Résurgence de la vindicte populaire à Cotonou : Deux malfrats brûlés vifs à Agontikon hier

Publié le par L'informateur

Matinée noire pour deux divorcés sociaux qui ont  choisi d’opérer au quartier Agontikon à Cotonou hier lundi 08 novembre 2010. Pour avoir arraché le  sac à main d’une dame, ils ont subi les conséquences de la colère de la  population. Au moment de prendre la fuite après leur opération, ils ont été pris en chasse par la population qui a fini par avoir raison d’eux.  Ils  ont été donc brulés vifs par la population surexcitée.

Selon des témoignages, ces  malfrats avaient déjà arraché dimanche dernier au même lieu,  la moto Danyang d’une jeune-dame. Le lendemain lundi (hier donc) à l’aube, ils ont arraché le sac à main d’une dame et s’apprêtaient à détaler, quand ils ont été maîtrisés par la population.   ‘’ Ces malfrats ont pris ma moto  de marque Danyang hier. Ils m’ont frappé et m’ont arraché ladite moto. Aujourd’hui, je suis venue chez la personne chez qui je m’étais rendue hier pour qu’on m’arrache ma moto. J’étais là au même lieu quand  j’ai entendu Oh voleur. Je suis sortie de la chambre pour voir ce qui se passait.  J’ai vu un gars qui a en mains,  un  coupe-coupe, une manchette et un sac à mains.  Tout le monde a commencé par crier Oh voleur. Ce malfrat  a pris sa manchette sur un gars. C’est de là qu’ils l’ont assommé pour le frapper’’, a déclaré une  femme victime de l’indélicatesse des ces malfrats.

Pour un autre témoin qui requit l’anonymat, l’un des malfrats était habillé en tenue jaune habituellement réservée aux conducteurs de taxis motos communément appelés Zémidjans. Ce dernier s’apprêtait avec son acolyte à s’enfuir,  quand il a été rattrapé puis  tabassé à mort, avant d’être brulé vif par la population. Le second voleur  a été maitrisé suite à une course qui a échoué dans un bas-fond.  ‘’Je suis à la maison à l’aube,  quand j’attendais Oh voleur. J’ai pris ma moto pour voir ce qui se passait. J’ai rencontré  sur mon chemin un gars qui avait en main  un coupe-coupe  et un sac en main. Je l’ai laissé. Je poursuivais mon chemin  quand j’ai  retrouvé une dame par terre. La dame disait que des voleurs  ont pris son sac. Elle était blessée au bras et a des blessures à la cuisse. En laissant la dame, j’ai vu un gars habillé en  chemise de Zémidjan. Il est aussi  étalé parterre.  La dame me fit signe que ce monsieur faisait partie des voleurs.  Du coup, les gens ont commencé par le taper.  Nous les avons laissés pour rechercher le second bandit qui détenait le sac à main. Nous l’avons poursuivi. Il est rentré  dans un  bas-fond. Quelqu’un s’est entêté et est rentré avec lui  dans le bas-fond. Il l’a fait sorti et l’a ramené là où on tabassait son acolyte.  C’est de là que la population est venue pour les bruler’’, a-t-il ajouté.

Les deux malfrats ont été  donc brulés  vifs, avant donc l’arrivée des forces de l’ordre contactées.

Parfait BOCO

Publié dans Société

Commenter cet article