Après la remise du fichier électoral à la Céna : Le Front des 3 ordres d’enseignement menace de sortir les armes de 89 contre le régime Yayi

Publié le par L'informateur

A peine livrée à la Céna, la Liste électorale permanente et informatisée  (Lépi), essuie déjà des contestations. Le Front d’action des syndicats des trois ordres d’enseignement est monté au créneau hier, lundi 21 février 2011, pour dénoncer la confiscation politicienne de l’outil. Thomas Hounguè, Raouf Affagnon et compagnies ont effectué une sortie médiatique  à la Bourse du travail de Cotonou, pour inviter les acteurs politiques à rechercher le consensus autour de la Lépi.  Ils se disent prêts  à reprendre les armes de 1989, si les autorités à divers niveaux s’entêtent dans la logique d’organiser des élections aux  lendemains  incertains  pour le Bénin.

Pour eux, la Lépi qui devrait réduire les fraudes et donc  garantir des élections transparentes, est détournée de son rôle d’outil de développement.  Les membres du Front d’action des syndicats des trois ordres d’enseignement  se disent soucieux de la préservation de la paix sociale et  du maintien des droits constitutionnels. Ils  restent  préoccupés  par  la situation de pourrissement dans laquelle peinent à sortir les acteurs politiques nationaux. « Est- ce que le délai prescrit par loi est respecté.  Bako a dit que la loi a dit qu’à défaut de respecter les 60 jours, qu’on  proroger. Et  pour lui, la prorogation est qu’il faut réduire le délai.  Vous consultez n’importe quel dictionnaire littéraire ou juridique, vous ne verrez nulle part que proroger, ça veut dire réduire  le délai.  Ça veut dire que la Lépi de A à Z est truffée d’incohérences et d’incongruités. Ce n’est pas seulement  les prières qui vont  nous sauver. Mais il faut que les hommes et les femmes qui sont des acteurs politiques après la prière,  acceptent de faire le pas pour se rencontrer, pour s’asseoir, pour se parler, pour discuter et trouver des solutions qui sauvent la nation », a déclaré Raouf Affagnon.

 Confiscation politicienne de la Lépi détournée de son rôle d’outil de développement, décisions suicidaires de la Cour constitutionnelle de faire réaliser l’outil à pas forcé,  attitudes incongrues de la Cps et de la Miréna.  Ce sont les thèmes utilisés par  les membres du bureau exécutif du Front pour décrire la situation préélectorale que traverse le Bénin.  «La mort est à notre porte et pour que nous puissions être sauvés de la mort, il faut que très rapidement les acteurs de la scène  politique aient l’humilité nécessaire, l’amour nécessaire  de se débarrasser de leurs intérêts personnels et égoïstes.  Notre réaction s’impose et est d’autant  légitime  qu’on ne  saurait se taire devant  la catastrophe  qui s’annonce…», a ajouté  Raouf Affagnon.

Le Front d’action des  syndicats des trois ordres d’enseignement exige  une Lépi non partisane et fiable. Il invite ses militants à se tenir prêts pour des luttes, au cas où ses revendications ne seront pas prises en compte par les autorités à divers niveaux du pays. « Nous invitons  les travailleurs à se tenir prêts comme ce fut le cas en 1989, pour défendre leurs intérêts à travers la promotion de la démocratie,  le respect des lois et de la paix indispensable  au bien-être des travailleurs du Bénin patrie ».

Le Front  lance pour finir, un appel  aux autorités et personnes morales non partisanes, aux institutions en charge des élections, aux partenaires techniques et financiers, pour que le dialogue souhaité par une partie de la classe politique se tienne.

Parfait BOCO

Publié dans Politique

Commenter cet article