Supposé apurement de la liste électorale avant les législatives : Du bruit pour rien

Publié le par L'informateur

C’est par presse interposée que les partis politiques ont été informés que la Cps/Lépi et la Miréna « appuyées par le système des nations unies procèdent depuis peu à l’apurement de la liste électorale en vue de rapprocher les électeurs des différents lieux de vote ». Drôle de manière de procéder à l’épuration de cette liste qui a été la source de tous les problèmes pré-électoraux, électoraux et post électoraux. Si la liste a été déclarée frauduleuse c’est bien la classe politique qui s’en est plainte. Alors le moins que le bon aurait conseillé serait que toute touche à apporter à cette liste se fasse avec la collaboration étroite des auteurs des incriminations. Mieux, il faut rappeler que c’est la cvoalition Abt qui afficiellement saisi la Cps/Lépi, La Miréna et la Cour constitutionnelle pour qu’il soit procédé à un audit de la liste électorale. Et depuis plus rien et les responsables politiques dans leur ensemble ont demandé aussi l’audit. Alors que serait un apurement d’une telle liste sans la prsence en personne du député Dassoundo qui avait écrit à Gbagbo, au plus fort de la crise humanitaire.

L’autre aspect qui rend totalement incroyable cette démarche d’apurement de la liste électorale sans les partis d’opposition est bien sûr la raison et le fondement qui aurait été avancés pour procéder à l’apurement de la liste. Selon les informations glanées ça et là, la liste électorale serait apurée juste pour rapprocher les électeurs des différents lieux de vote. Autrement dit, en termes d’apurement, il n’est prévu qu’un simulacre de déplacement de bureaux de vote. Cela dit il est à souhaiter que les partenaires des Nations Unies ne se transforment pas instruments de validation des fraudes électorales comme ce fut le cas de l’Afghanistan où c’était plutôt les nations unies qui ont été accusées de fraudes électorales. Les mêmes nations unies ont été les organisatrices en chef de la présidence ivoirienne. Maintenant c’est la même institution qui a dit avoir financé en grande partie la réalisation de cette liste qui crée des frustrations au sein des paisibles populations. A y voir de très près, une élection législative ne peut  être que favorable à la Fcbe et aux amis du changement.

Alors que va faire l’opposition ? Va-t-elle essuyer un nouvel affront après ceux de la présidentielle et des recours déposés à la Cour constitutionnel.

 

Claude ALOFA

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article