Après les arrêtés préfectoraux entérinant l’élection du nouveau maire d’Allada : Qui veut bloquer l’installation de Cyprien Togni ?

Publié le par L'informateur

Depuis le mercredi 13 juillet 2011, le nom du nouveau maire de la commune d’Allada est connu. La première autorité de la cité des Adjahouto s’appelle Cyprien Togni.  C’est en fait lui qui a gagné le challenge l’ayant opposé à Wilfried Gbétchédji. Mais depuis lors, son installation officielle peine à devenir une réalité.  Deux semaines après ce sacre, on est en droit de se demander ce qui bloque encore la remise des clés de la commune d’Allada à son nouveau propriétaire.  Cette question s’avère légitime en ce sens que le Préfet de l’Atlantique et du Littoral sous la supervision de qui l’élection s’est déroulée le 13 juillet dernier a déjà pris deux arrêtés : l’un, portant constatation de l’élection du maire d’Allada, l’autre portant approbation de la délibération du conseil communal tenu à cet effet. Selon certaines indiscrétions, des esprits malins agiraient dans l’ombre pour  une remise en cause de cette élection. Comme pour traduire leur ignorance des textes en matière d’arbitrage des contentieux électoraux sous nos cieux, des mauvais perdants plutôt que de se référer à la Cour suprême, seule  juge  en la matière, passent le clair de leur temps à frapper des portes au ministère de l’intérieur, à la Préfecture et même à la présidence de la République pour  une remise en cause de ce qui a été pourtant bien fait. En matière de contentieux électoral, la Cour suprême est la seule institution habileté à dire si oui ou non, il y a irrégularité autour d’une élection communale et locale. Le Préfet a déjà joué si bien une partie de sa partition. Placide Azandé mérite d’être félicité pour être resté en tant qu’autorité de tutelle au-dessus de la mêlée.  Il a supervisé l’élection du nouveau maire d’Allada sans parti pris et a pris  déjà les actes administratifs entérinant l’élection de Cyprien Togni comme nouveau locataire de l’hôtel de ville d’Allada. Les arrêtés préfectoraux  N° 2/0146/Dep-Atl-Litt/Sg/Stccd/D1   et N°2/0147/Dep-Atl-Litt/Sg/Stccd/D1 en date du lundi 25 juillet 2011 portant respectivement approbation de la délibération N°2011/08/Mc-Al/Pam/Sac du conseil communal d’Allada en sa session extraordinaire du mercredi 13 juillet 2011 et constatation de l’élection du maire de la commune d’Allada, en disent long. Tout ce qui reste au Préfet pour finaliser  son œuvre, c’est  l’installation du nouveau maire.

 

Les populations d’Allada veulent fêter le 1er août aux côtés de leur maire.

Sans l’installation officielle du nouvel élu, le 51ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale sera commémoré dans une morosité totale dans la commune d’Allada. Or, les populations ne veulent pas vivre la même situation qu’à l’édition précédente. Elle entend festoyer aux côtés de leur maire la prochaine fête de l’indépendance afin d’amorcer en toute sérénité le nouveau départ prometteur pour tous les fils et toutes les filles de la cité historique d’Adjahouto que Cyprien Togni et son équipe se sont engagés à impulser à la tête de l’organe exécutif de la commune d’Allada. Vivement donc l’installation du nouveau maire pour le bonheur de ses administrés.

Ignace SOGLO

Publié dans Actualité

Commenter cet article