Remerciement des électeurs à la base : La mouvance bouge, l’opposition dort

Publié le par L'informateur

Le terrain politique est à nouveau animé. Des députés de la 6ème législature, la présente, ont repris de l’activité. Ils ne ratent plus d’occasion pour reprendre langue avec leurs électeurs à la base. Des meetings, des rassemblements initiés dans les contrées les plus éloignées du Bénin profond pour qu’électeurs et élus se revoient. Mais pourquoi ? En période électorale, du moins pendant la période qui est présentée comme telle, le fondement était clair, les raisons bien précises. Les candidats veulent du suffrage des populations à la base. Ici tout le monde est manipulateur. Se faire élire et ce à tout prix. Alors les rencontres des populations avec les hommes politiques sont faites pour que ceux-ci exposent leurs projets de société et vision mais surtout pour qu’ils demandent le suffrage des populations pour se retrouver ou à l’hémicycle ou au palis de la présidence de la République. C’est de bonne guerre dit-on. Mais les récentes descentes sont plutôt incompréhensibles.

Les élections de 2011 sont passées il y a plusieurs mois déjà. Plus de trois mois précisément après la dernière, les législatives qui ont permis l’élection des 83 députés qui siègent actuellement au parlement béninois. 83 députés parmi lesquels les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe) et le regroupement politique Union fait la Nation (Un) se sont taillés la part du lion. Tenez ! 41 députés élus sur la liste Fcbe et 30 élus sur la liste Un.

Mais l’ancien député Désiré Adadja précise les raisons de ces meetings populaires. Les députés de la liste Fcbe et de la majorité présidentielle en général descendent sur le terrain pour dire merci à leurs électeurs. L’aspect spécial de ces descentes réside en ceci que les délégations qui passent dire leur remerciement aux populations sont constituées d’une armada de cadres politiques comme si les campagnes électorales continuaient. Anciens ministres, ministres en activité, anciens députés et députés en activité, directeurs de cabinets, bref tout ce qui rappelle Boni Yayi en campagne pour la  présidentielle.

Malgré la spécificité de ces rencontres et meetings n’empêche pas de tourner un regard sur le fait que ce sont les honorables de la mouvance présidentielle et les anciens et nouveaux ministres. A contrario, les députés de l’opposition n’ont rien à dire. Ils n’ont à dire merci à personne même pas à leurs électeurs de base. Attitude pour le moins paradoxale puisque ces hommes politiques opposés à Boni Yayi s’étaient proclamés vainqueurs à toutes les deux élections. Ils ont dit que le peuple avait voté pour eux. Mais comment et pourquoi avoir une attitude attentiste lorsqu’on dit que les électeurs ont été abusés. N’est-ce pas en temps normal le meilleur cadre pour reprendre langue avec ces populations et surtout pour s’apaiser les uns, les autres et prendre date pour les échéances prochaines ? Hélas ! Les hommes politiques de l’opposition ne veulent pas descendre sur le terrain. Seuls les hommes politiques de la mouvance semblent prendre la mesure de la chose.

Les opposants risquent de se faire surprendre. Les élections locales et municipales sont réservées pour 2012, alors ils ne devraient plus avoir à espérer qu’il y a du temps pour faire la campagne. La tâche à abattre est immense, mais les bras de l’opposition sont au repos. Si la mouvance présidentielle a gagné les deux élections de 2011, elle ne devrait plus se précipiter pour retourner aux populations à la base. Mais c’est plutôt le monde à l’envers dans le monde politique.

Gagnante, la mouvance présidentielle bouge ; perdante l’opposition dort toujours.

 

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article