Répercussion de la crise portuaire : Jean-Michel Abimbola remplacé à l’économie maritime (Le DG port en sursis)

Publié le par L'informateur

La situation de crise et l’atmosphère délétère  qui se vivait au port autonome de Cotonou a pris des tournures spéciales hier. En effet le chef de l’Etat a décidé d’une mutation de son ministre en charge de l’économie maritime. Jean-Michel Hervé Abimbola quitte donc le ministère où il a été appelé par Yayi pour remplacer l’expérimenté  Issa Badarou. A l’époque la mission était bien claire, conduire à bon port les réformes au port. Les observateurs avertis de la politique nationale doutaient de la capacité de l’homme à gérer un secteur qui reconnu comme très tumultueux parce que brassant d’intérêts énormes. Ce n’était pas les compétences techniques de l(homme qui étaient mises en cause mais beaucoup lisait en Abimbola une certaine frigidité qui n’est pas de nature compatible avec les tumultes nécessaires à toutes les réformes quelque soit le secteur concerné. Quelques mois seulement après les faits semblent bien donner raison à ceux qui doutaient de l’homme à pouvoir réussir des réformes dans ce secteur précis. Abimbola s’en va dans une situation qui démontre bien que le chef de l’Etat n’est pas satisfait de son travail à ce ministère.

Ce sentiment, le chef de l’Etat l’a exprimé lors de la rencontre qu’il a tenue hier au port de Cotonou avec les acteurs portuaires tout juste avant la décision de faire sortir les camions chargés de l’enceinte portuaire et de les faire accompagner des forces armées béninoises. A cette rencontre le chef de l’Etat a menacé le ministre et le Dg port de les relever si les mesures idoines ne sont pas prises pour la mise en application des décisions relatives aux réformes portuaires.

En remplacement à Jean-Michel Abimbola, le ministre Valentin Djènontin Agossou précédemment en poste à la culture et à l’alphabétisation. Les enjeux restent les mêmes mais la pression plus énormes pour le nouveau ministre. Y arrivera-t-il ? Il en a tout intérêt car l’épée qui a failli faire partir la tête de Abimbola du gouvernement n’est pas encore descendue.

Le Dg port en sursis

Boni Yayi a été plus que claire ; vous et votre ministre vous serez limogés si les réformes ne sont pas exécutées comme il le faut, c’est du moins ce qu’a laissé entendre le chef de l’Etat en s’adressant à Joseph Ahanhanzo Glèlè, Dg port. Vous et votre ministre ; et quelques heures seulement après le ministre est parti. Alors "vous" est resté pour le moment. Mais Joseph Ahanhanzo ne sera plus seul à prendre les décisions au port de Cotonou. Il devra compter et collaborer avec une autorité portuaire élargie et renforcée. Parlant de renforcement de l’autorité portuaire, Boni Yayi demande la mise sur pied d’une plate-forme qui intègre tous les acteurs portuaires afin que les décisions une fois prises soient facilement applicables. Révision de l’autorité portuaire y-t-il autre moyen pour reconnaître l’incapacité du Dg à garder le contrôle des réformes initiées ? Désormais il risque d’avoir dans l’organe de décision au port outre le Dg port, il faut  une autorité de régulation constituée des transitaires, des partenaires, Bénin Control et tout le reste. Le Dg port est donc seulement en sursis et ceci est un signal fort.

Yayi réaffirme son engagement à conduire à terme les réformes

Le Chef de l’Etat n’a pas procédé à ces réaménagements pour juste se séparer d’incapables autorités ; il s’agit bel et bien d’un signal fort que le chef de l’Etat lance à toute la communauté portuaire. S’il est d’homme qui doutait encore de la volonté de Yayi à réformer véritablement le port, il vient d’être rassuré. Boni Yayi est prêt à aller jusqu’au bout. Seul s’il le faut ; mais les réformes auront lieu.

Fermeté, engagement et abnégation, c’est le Yayi en action au port de Cotonou.

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article