Rebondissement dans l’affaire des médicaments en Arabie Saoudite : 2 étudiants béninois jetés en prison à Djeddah

Publié le par L'informateur

L’affaire des  médicaments connaît un rebondissement à Djeddah. Maguid Akélé  a rejoint, mardi 13 mars, Bakari Kolawolé Kazim à la prison  pour  le  trafic de drogue.

Les étudiants Bakari Kolawolé Kazim  (Kétou) et Maguid Akélé (Sakété) ne sont plus libres de leurs mouvements en Arabie Saoudite. Mêlés à une affaire de comprimés transformés en drogue, ces deux Béninois liment leurs dents contre les barreaux de la prison de Djeddah. Si le premier est un nouvel étudiant, le second est un ancien des lieux saints. 

Comme nous l’avons annoncé récemment, quinze étudiants béninois ont bénéficié des bourses privées pour poursuivre leurs études universitaires en Arabie Saoudite. Ils se sont envolés, lundi 06 février, pour les milieux saints de l’Islam. Coup de théâtre ! Ils ont effectué un mauvais voyage en terre sainte.

Suite à leur  descente d’avion à l’aéroport international de Djeddah, un appareil sophistiqué a détecté des « comprimés douteux » dans le colis de Bakari Kolawolé Kazim. L’intéressé parle de médicaments destinés à sa santé. Bluff ! Les policiers arabes ne l’ont pas entendu de la même oreille. L’infortuné béninois a été menotté et conduit dans un commissariat pour complément d’enquêtes. Les « fameux médicaments » ont été confisqués et confiés aux spécialistes pour des analyses.

Les analyses de ces comprimés ont révélé la présence d’une substance proche de la drogue. En d’autres termes, la drogue a été transformée en des médicaments buvables comme des paracétamols et des nivaquines.  L’étudiant Bakari Kolawolé Kazim, qui est le porteur du colis suspect, est mis en examen spécial. Il n’a pas tardé à faire des révélations troublantes.

Sous la pression, le présumé trafiquant de stupéfiants  a révélé le nom de son prétendu complice. Un certain Maguid Akélé, un ancien étudiant, qui a décroché déjà sa licence. Il passe le concours de master le samedi 15 avril prochain. Mais le sort  a décidé autrement. Les policiers en charge du dossier ont mis la main sur lui. Maguid Akélé a été déposé  à la maison carcérale, loin de son ami d’infortune.

En attendant leur sort, les Arabes continuent les enquêtes pour démanteler les réseaux de trafiquants qui les emploient à Djeddah. Les enquêteurs veulent remonter la filière jusqu’au Bénin pour déterminer les tenants et les aboutissants de ce commerce prohibé sur la terre sainte.  

Mais si l’aventure saoudienne  de Bakari Kolawolé Kazim s’est terminée en prison, il n’en est pas de même pour ses camarades.  Les quatorze autres  étudiants ont commencé les activités académiques en  début du mois de mars. Ils suivent les cours en Arabe.

Les  deux présumés trafiquants de drogue Bakari Kolawolé Kazim et Maguid Akélé risquent gros  en Arabie Saoudite. Soit, on  les expulse du pays d’accueil.  Soit, on leur  coupe un bras. Soit, on les condamne à la peine de mort.  

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article