Tentative de réconciliation suivant les vœux du Pape : Yayi reçoit Amoussou et Idji

Publié le par L'informateur

Le chef de l’Etat a reçu, hier, en audience les leaders de l’Union fait la nation (Un) au palais. Une première rencontre entre Yayi, Amoussou,  Idji et consorts au lendemain du séjour du Pape placé sous le signe de la réconciliation.

La visite du Pape Benoît XVI a commencé à porter ses fruits. En voulant respecter la parole papale, le président de la République a convoqué les responsables de l’Union fait la nation dans le cadre de la réconciliation. Ils ont répondu à l’appel du successeur de Mathieu Kérékou.

Sur l’invitation de Boni Yayi, Bruno Amoussou, Kolawolé Idji, Augustin Ahouanvoébla et Eric Houndété se sont rendus à la présidence de la République dans l’après-midi d’hier. Une telle  audience s’inscrit dans la logique de la réconciliation papale amorcée au stade de l’Amitié de Kouhounou, la semaine écoulée. Le chef de l’Etat a voulu joindre l’acte à la parole. Il a appelé les leaders de l’Un pour les écouter.

Joints au téléphone, certains responsables de l’Union fait la nation ont préféré donner leur langue au chat. Ils n’ont pas voulu aborder le sujet. Evidemment, ils n’ont fait aucune déclaration à la sortie d’audience. Mais un membre influent de l’Un a reconnu tout de même que les «unionistes»  se sont rendus au palais sur la demande du manitou de la Marina.

Une chose est sûre, les échanges ont tourné autour de la réconciliation. Le chef de l’Etat a montré sa volonté de réconcilier la classe politique au lendemain du K.O présidentiel à polémique. Les injonctions papales ont été pour quelque chose. Suivant les conseils de Benoît XVI, Boni Yayi a tenté de sauver ce qui peut l’être encore.

Mais la question est de savoir si Bruno Amoussou, Kolawolé Idji, Augustin Ahouanvoébla,  Eric Houndété et consorts sont prêts à accepter cette nouvelle main tendue de Boni Yayi. Rien n’est plus sûr. Et rien n’est moins sûr.  La preuve est qu’ils sont sortis de l’audience  sans se confier aux  hommes des médias. Le plus dur de la réconciliation commence pour Boni Yayi.

Aziz IMOROU

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article