Réformes institutionnelles : Théodore Holo plaide pour une Haute cour de justice fonctionnelle

Publié le par L'informateur

Le chef de l’Etat a reçu, hier au palais, les présidents des institutions. Les discussions ont porté particulièrement sur la Haute cour de justice qui est, aux yeux des citoyens, une institution budgétivore. 

« Le chef de l’Etat est préoccupé par la bonne gouvernance et la lutte contre l’impunité. Nous avons beaucoup discuté avec lui  de la Haute cour de justice  qui connaît des difficultés pour son fonctionnement. Nous avons vus ensembles les reformes qu’il faut envisager  tant au niveau de la constitution que  de la loi organique. Nous avons pu avoir la conviction que le chef de l’Etat nous accompagne dans cette démarche de faire évoluer les lignes au niveau de la Haute Cour de Justice.   Il  faut que les citoyens cessent de croire que la Haute cour de justice  est un gadget  institutionnel, une institution budgétivore. », a déclaré le porte-parole Théodore Holo. 

Le président de la Haute cour de justice a expliqué que des dysfonctionnements entravent le bon fonctionnement son institution. Les réformes sont indispensables afin que les populations cessent d’avoir le sentiment que les lois sont faites pour les menus fretins. Si on rend fonctionnel cette haute juridiction, cela va éviter les frustrations pouvant conduire aux révoltes préjudiciables à la démocratie et la paix. Il faut que les citoyens aient confiance à la Haute cour de justice.

Le chef de l’Etat se dit prêt  à accompagner Théodore Holo pour que les obstacles liés  au dysfonctionnement de  la Haute cour de justice soient levés. Boni Yayi veut voir cette juridiction jouer pleinement le rôle qui est le sien. Une justice qui n’épargne plus les autorités au sommet de l’Etat. Car, les réformes vont permettre à la Haute cour de justice de se réveiller de son agonie. Les ministres, les députés et les présidents, soupçonnés dans des actes de corruption et de détournement, seront traduit devant la Haute cour de justice. Une manière de drainer les investisseurs africains, européens, américains et asiatiques au Bénin.

Théodore Holo a réussi à mobiliser ses collègues pour  sa cause. Il s’agit des présidents de la Cour constitutionnelle Robert Dossou, de la Cour suprême Ousmane Batoko,  de l’Assemblée nationale Mathurin Nago qui sont aux côtés du numéro 1 de la Haute cour de justice. Ils ont parlé le même langage que le professeur. Chacun à son niveau va jouer sa partition pour la vitalité de la justice et de la démocratie.

En dehors des difficultés relatives à la Haute cour de justice, les présidents des institutions républicaines ont abordé avec le chef de l’Etat d’autres grands dossiers brûlants de l’actualité nationale pour le renforcement de la démocratie béninoise.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article