Rencontre du chef de l’Etat avec les gestionnaires de parcs : « Je vais faire votre bonheur contre vous », dixit Yayi

Publié le par L'informateur

Le chef de l’Etat a eu, hier au palais, une séance de travail avec les gestionnaires de parcs au sujet du Pvi. Ces derniers ont déploré la délocalisation de leurs caisses. En dépit de tout, Boni Yayi maintient le Pvi pour, dit-il, le bien de tous.

 

« Nous sommes tenus d’entreprendre les réformes structurelles dans tous les secteurs. La création de la richesse est indispensable pour notre nation. Nous sommes tenus de nous prendre en charge, de prendre en main notre destin. Mon gouvernement est tenu d’aller dans cette direction. Je vais faire votre bonheur contre vous. Je ne peux plus faire demi-tour », a déclaré Boni Yayi aux  gestionnaires de parcs.

Le président de la République n’entend pas revenir sur la réforme portuaire. Il reconnaît que les réformes doivent faire mal aux gestionnaires de parcs, de vente des véhicules d’occasion. Mais il est  là pour veiller à ce que la richesse soit partagée aux regards de l’effort de chacun. Il le fait ni pour lui-même ni pour ses ministres. Le chef de l’Etat réaffirme que ce sont des réformes du gouvernement pour la création de la richesse.

En effet, Boni Yayi a expliqué que les réformes sont indispensables pour plusieurs raisons. Il  a évoqué les engagements au niveau des institutions de Breton Woods, de la Cedeao et d’autres. Le numéro 1 des Béninois  a rappelé que  beaucoup de ses compatriotes maquent d’eau, d’électricité, d’école et  de centre de santé  sur le territoire national. Il compte alors sur tout le monde pour bâtir une nation moderne et prospère.

«Je n’attends plus rien de l’extérieur», s’engage Boni Yayi. Il appelle tous les citoyens à soutenir les réformes pour se libérer des prêts étrangers et les aides extérieures. Il estime que le pays recule. Le chef de l’Etat compte, dit-il, sur tout le monde et même sur les malades  dans les hôpitaux pour aller de l’avant. Il est indispensables, soutient-il, d’accélérer les réformes dans tous les domaines.

                        

Les griefs des gestionnaires de parcs

Eu égard à ces explications, les gestionnaires de parcs, de vente de véhicules d’occasion ont promis de soutenir le Programme de vérification des importations de nouvelle génération (Pvi-Ng). Ils ont néanmoins dressé les griefs contre le Pvi à l’étape actuelle. Saluant l’initiative du chef de l’Etat de les rencontrer, le premier intervenant a fustigé le fait que les gestionnaires de parcs n’ont pas été associés aux processus de l’élaboration du Pvi. « Les gestionnaires de parcs font recours au chef de l’Etat pour garder leurs caisses », souhaite-t-il. Il n’est pas autrement pour le second intervenant. Il demande de prendre en compte les gros porteurs  dans les projets tarifaires. Il a notifié au chef de l’Etat que la délocalisation de leurs caisses va créer le licenciement des centaines d’agents. Les hôtes de Boni Yayi souhaitent la souplesse dans l’application du Pvi-Ng.

Mais les ministres  Adidjatou Mathys, Jean Michel Abimbola, Pascal Koupaki et Issifou Kogui N’dorou ont expliqué tour à tour les biens fondés du Pvi. Concernant la délocalisation des caisses des gestionnaires de parcs, le ministre de l’économie maritime a défendu que l’argent du port, de la Sobemap, du Cncb et d’autres est versé au guichet unique. Les gestionnaires de parcs sont appelés à se conformer à cette donne portuaire.

 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article