Rencontre avec les acteurs sociaux au palais : Comment Boni Yayi a évité au Bénin une année blanche (72h aux contractuels reversés pour retourner en classe)

Publié le par L'informateur

Le chef de l’Etat a rencontré dans la soirée du lundi 12 mars 2012 les acteurs sociaux. Objectif : tenter le tout pour le tout pour éviter une année blanche. Boni Yayi en a également profité de cette séance qui s’est terminé tard dans la nuit pour faire certaines mises au point.

L’importante rencontre d’hier attendue de tous a débouché, selon nos sources d’information, sur des résultats qu’on peut qualifier de positifs.

D’abord, il faut retenir des débats que l’année ne sera pas blanche. D’ailleurs, que ce soit la partie gouvernementale ou celle des syndicalistes, les deux se sont accordées à reconnaître qu’il faut sauver l’année scolaire. Ainsi donc, les enseignants ont accepté de reprendre les classes sous peu. Ceci pour mettre un terme à l’imbroglio qui s’est installé. Pour ce qui est de leurs revendications, les négociations vont se poursuivre afin de permettre de donner une suite favorable à ce qui peut l’être. Boni Yayi a donc gardé pendant la séance, malgré le jusqu’auboutisme des enseignants grévistes, le ton de la fermeté. Car il a  reprécisé que dans la République, les enseignants font partie des couches les mieux loties, même si des améliorations doivent être faites.

Mais on apprend que les syndicats n’ont pas donné hier leur accord de principe. De sources syndicales, on apprend que les enseignants se retrouvent en assemblée générale ce jour. Ceci sera une occasion pour non seulement rendre compte à la base, mais aussi pour décider de la suite à donner à un mouvement qui est rentré dans sa phase cruciale. On susurre que les enseignants ne sont pas prêts à reprendre les classes. Mais peut-être que la base va décider autrement pour aller dans le sens du chef de l’Etat qui met tout œuvre pour éviter au Bénin une année blanche.

Boni Yayi ne prend pas de salaire

Par ailleurs, le président de la République a mis à profit la rencontre d’hier pour faire quelques mises au point.

Primo, on retient que depuis qu’il a accédé à la magistrature suprême en avril 2006, Boni Yayi n’a jamais perçu de salaire. Pas le moindre copeck. C’est donc un démenti formel qu’il apporte à ce qui est distillé dans l’opinion et selon lequel, le salaire mensuel de l’actuel président de la République avoisinerait les 17 millions ; ce qui est largement au dessus du salaire de ses pairs du Nigéria, de la France et même des Etats-Unis.

Ensuite, le chef de l’Etat est sorti de sa réserve pour dénoncer l’attitude indécente de la part de certains syndicalistes. Allusion faite à ceux qui passent leur temps à jeter de l’opprobre sur le chef de l’Etat et les membres du gouvernement. Pour lui, ces genres de comportement ne sont pas de nature à favoriser un climat de paix dans un pays déjà en difficulté économique.

Enfin, il est utile de préciser que le chef de l’Etat a donné un délai de 72h à certaines catégories d’enseignants pour reprendre service. Il s’agit notamment des agents communautaires et des contractuels qui ont bénéficié récemment du reversement. 

Il faut préciser qu’outre les responsables syndicaux,  la rencontre initiée par le chef de l’Etat a été tenue en présence des membres du gouvernement, les présidents d’institutions de la République, les responsables d’associations de parents d’élèves, les têtes couronnées…

Laurent Akouêyikou

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article