Le vendredi papal férié, puis finalement déclaré journée continue : Un gouvernement toujours "ventilateur"

Publié le par L'informateur

C’est après environ deux ans d’exercice lors du premier mandat, soit au moment où Me Adrien Houngbédji, pour une première fois a décidé de donner de la voix. C’était lors d’une sortie politique dans son fief de Akpakpa à Cotonou. A cette occasion, le président du Prd traitait le régime de Boni Yayi de gouvernement "ventilateur".

Environ 5 ans après, c’est comme si le régime toujours en place, disons le régime refondé n’a pas tiré leçon de la première mandature. Tout ce passe comme si le président Boni Yayi est en train de faire une première expérience de la gestion d’un Etat.

Au Bénin, soit avant 2006, tout le monde avait une idée des jours fériés. Mais pendant le premier  mandat l’ancien président de la Boad a habitué ses compatriotes à de nouveaux jours fériés. Des repos à tout vent. Il suffisait d’un tour de bras et les Béninois pouvaient se féliciter de mériter à nouveau un repos. Parfois, ces jours déclarés chômés pour un rien se succédaient, de sorte que certains Béninois avaient cru que Boni Yayi allaient férié le jour où le 7 milliardième bébé naissait.

Dans tous les cas, le vendredi papal comme l’espérait tout le monde pour rester dans la logique présidentielle a été férié. Un communiqué de presse l’a annoncé. Mais subitement, soit à la surprise générale, dans la nuit du jeudi, la télévision nationale a diffusé le contraire. Selon le ministre du travail, la journée du vendredi 19 novembre 2011, jour de la descente sur le sol béninois du Pape Benoit XVI n’est plus fériée. Elle est simplement continue de 8h à 13h. Mais dans la réalité, certains compatriotes étaient déjà loin, soit en villégiature. Impossible de retourner sur les pas. Et c’est le pays qui est le plus grand perdant. On pourrait comprendre ce qui s’est passé. Le passage sur la télévision nationale dans l’édition de 23h du ministre en charge des affaires étrangères n’est pas bénin. La mission était d’expliquer en quoi le chef de l’Etat n’a pas une préférence pour une religion et que le pape est considéré comme un chef d’Etat…

On ne doit pas perdre aussi de vue les contestations émanant de fidèles musulmans qui ne pensent que Boni Yayi n’a d’oreille que pour les églises chrétiennes. « Nous avons déposé une liste de célèbres musulmans aujourd’hui regrettés  pour qu’ils soient aussi immortalisé comme cela a été fait pour le Cardinal Bernardin Gantin et beau coup d’autres chrétiens. Que des rues portent les noms des nôtres qui ont donné pour ce pays. Mais le chef de l’Etat y est sourd », s’est confié à nous un des musulman.

Tout porte à croire que c’est pour apaiser les musulmans qu’on est revenu sur la journée du vendredi qui était chômée.  

On a alors préféré d’être ventilateur que de continuer par porter le masque de celui qui fait la part belle aux chrétiens, notamment ceux catholiques.

 

Franck Kpochémè

Publié dans Actualité

Commenter cet article