Sortie médiatique du 2ème vice-président de l’Assemblée nationale : Boniface Yèhouétomè dénonce une cabale contre la Rb

Publié le par L'informateur

Le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale a signé hier sur Golfe-Télévision, sa première sortie médiatique après son élection au sein du bureau du parlement. En sa qualité de porte-parole de la Renaissance du Bénin, Boniface Yéhouétomè, puisque c’est de lui qu’il est question, a apporté des clarifications par rapport aux nouvelles orientations prises par ce parti sur l’échiquier politique national.

 

« La Rb a trahi », « La Rb a dribblé ses alliés de l’UN », « La Rb a fait voler en éclat l’UN », « La Rb a fait ci, la Rb a fait ça »… Ces allégations qui fusent de toutes parts pour interpréter les dernières options politiques faites par le parti que préside Léhady Soglo sont injustes, inconvenantes, voire malveillantes ; du moins à en croire le porte-parole de cette formation politique. Selon Boniface Yèhouétomè, «Il y a une cabale contre la Rb ; il y a de l’acharnement contre la Rb ». Et ceci parce qu’elle a voulu tout simplement faire une lecture plus juste des messages lancés par les populations après les dernières élections en acceptant la main tendue du chef de l’Etat pour contribuer de façon conséquente à préserver la paix, à sortir le pays de la précarité. « La Rb a accepté la main tendue du chef de l’Etat. Ceci se traduit par la présence d’un militant Rb au sein du bureau du parlement et d’un autre au gouvernement. Notre objectif est de rebâtir progressivement la confiance. Le principal enjeu, c’est le pays ; c’est le développement du pays. Ce n’est pas la peine de continuer à faire la politique de la chaise vide. L’enjeu, c’est les routes pour les populations, c’est les solutions aux problèmes d’inondations. On n’a pas besoin de signer un contrat de gouvernement ou de législature avant de jouer notre partition pour la préservation de la paix et de la justice sociale. Le plus important, c’est de contribuer. Et notre souhait à la Rb est que cette main tendue s’étende à tous les autres partis politiques de l’Union fait la Nation ».

Allant dans le vif du sujet, Boniface Yèhouétomè a expliqué qu’au niveau de l’Union fait la Nation, les différentes entités politiques sont allées en rangs dispersées en ce qui concerne les négociations relatives à la formation du bureau de l’Assemblée nationale : «  Il n’y a pas eu concertation dans la démarche », a-t-il déclaré. Le député Yèhouétomè comprend mal qu’on s’en prenne à son parti alors que, pour l’élection de ce bureau, d’autres députés non Rb mais membres de l’Un comme Atao Hinnouho, Edmond Agoua et Cyriaque Domingo, sont restés à l’hémicycle pendant que les autres sont sortis. Il fustige aussi les attaques relatives à la démarcation de la Rb en ce qui concerne la constitution des groupes parlementaires : « Le fait d’être ensemble ne signifie pas qu’on ne peut pas avoir des tendances. Les Fcbe ont 41 députés. Mais ils ont constitué 4 groupes parlementaires.

Par ailleurs, l’entrée au gouvernement de Yayi d’un ministre d’obédience Rb ne doit pas être interprétée, à en croire l’invité de Golfe Télévision, comme une trahison car, répète-t-il, « La Rb s’efforce de rester coller à une certaine vision, à une certaine éthique. Nous devons jouer notre partition pour un mieux-être social des populations ».   

 

«Trahison par rapport à quoi ? »

Le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale se demande par rapport à quoi la Rb a trahi. Jetant un regard dans le rétroviseur, Boniface Yèhouétomè fait observer que par le passé, deux militants du Madep ont quitté leurs rangs pour aller au gouvernement, mais que l’Union a toujours existé. Il condamne avec véhémence le deux poids, deux mesures et demande aux auteurs de ses accusations « d’enlever la poutre qui est dans leurs yeux avant de chercher à enlever la paille qui est dans les yeux des autres». 

A la question de savoir si la Rb est de la mouvance ou de l’opposition, l’honorable Yèhouétomè répond qu’ « Au stade actuel, il n’y a pas d’opposition. A ce jour, il y a des gens qui expriment des points de vue contraires. On a des gens qui sont peut-être proches  de telle ou telle autre obédience ». Il ajoute : « Les acteurs politiques doivent être conséquents par rapport aux textes. Et l’opposition ne doit pas être perçue comme le groupe qui va seulement contre ce que disent les autres. L’extrémisme, ce n’est pas une bonne chose. Il faut une opposition constructive ».

 

Satisfécit à Léhady

Boniface Yèhouétomè a profité de l’occasion à lui offerte pour vanter les mérites de Léhady Soglo, président de la Rb. Pour lui, cet homme a été le pionnier de la nouvelle dynamique progressiste amorcée par la Renaissance du Bénin. « Le président Léhady a une capacité d’anticipation  très forte. L’architecte de l’Un, c’est lui. Il a exprimé son désintérêt par rapport aux choses matérielles. Je loue sa sagesse, son humilité et son style de gouvernance. Il aurait pu être membre du bureau de l’Assemblée nationale ; mais il a donné mon nom. Il aurait pu être au gouvernement, mais il a proposé un autre cadre du parti ».  Et pour conclure, il lève un coin de voile sur les nouvelles orientations du parti telles que partagées par Léhady Soglo et ales autres membres du bureau politique de la Rb.   Il s’agit d’ : « Avoir un parti qui continue d’œuvrer pour que les acteurs politiques soient unis pour le développement du pays, unis pour la justice sociale, unis contre les fléaux comme la corruption, la précarité ; faire en sorte que demain soit meilleur pour chacun et pour tous ; tendre la main aux autres et accepter les mains tendues des autres ».  

Ignace SOGLO

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article