharnaient à remplir les bouteilles d’essence lorsqu’a surgit le camion sur eux et l’étalage. La maman se serait jetée dans la flamme qui montait pour sauver ses enfants. Elle n’y arrivera finalement pas. Les enfants sont morts brûlés sur le coup. Elle succombera plus tard hier des suites ses blessures. Le mari qui n’était pas aussi loin aurait essayé également de sauver en vain sa famille. Mais il n’aurait pas reçu trop de blessures. Ce qui fait que les informations à la mi-journée hier ont fait état de cinq morts que sont les quatre enfants du foyer et leur maman.

La RAV4 qui a été cognée au passage par le camion Berliet est détruite côté chauffeur. Elle n’aura pas été consumée par les flammes mais est dans un état difficilement récupérable.

Beaucoup d’autres dégâts ont été notés parmi lesquels les pneus et le moteur du camion qui a causé les dégâts.

Le chauffeur du camion est en fuite. Seul le chauffeur et les occupants de la RAV4 pourraient donner les informations réelles sur le drame. Le retour du chauffeur du camion et du propriétaire de l’étalage de vente du "Kpayo" va préciser les informations.

Une fois encore le "Kpayo" a tué. Le drame inquiète et il est temps de s’interroger sur la réelle volonté des autorités publiques à mettre fin à cette activité meurtrière à plus d’un titre.

Claude ALOFA

Publié dans Société

Commenter cet article