Suspension des primes et indemnités : Les agents de l’Onip demandent à Yayi de rapporter sa décision

Publié le par L'informateur

Les agents de l’Office national d’imprimerie et de presse (Onip) ont organisé, hier, un sit-in pour demander au chef de l’Etat de revenir sur sa décision relative à  la suspension des primes et des indemnités dans les sociétés et offices publics.

«Cette décision ne doit pas concerner les travailleurs. Il n’est pas  question de suspendre les primes et les indemnités. C’est criminel. Nous demandons au gouvernement de sursoir sa décision. Si le chef de l’Etat ne rapporte sa décision, nous n’allons pas nous arrêter au sit-in. Ce n’est qu’un début. Il y a d’autres actions plus musclées », a déclaré le Sg/Syntra-Onip Gontrant Hounsounou qui promet des heures chaudes au pouvoir.

Le directeur général de l’Office national d’imprimerie et de presse (Onip) Assévi Akuété a joué la carte de l’apaisement. L’ancien directeur de publication du quotidien du service public « La Nation » a rassuré les manifestants. « Ce n’est qu’une suspension », a-t-il expliqué à ses collaborateurs surchauffés à bloc.

Les journalistes, les techniciens, les imprimeurs, les photographes, les distributeurs et autres agents de l’Onip ont exprimé leur mécontentement au sujet de la suspension des primes et indemnités dans les sociétés et offices d’Etat. Les pancartes confectionnées pour la circonstance en disent long. Ils  ont  paralysé toutes les activités de l’office  durant des heures. « La cause est noble et commune », estime un manifestant. Les agents de l’Onip  ont décrié la dernière décision gouvernementale. Les camarades de Gontrant Hounsounou ne sont pas prêts à supporter l’application de l’acte présidentiel suspendant primes et indemnités dans les sociétés et les offices publics.

 En fin du mois d’octobre, sur l’instruction du chef de l’Etat, le secrétaire général de la présidence Edouard Ouin-Orou a suspendu les primes et les indemnités dans les sociétés et les offices publics. La Sbee, la Soneb, le port, la Sobemap, la Cobenam, le Cncb, la Cnss, l’Onip, l’Ortb et autres structures étatiques sont dans le viseur du chef de l’Etat. Les prochains jours risquent d’être tumultueux dans bon nombre de structures étatiques.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article