Un an après : Le gouvernement toujours incapable de faire la lumière sur l’affaire Dangnivo

Publié le par L'informateur

17 Août  2010- 17 Août 2011.  Ce jour est le premier anniversaire de la disparition du concitoyen Urbain Pierre Dangninvo. Précédemment en service au ministère des finances, il a curieusement disparu le 17 Août 2010 après sa journée du travail. Il n’était ni retourné chez lui, ni retourné au boulot le lendemain. Jusqu’ici, soit un an après, ce qui est communément appelé affaire Dangnivo est restée dans les ténèbres. Par deux fois le professeur Albert Tévoédjrè, médiateur de la République a reçu les parents du disparu. Le gouvernement du Bénin a aussi donné son engagement par l’intermédiaire de son chef à faire la lumière sur cette affaire. Mais force est de constater que rien n’est  fait à ce jour. Tout au plus, le peuple a eu droit à une mise en scène autour d’un corps à Womey, banlieue d’Abomey Calavi. Cette mise en scène n’a d’ailleurs ému personne. En premier c’est la famille du disparu qui s’en est vivement opposée. Elle a même refusé de se prêter au texte de l’Adn qui en principe devrait confirmer si oui ou non c’est le corps de Dangnivo. Evidemment, la famille n‘avait pas confiance au gouvernement qui dit avoir recouru à deux médecins, l’un français et l’autre allemand. Et ceci s’explique par les rumeurs qui voyaient les mains du gouvernement trempées dans le sang de ce crime eu égard à l’actualité de l’époque.   Mais tout ceci n’a pas ramené ce compatriote. Triste sort que celui de ce compatriote emporté par les vagues de la méchanceté humaine. Jusqu'ici, pas de lumière sur ce drame. Et pourtant, nous sommes dans un pays où l'État est supposé être le garant de notre sécurité. Ce qui est curieux, c’est que certains commentaires accusent le pouvoir en place qui jusqu'ici n'a rien fait pour s'en laver les mains. Bien au contraire, il  s’enfonce en inventant des  histoires à dormir pour s'engouffrer d'avantage. Je n'en prends pour preuve que l'exhumation d'un corps à Womey qui, selon les parents de la victime n'a rien de ressemblance à ce que pourrait être celui de leur frère. Les propos  contradictoires  du procureur et du ministre de la justice au sujet de l'événement attirent l'attention des citoyens que nous sommes. Rappelons qu'un individu avait revendiqué ce crime, il est mis aux arrêts et certainement déposé en prison. En son temps, le peuple avait crié à une manipulation car c'est vrai que les dés du puzzle ne semblent pas être  bien posés. Jusqu'ici, on n'entend même plus parler de ce type qui, ma  foie, était dans une mission suicide. Est-il déjà jugé? A quel niveau se trouve son dossier? Comment vit-il dans la maison carcérale? Quelles sont ses fréquentations? Autant de préoccupations dont le pouvoir central devrait se dépêcher de nourrir le peuple à l’occasion de ce premier anniversaire  en attendant que la vérité n'éclate. Car tôt ou tard les criminels de Dangnivo seront démasqués.

 

Geoffroy Wusa

Publié dans Actualité

Commenter cet article