Tentative de lancement du lotissement quelques jours après le hold-up électoral : Le maire Patrice Hounsou-Guèdè désavoué à Zinvié

Publié le par L'informateur

La première autorité de la commune d’Abomey-Calavi a essuyé des sueurs froides hier mercredi 27 octobre 2010 dans l’arrondissement de Zinvié. Alors que les populations de cette localité ne s’en sont pas encore remises du hold-up électoral orchestré par ses soins avec la complicité du Préfet de l’Atlantique-Littoral pour ‘’imposer’’ Ludovic Boko chef d’arrondissement, Patrice Hounsou-Guèdè a conduit une délégation à Zinvié pour dit-il, lancer les opérations de lotissement. Mais mal lui en a pris. Debout comme un seul homme, les ‘’Zinviénou’’ ont dit niet au maire. C’est des cris de désapprobation, des déclarations désobligeantes qui ont accueilli le maire et sa suite obligés de rebrousser chemin la tête baissée. Dans un vacarme assourdissant, les populations ont rappelé à Patrice Hounsou-Guèdè qu’il n’a pas joué franc jeu avec elles. En effet, avant l’élection controversée de Ludovic Boko, le maire a tenu une réunion avec les propriétaires terriens de Zinvié. Ces derniers ont, au cours de cette séance, martelé que tant que Dansou Dossa, le chef d’arrondissement légitimement et légalement élu le 30 août 2010, n’est pas installé, il n’y aura pas question du démarrage d’un quelconque lotissement dans l’arrondissement de Zinvié. Pour calmer les ardeurs visiblement déchaînées, le numéro 1 de la commune d’Abomey-Calavi a promis aux populations que le 11 octobre au plus tard, elles auront leur chef d’arrondissement. Mais parallèlement, des manœuvres politiciennes ont été engagées par le maire pour faire de Ludovic Boko, débauché de façon impure de l’Alliance le Réveil pour le compte de son parti Pur, le Ca de Zinvié.

Dans la foulée des huées, il a été notifié au maire que les deux modules de trois classes plus deux magasins accordés à l’arrondissement de Zinvié dans le cadre du Projet d’appui à la gestion des communes (Pagecom), ne sera point réduit en un seul. Le second étant réorienté vers l’arrondissement de Kpanroun. «Zinvié souffre énormément d’un manque d’infrastructures scolaires. Les rares écoles de l’arrondissement, sont sans toit, sans équipements mobiliers. On ne comprend donc pas pourquoi l’on veuille nous pénaliser par le biais d’une délibération du conseil communal qui a été invalidé par le Préfet. Tant que ces aspects ne seront pas clarifiés, il n’y aura pas de lotissement à Zinvié», a martelé en furie un des contestataires. En effet, se prenant à son propre piège, le maire de la commune d’Abomey-Calavi, voulant convoquer le conseil communal ayant abouti à l’élection de Ludovic Boko, a omis de remettre à nouveau sur le tapis, le sujet relatif au projet Pagecom. Or, l’arrêté préfectoral année 2010 N°2/0138/Dep-Atl-Litt/Sg/Stccd/D1 portant constat de nullité de la délibération N°21/023/C-Ac/Sg/Sac du 30 août 2010 du conseil communal d’Abomey-Calavi en sa session extraordinaire du lundi 30 août 2010, a clairement indiqué en son article 2 que « Le conseil communal doit statuer à nouveau en toute légalité sur le même ordre du jour ». L’ordre du jour en question, concerne non seulement l’élection du Ca de Zinvié mais aussi la délibération relative au projet Pagecom. Mais comme la finalité des manigances était d’abattre coûte que coûte le Ca élu le 30 août 2010, pour ne pas nommer Dansou Dossa, président de l’Alliance le Réveil, supposé opposant, le maire s’est empressé de convoquer un conseil extraordinaire qui n’a eu que pour point inscrit à l’ordre du jour, l’élection du Ca de Zinvié. Uniquement ça. Si le Préfet doit faire preuve de justice et d’équité, il doit à nouveau annuler cette délibération qui restreint la décision qu’il a prise. L’élection de Ludovic Boko installé en fin de la semaine écoulée sous forte surveillance policière, doit être déclarée nul et de nul effet. Pour peu que sous le changement, on veuille faire les choses dans les normes requises. Mais en attendant que les voix autorisées ne se prononcent sur la légalité de cette élection, les populations ruminent leur colère à Zinvié. Elles s’opposent au démarrage du lotissement et estiment par ailleurs qu’une kyrielle de litiges domaniaux existent sur le terrain.

Ignace SOGLO

Publié dans Actualité

Commenter cet article