Remboursement des spoliés Icc-Services : Le gouvernement poursuit son dilatoire

Publié le par L'informateur

Le bout de tunnel n’est pas pour l’heure  pour ce qui est de la gestion de l’affaire Icc-Services.  Le dénouement du plus gros scandale financier qui a éclaboussé le quinquennat 1 de Boni Yayi n’est pas envisageable maintenant. L’acte qui vient conforter cette thèse évoquée par certains observateurs de l’actualité nationale est la dernière sortie médiatique de la présidente du comité  de suivi des  affaires Icc et consorts. Alors que l’on s’attendait à une intervention tangible du gouvernement à propos du remboursement  des spoliés de  Icc-Services, on annonce une nouvelle  liste de procédures à franchir.  Un nouveau chemin de croix  à passer donc avant de dédommager les spoliés de Icc-Services. On parle de la  confection de la liste des déposants par  les promoteurs d’Icc-Services après avoir accéder à leurs ordinateurs.  Une  nouvelle donne qui vient compliquer et retarder  les choses, surtout lorsqu’on sait que toutes les victimes n’ont pas eu besoin d’ordinateurs  avant d’effectuer leurs  dépôts.  Le seul vrai instrument dont  disposent les victimes est la fiche de dépôt délivrée par les promoteurs. On ne sait  donc d’où sort ce phénomène d’ordinateurs évoqué par la présidente du comité de suivi  au sortir de son audience avec le Chef de l’Etat.

En effet, à la faveur d’une audience au Palais de la Marina ce week-end, la présidente du Comité de suivi a fait le point du travail abattu  jusque-là par sa structure pour  dédommager les victimes des structures illégales de placement  de fonds. Et si au niveau des autres structures, l’hôte du Chef de l’Etat a semblé  peu convaincre, elle a totalement  déçu  l’opinion en abordant le dossier Icc-Services. Pas d’avancement, un statuquo total. C’est ce qu’on retient du processus enclenché par le  gouvernement via le comité de suivi  des dossiers de placement d’argent pour payer les spoliés de Icc-Services. Un acte qui ne surprend pas l’opinion aux vues du tintamarre médiatique qui entoure les activités du comité mis en place pour dénouer le dossier Icc-Services.

Tout porte à croire qu’au niveau de  ce comité, on travaille peu, on communique beaucoup et on bavarde beaucoup. Pendant ce temps, les  pauvres spoliés sont abandonnés à leur triste sort.  Ils croupissent sous la misère, attendant  l’intervention  du gouvernement. Parlant de l’intervention du gouvernement, elle n’est apparemment pas imminente comme le souhaitent les spoliés en portant massivement leur choix sur Boni lors des dernières présidentielles. Les choses trainent et elles pourront encore trainer en tout en cas tout le temps que dureront les opérations de réalisation des biens saisis chez les promoteurs de Icc-Services. C’est ce qu’on retient en somme de la déclaration de la présidente du Comité de suivi des affaires Icc-Services et  consorts à la sortie de l’audience que lui accordée ce week-end le président de la République. La fin du calvaire n’est pas  pour demain pour les spoliés de Icc-Services.

Parfait BOCO

Publié dans Société

Commenter cet article