Lepi : Une bombe à retardement à la Cena

Publié le par L'informateur

Nassirou Bako-Arifari, superviseur général de la Commission politique de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cps/Lepi), a remis, dimanche 20 février, le fichier électoral contesté à Joseph Gnononlofoun, président de la Commission électorale nationale autonome (Cena) de la présidentielle. Mais cette Lepi d’exclusion est une bombe à retardement.

Le fichier électoral remis à la Cena est un fichier tronqué. Ils sont 3520576 électeurs attendus au scrutin présidentiel du 06 mars prochain, selon le chiffre de Bako-Arifari. Un tel chiffre est inadéquation avec la réalité démographique béninoise. Une minorité pour élire le président de la République. Seulement parce que la Cour constitutionnelle de Robert Dossou a dit Lepi ou rien. Un holdup électoral en préparation, somme toute.  Pourquoi le gouvernement Boni Yayi refuse-t-il d’admettre la vérité ?  

En effet, la population béninoise est plus de 8 millions d’âmes. Encore que les électeurs recensés soient 5 millions environs.  Mais ces données  gênent les intérêts des « assassins » de la démocratie. Seulement parce que les données  vont en défaveur du candidat au pouvoir, estiment certains observateurs politiques. En vue de permettre à une minorité de Béninois d’élire le président de la République, la Cps/Lepi a réussi la mise en œuvre d’une liste électorale truquée. Pour quels résultats ? Préparer un K.O. au profit du candidat au pouvoir dès le premier tour de la présidentielle. Sinon, comment comprendre que Bako-Arifari  mette une Lepi d’exclusion dans les mains de Joseph Gnonlonfoun pour le scrutin présidentiel.

Ils sont plus d’un million d’électeurs qui n’ont pas retrouvé leurs noms dans le fichier électoral transmis à la Cena. Pour quelles raisons ? Seul, Bako-Arifari peut répondre à cette question. Bien que  5 millions électeurs environs aient  subi les 3 étapes de la Lepi, 3520576  sont appelés à voter. Où sont passés plus d’un million d’électeurs potentiels ? Ils sont exclus purement et simplement du scrutin présidentiel prochain.  Nassirou Bako-Arifari promet, en tout cas,  de les intégrer dans le fichier électoral après la présidentielle.

En dépit de cela, la Cena se prépare à utiliser ce fichier électoral truqué à dessein. Joseph Gnonlonfoun veut-il ouvrir cette boite à pandore ?  Le droit de vote n’est-il pas un droit constitutionnel ? La Cps/Lepi, la Cena et le gouvernement vont-il violer la Constitution béninoise ? Les milliers d’électeurs privés de droit de vote vont-ils croiser leurs bras ? Tout compte fait, une liste électorale contestée est source d’élection contestée.  Et nul ne peut prétendre connaître les conséquences post-électorales.  Mais veut-on conduire le peuple au suicide collectif ? La Cour constitutionnelle de Robert Dossou est compétente pour connaître de ce dossier explosif.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article