Retard dans la réalisation de la Lépi : Yahouédéou demande 60 jours supplémentaires pour Bako

Publié le par L'informateur

Face à l’exclusion de certains citoyens  de la Liste électorale permanente et informatisée (Lépi) et aux doutes qui planent sur l’effectivité de la tenue  des élections présidentielles le 6 mars, le président du parti ‘’Réveil patriotique’’ donne de la voix pour inviter les populations à se donner la main pour  barrer la voie aux ennemis de la démocratie. Janvier Yahouédéhou, candidat à la course présidentielle 2011, a animé une conférence de presse hier à Gbégamey, pour monter l’impossibilité pour notre pays  d’organiser des scrutins présidentiels crédibles le 6 mars 2011, avec l’impasse électorale actuelle.  Et pour permettre aux  citoyens en âge de voter  et qui en manifestent la volonté d’exprimer  tous leur droit, le fils de Covè demande 60 jours supplémentaires pour  la Cps/Lépi. Deux mois pour respecter les dispositions  de l’article 7 de la loi sur la Lépi, notamment  en ses alinéas  relatifs à la vérification  et à la validation de l’outil  par  les partis politiques et l’Insae.  

Pour le président du parti ‘’Réveil patriotique’’, rien n’est mis en place pour permettre aux béninois d’accomplir leur devoir civique le 06 mars.  Face à cette situation d’incertitude, Janvier Yahouédéhou propose une prolongation  de la période d’activité de la Cps/Lépi. Il demande que 60 jours  supplémentaires soient accordés à cette structure, pour avoir le quitus des partis politiques et de l’Insae. Pour Janvier Yahouédéhou, la situation d’impasse électorale  dans laquelle est plongée le Bénin  est due non seulement à la Lépi, mais aussi à la Céna et ses  démembrements. L’ex allié  de Boni Yayi fait allusion aux délais légaux sur la Lépi qui ne sont pas respectés  et qui doivent l’être et  à la Céna et ses démembrements qui ne fonctionnement pas encore comme cela se doit. « L’article 7 de la loi 2010-33  précise ‘’que l’établissement  de la Lépi n’intervient  qu’après vérification  et validation  par les  partis  politiques ou alliances  de partis politiques  et les associations intervenant  dans le domaine de la gouvernance démocratique.  Cette validation  se fait  sur la base  d’un audit réalisé  par l’Insae  sous la supervision  des partis  politiques ou alliances politiques  et les associations intervenant  dans le domaine de la gouvernance économique. Ceux-ci disposent  pour ce faire de 21 jours  à compter  de la date de réception de  la liste corrigée  après réclamations.  La Lépi ainsi  établie  est publiée  au journal officiel  au plus tard  soixante (60) jours  avant la date du scrutin’’.  A la date d’aujourd’hui, la Lépi n’est pas prête. Mais même  si elle l’était, il resterait  la phase de vérification  et de validation.  Ainsi le  respect de cet article  nous contraint à observer  21 jours d’attente.  Le même  article  est très clair et limpide. ‘’La Lépi  ne peut être prise  en compte et utilisée  pour une élection  que si, après achèvement  de son élaboration  selon les procédures légales  prévues à cet effet, elle est mise  à la disposition de la Céna 60 jours  au moins avant le jour du scrutin’’ », a clarifié Janvier Yahouédéhou.

Pour le président du parti ‘’Réveil patriotique’’, le peuple  patauge  dans une parfaite illégalité  à nulle autre pareille, laissant  Yayi Boni faire  du Bénin son  bon vouloir  tout comme si on était  dans une République  bananière  ou dans un système de dictature.  Pour une sortie de l’impasse électorale, Janvier Yahouédéhou exige que le consensus  soit fait autour de la Lépi et que l’outil soit vérifié et  validé par les partis  politiques et l’Insae. Il demande  de ce fait que 60 jours  supplémentaires soient accordés à la Cps/Lépi.

 

De la vacance du poste de président de la République le 06 avril

Avec l’incertitude qui plane autour de la tenue de la présidentielle le 06 mars, le candidat Janvier Yahouédéhou propose que le 06 avril 2011, Boni Yayi  soit dessaisi du  pouvoir exécutif. Il  suggère pour des raisons  de calendrier constitutionnel  que l’Assemblée nationale  et la Cour constitutionnelle  se concertent  pour statuer  sur la vacance du poste de président de la République et  que le président de l’Assemblée nationale  assure l’intérim  conformément aux dispositions de l’article 50  de la constitution. Pour Janvier Yahouédéhou, il faut  empêcher le président Yayi de continuer à porter entorse  au système démocratique.

Parfait BOCO

 

Zakpota vote à Cotonou

Le contact que le président du parti ‘’Réveil patriotique’’ a eu  avec la presse  hier, a offert à ce dernier l’occasion d’étaler à la face du monde, les dysfonctionnements  crées par la Lépi dans la commune de  Zakpota.  On retient entre autres de Janvier Yahouédéhou que dans le village d’AHOWOUIME,  tous les citoyens enrôlés ont retrouvé leurs noms à Cotonou.  Ce qui suppose qu’ils vont  exprimer leur droit de vote à Cotonou. Reste les moyens de déplacements qui seront mis à leur disposition. « Dans la commune de Zakpota par exemple, tous les électeurs  du village de AHOWOUIME se sont retrouvés à Cotonou. J’espère  que les locomotives  usagées achetées à prix d’or  par Yayi  Boni seront mises  à contribution pour assurer  le convoi de ces électeurs  vers Cotonou », a déclaré Janvier Yahouédéhou.

Et ce n’est pas tout ! D’autres localités de Zakpota ont été aussi victimes des dysfonctionnements crées par la Lépi. « Le village de Yadin  dans  l’arrondissement  de Kpozoun  s’est retrouvé  à Zoungoudo à 10 kms de leurs  résidences. Dans l’arrondissement  de tanta,  le village de Aligoudo  s’est retrouvé à Agonkamè. Dans  l’arrondissement  de Kpozoun, toute l’agglomération  d’Alinhlénou  a disparu. Lors du fameux ratissage, les kits installés  n’ont pas fonctionné  à plusieurs endroits. Dans l’arrondissement  de Allahé par exemple, ce kit n’a fonctionné  que 4 jours  sur les 8 », a conclu Janvier Yahouédéhou. 

Parfait BOCO

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article