Tribunal de 1ère instance de Natitingou : Complot pour assassiner un juge d’instruction (Un des présumés tueurs à gage passe aux aveux)

Publié le par L'informateur

Dans l’une de nos précédentes parutions, nous annoncions qu’une menace planait sur des magistrats en poste au tribunal de 1ère instance de Natitingou. Les faits semblent nous donner raison avec les derniers développements.

En effet, de sources dignes de foi, les menaces ont finalement tentées d’être mises à exécution. Puisque un des présumés tueurs à gage a fini par passer aux aveux. Plus précisément, du moins pour l’heure, on peut citer le nom d’un certain Wilfried Zannou. Ce dernier n’est rien d’autre qu’un des compatriotes arrêtés dans le cadre du dossier du meurtre de la volontaire américaine Catherine Puzzey. M. Zannou est soupçonné, lui aussi d’être à l’origine de l’assassinat de cette dernière. Il ne serait donc pas prêt pour tuer le magistrat.

Par ailleurs, il est soupçonné d’avoir été impliqué dans un dossier de trafic d’armes. De même, il se dit qu’il simule, c’est-à-dire qu’il passe pour son frère jumeau qui a été déjà radié de l’armée.  Depuis plusieurs mois, le sieur Wilfried Zannou est gardé à la prison civile de Natitingou dans le cadre du dossier de la regrettée volontaire américaine.

Selon ses aveux, il aurait été contacté par un de ses pairs détenus aussi à la prison civile de Natitingou pour liquider par tous les moyens physiquement un des magistrats en poste dans ce tribunal. Il s’agit du juge d’instruction près le 2è cabinet, Eric Ahéhéhinnou.

Pour le moment, il est difficile de savoir quel est le dossier qui gêne. Puisque les juges d’instruction ont souvent plusieurs dossiers gênants. Celui du 2è cabinet a par exemple le dossier de vol de plus de milles moustiquaires à Natitingou où plusieurs agents de la direction départementale de la santé ont été arrêtés. Il a également le dossier dans lequel Kassa Mampo Naguini, président du Comité de développement de la ville de Natitingou a été arrêté. Cette arrestation fait suite au meurtre d’un El Hadj, conducteur de taxi moto dans le cadre des préparatifs du 1er août. Plus récemment encore, le juge Ahéhéhinnou mène des investigations sur le dossier de micro crédit dans lequel même le directeur de cabinet du ministre du tourisme est placé en détention préventive.

Laurent A.

Publié dans Actualité

Commenter cet article