Sit-in ce jour au ministère de la santé : Les paramédicaux promettent de chauffer à blanc le ministre Issifou Takpara

Publié le par L'informateur

Le Front uni des organisations syndicales de la santé (Fuoss),  organise ce jour,  lundi 13 décembre 2010, un  nouveau sit-in au ministère de la santé pour réclamer ses droits. Après le mouvement du vendredi dernier au Centre national hospitalier et universitaire (Cnhu) Hubert Koutoukou Maga, ce collectif de 22 syndicats à la base du secteur de la santé regroupe ses militants  au ministère de la santé,  pour protester contre l’attitude du  gouvernement dans la gestion de la crise en cours dans les hôpitaux. Occasion pour les membres du Fuoss de mettre en garde les responsables des formations sanitaires qui se plaisent à opérer des défalcations sur les salaires des paramédicaux pour fait de grève. « Jusqu’aujourd’hui, aucun de nos points n’est satisfait, si ce n’est que des acrobaties et des jeux de mots alignés qui ne capitalisent aucun acquis pour les travailleurs. Nous avons réalisé que c’est un véritable marché de dupe qu’on a conclu le lundi 29 novembre 2010. Ce qui justifiait bel et bien que le lendemain déjà, le ministre de la santé était monté au créneau pour dire que sur nos quatre points de revendications, trois sont satisfaits. C’est du mensonge et  du mensonge d’Etat. Aussi voudrons-nous avertir tous les responsables des formations sanitaires qui opèrent des défalcations sur salaires pour fait de grève qu’aucune reprise des activités n’aura lieu si ces défalcations ne sont remises en place », a laissé entendre le coordonnateur du Fuoss, Yessoufou Alao.

Les agents de santé restent donc  intraitables par rapport à leurs revendications et mettent en branle des stratégies pour forcer la main au gouvernement.  Pour le sit-in de ce jour, on craint de chaudes échauffourées entre les agents de santé et le département du ministre  Issifou Takpara. De leur côté, les paramédicaux promettent de chauffer à blanc le cabinet ministériel qui ne ferait rien pour faire aboutir leurs revendications. Ils prédisent des heures chaudes au ministre  Issifou Takpara et à ses collaborateurs. Ils entendent également dire à l’autorité au cours de ce sit-in santé leur volonté de  boycotter le 4ème tour des journées nationales de vaccination prévu pour les  17, 18 et 19 décembre et les rapports mensuels  d’activités dans les  formations sanitaires du Bénin.

 

Le sit-in du vendredi au Cnhu

Les paramédicaux ont organisé un sit-in ce vendredi au Centre national hospitalier et universitaire (Cnhu) Hubert Koutoukou Maga de Cotonou, pour mettre en garde les autorités  au sujet des menaces de défalcations sur salaires. Ils ont abandonné  pour quelques heures les blouses pour crier leur ras-le bol  face au refus du gouvernement de donner une suite favorable à leurs revendications. Mais après des heures de tapages et de slogans hostiles au directeur du Cnhu,  aucune autorité du centre  n’est venue à leur encontre.  Une situation qui n’a pas émoussé  les ardeurs des manifestants  qui projettent un autre mouvement pour ce jour, lundi 13 décembre  2010 au ministère de la santé. « Que les autorités viennent ou pas pour recevoir notre motion, nous allons  toujours manifester. Le mouvement sera toujours réédité. Nous  ne serons pas fatigués  de faire la grève tous les jours. C’est au gouvernement de savoir qu’il y a des morts dans nos  hôpitaux. Nous ne savons pas qu’il y a des morts. On nous a brimés  et nous revendiquons nos droits.  Jusque-là, nous sommes à trois jours de grève  par semaine. Nous  pouvons aller à 4, 5, 6 voire 7 jours par semaine ou aller carrément à une grève illimitée. Nous n’avons pas encore déclenché une grève illimitée parce que  nous sommes entrain de prendre  suffisamment d’écart et dès que nous allons sauter, tout le monde va sentir. Nous faisons seulement trois jours de grève par semaine et tout le monde crie.  Nous sommes maintenant décidés à aller loin. Nous réfléchissons pour que dans les tout prochains jours  le mouvement soit porté  à 4,5, 6, 7 jours sur 7 si le gouvernement continue  d’adopter la politique du singe  ne rien entendre, ne rien voir et ne rien dire », a indiqué Vincent Ehoulé, Secrétaire administratif du Fuoss.

Parlant du sit-in  au Cnhu proprement dit, le Secrétaire administratif du Fuoss déclare :  « Ce sit-in fait suite  aux menaces de défalcations sur salaires proférées à l’encontre des agents du Cnhu et d’autres menaces verbales  que le directeur est entrain de faire à l’encontre de ces agents depuis que les mouvements de grève ont commencé dans le secteur de la santé. C’est dans ce cadre que nous sommes venus une fois encore  manifester aujourd’hui notre mécontentement  par rapport à la manière dont le gouvernement gère nos revendications.  Cela voudra dire  encore une fois que les autorités  de notre pays ne prennent pas la mesure  du mouvement qui est observé  dans le secteur de la santé jusqu’à présent. Nous réclamons  la prime de risque et jusqu’ aujourd’hui  rien n’est obtenu concrètement. C’était  un marché de dupe  qu’on a conclu  avec nous nous. La preuve  est que le gouvernement a nié  tout ce qui a été dit à la séance précédente. Le gouvernement doit négocier objectivement  au lieu de s’amuser avec la santé des populations ».

Parfait BOCO

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article