Trafic international de drogue : Les autorités béninoises déjouent le passage d’une tonne de cocaïne par Cotonou

Publié le par L'informateur

Un avion en provenance du Venezuela devrait faire escale à la l’aéroport international de Cotonou avant de repartir pour l’Europe.  Bonne information était on tenté de dire lorsqu’on sait que ceci permettrait l’accroissement du trafic en partance et en provenance de la plate forme aéroportuaire de Cotonou. Mais cette information a provoqué une levée de boucliers de la part des autorités au plus haut niveau du gouvernement béninois, et pour cause !

C’est l’Interpole, la police des polices qui a fait parvenir certaines informations liées à cet avion aux autorités policières du Bénin.  Cet avion qui avait quitté très tôt Caracas, la capitale du Venezuela et était rempli de produits prohibés. Les informations faisaient croire que l’avion pourrait transporter ou de la drogue ou des armes. Le président de la République, informé, a donné les instructions pour que la plate-forme aéroportuaire de Cotonou soit sécurisée.

Le ministre de l’intérieur a pris les dispositions utiles. Ainsi plus de 200 policiers, gendarmes et militaires ont été déployés dans l’espace de l’aéroport de Cotonou. Depuis le matin et ce pendant toute la journée, l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin est resté ceinturé.

L’information liée aux dispositions sécuritaires prises par le Bénin est certainement parvenue aux transporteurs indélicats qui ont décidé au dernier moment de supprimer l’escale Cotonou. En effet, parti de Caracas comme convenu, l’avion a fait une première escale à Trinidad Tobago, puis après avait atterri à Malabo, la capitale de la Guinée Equatoriale. La prochaine escale que devrait être Cotonou a dû être annulée. L’avion est finalement parti pour Las Palmas ou il finira sa course. Traqués par les autorités béninoises, ces trafiquants n’ont eu d’autres choix que se faire prendre à Las Palmas.

Les dernières informations sur la cargaison de l’avion ont été données depuis Las Palmas.

Reçu hier sur la télévision nationale, le ministre de l’Intérieur de la sécurité publique et des cultes (Mispc), Benoît Dègla a annoncé que l’avion transportait dans sa cargaison plus de 1000 kg de cocaïne. Une tonne de drogue dure, voilà ce qui aurait pu prendre par le Bénin pour une destination malheureuse en Europe.

Lorsqu’on sait que depuis quelques temps le Bénin est passé, à tord ou à raison, aux yeux de la communauté internationale comme une plaque tournante du trafic de la drogue, cette traque de cet avion ayant conduit à son immobilisation place le Bénin désormais sur la glorieuse mais restreinte liste des pays qui sont des plaques tournantes de la lutte contre le trafic international de la drogue.

Benoît Dègla s’est réjoui du succès qu’à connu cette opération et s’est félicité des dispositions efficace qui ont été prises depuis le chef de l’Etat jusqu’aux plus petites autorités qui sont intervenues dans l’opération.

Même si le trafic n’a plus eu lieu, il faut souhaiter que la veille continue au sein des autorités afin que la destination ou l’escale Bénin devienne un risque pour les trafiquants internationaux de drogue.

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Commenter cet article