Vie des partis politiques : «Le Prd est une composante de l’opposition», dixit Houngbédji

Publié le par L'informateur

Le Parti du renouveau démocratique (Prd) joue un rôle de contre-pouvoir sur l’échiquier politique national. Jusqu’à présent, Adrien Houngbédji se réclame de l’opposition.

Une fois encore, l’ex-candidat malheureux de la présidentielle de 2011 a donné sa position sur la scène politique nationale. L’ancien président de l’assemblée nationale a rappelé son opposition à Boni Yayi qui, selon lui, est réélu à la suite d’une élection catastrophique.

Me Adrien Houngbédji a reprécisé que l’élection présidentielle passée est « catastrophique ». Il ne reconnaît pas toujours la victoire de Boni Yayi dès le premier tour du scrutin. L’ancien porte flambeau de l’Union fait la nation conteste à nouveau le K.O du chef de l’Etat.

« Le Prd est une composante essentielle de l’opposition. Il doit assurer la veille de la politique du gouvernement. Mais il un parti de paix, un parti libre et indépendant. Le Prd n’est pas un parti centriste », déclare le leader des « tchoco-tchoco » pour rassurer les uns et les autres.

Entre temps, le président du Prd a été reçu à la présidence de la République. Beaucoup de Béninois ont commencé à douter de son opposition au pouvoir en place. Mieux, le parti s’isole de l’Un qui incarne l’opposition. On soupçonne le parti des « arc-en-ciel » de préparer en douce son entrée au prochain gouvernement de la refondation.

Une frange des citoyens ne trouve plus les discours du Prd percutants. En témoigne, la sortie médiatique du parti de Houngbédji à propos de l’entretien télévisé à polémique du chef de l’Etat. Bien que les « tchoco-tchoco » aient condamné les déclarations du président de la République, ils ont égratigné l’opposition.

Il n’a pas fallu plus pour que certains analystes politiques classent le Parti du renouveau démocratique dans le panneau du centrisme. L’ex-Premier ministre de Mathieu Kérékou joue au « centriste », estiment-ils. Une telle position n’existe pas sur l’échiquier politique national où on parle de mouvance et d’opposition. L’invitation de deux ministres de Yayi à l’université vacances renforce ceux qui soupçonnent le Prd de faire le jeu de l’exécutif. Un pouvoir qui, à travers l’initiative du Prd, entend organiser un nouvel appel d’offre pour permettre à Talon de retrouver le Pvi et le coton.

Mais l’ex-président de l’assemblée nationale prend le contre pieds de cette position confuse. L’ex-Premier ministre de Kérékou réaffirme son appartenance à l’opposition. Il rejette même l’éthique « centriste » qu’on lui colle à tort ou à raison ces derniers temps.

Bien que Me Adrien Houngbédji se réclame de l’opposition, les saints Thomas n’y croient pas encore. Mais la formation du nouveau gouvernement édifiera les uns et les autres.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article