Retard dans la réalisation des projets à Parakou : Le maire Soulé Alagbé dans le collimateur des populations

Publié le par L'informateur

Les populations de Parakou ne voient pas d’un bon œil le retard que connaissent les nombreux projets de leur ville. Sur ce, elles accusent à tort ou à raison le maire Soulé Alagbé d’avoir croisé les bras devant une telle situation dans laquelle se trouve la cité des Kobourou.

Cela fait plusieurs jours  que les populations ne cessent de grogner contre les autorités communales, notamment le maire et ses adjoints. Mais qu’est-ce qui fâche les administrés de Soulé Alagbé ? Il faut dire que le retard que connaissent les projets sociaux de la ville est à l’origine de ce mécontentement.

« La ville de Parakou végète  dans le sous-développement. Les projets de la ville ne connaissent jamais  un heureux aboutissent. Et pourtant, les autorités municipales, en l’occurrence le maire  ne fait  rien dans ce sens.  Sinon comment comprendre que les projets soient abandonnés sans que personne ne dise mot », s’indigne un jeune de Kpébié.

Même si le vieux que nous avons rencontré à Tourou ne partage pas cet avis, il reconnaît que la cité des Kobourou n’a pas bénéficié de grand-chose  à l’avènement du changement. « Ce problème du sous-développement de Parakou dépasse le maire. Mais nous  ne savons pas si les élus municipaux  n’en parlent pas à Boni Yayi. S’ils ne le font pas, il est temps qu’ils le fassent », déclare-t-il.

Mais du côté de la marie, certains conseillers tentent de se justifier. « Nous faisons ce que nous pouvons. Concernant les projets dont-ils parlent, cela ne dépend pas de notre volonté », déclare un élu municipal.

Toujours est-il que  les projets comme  l’emprunt obligataire, l’électrification solaire, les dépotoirs intermédiaires, le port sec, l’aéroport de Tourou tardent  à devenir une réalité. Il suffit de descendre à Parakou pour constater de visu le piétinement de ces projets si chers aux Parakois.

Très fâchée, une frange de la population de la municipalité du département du Borgou/Allibori menace de descendre dans les rues pour exprimer son ras-le-bol face à ce qu’elle appelle la marginalisation de Parakou. Mais d’autres personnes proposent de rencontrer le chef de l’Etat en personne pour lui mettre la puce à l’oreille.

Guillaume Adégbola

Publié dans Actualité

Commenter cet article