Redéploiement à la tête du Cenagref et du parc de la Pendjari : Le ministre Ahanhanzo persiste et signe

Publié le par L'informateur

Le ministre en charge de l’environnement et de l’urbanisme est l’invité dimanche 27 novembre 2011 de l’émission Version originale du Tvc Bohicon. Blaise Ahanhanzo-Glèlè s’est prononcé sur les grands chantiers de son département ministériel. Il a notamment insisté sur la nomination de nouveaux directeurs à la tête du Parc Pendjari, du Cenagref, sans oublier la question d’assainissement des villes comme  d’Abomey.

 

« J’ai fait remplacer ces directeurs parce qu’il y a un qui est resté douze ans à une direction où rien ne marche ». L’émission a véritablement démarré par la crise née de la volonté du ministre de procéder au remplacement du directeur du Cenagref et également de celui du parc de la Pendjari. Charlemagne Koffi ne pouvait pas mieux démarrer son émission. Puisqu’il s’agit du sujet qui défraie la chronique ces derniers temps. La question du redéploiement à la tête de ces structures a été longtemps agitée. Faut-il le rappeler, certaines populations ont été manipulées la semaine dernière pour protester contre cette option du ministre Ahanhanzo. Elles sont allées jusqu’à appeler le chef de l’Etat. Sur l’émission hier, le ministre est resté imperturbable. Ces réformes vont se poursuivre. Ces directeurs ont donné la preuve de leur limite. « Rien ne va dans ces parcs et que c’était nécessaire de procéder au redéploiement des responsables. Ce changement de ces deux responsables donnera plus de visibilité et notre pays  aura beaucoup plus bénéficié des intérêts de ces réserves pour
faire face aux aspirations des populations. J’envisage des réformes au niveau des parcs et laissez-moi vous dire que le meilleur en Afrique est au Bénin », a-t-il affirmé. Par un arrêté, des intérimaires ont été nommés pour le moment, a-t-il expliqué…

Le ministre est revenu sur l’émission des conditions dans lesquelles les travaux de réhabilitation des rues d’Abomey ont repris. Ceci, grâce à une franche collaboration du ministre en charge des finances et surtout du président Boni Yayi. « C’est sur l’instruction du chef de l’état qu’une communication a été présentée au conseil des ministres et 270 millions de francs CFA ont été dégagés pour que les travaux reprennent à Abomey. Avec toutes mes démarches certaines personnes de mauvaise foi sabotent le jeu et ne veulent que cela soit achevé. Mais pour éviter la mauvaise gestion des 270 millions de Francs, nous avons préféré les verser directement dans le compte de l’Agetur afin de faciliter la tâche aux entreprises. Ce qui me réjouit est que l’Agetur a prie des engagements devant le public pour dire que les travaux seront achevés les 31 Janvier 2012 et je suis très ravis ».

S’agissant des dénonciations tous azimuts du ministre par rapport aux entreprises indélicat qui trainent les travaux, le ministre se dit déterminer à mener cette lutte contre ces entreprises qui laisseront des éléphants blancs encore dans le pays. Il a expliqué qu’à cause de sa pression ces entreprises aujourd’hui font avancer les travaux, en tout cas mieux qu’hier. « Lorsque l’Etat mobilise l’argent des pauvres contribuables béninois pour réaliser les projets de développement et que les sociétés en charge de ces réalisations font de n’importe quoi, il faut les rappeler à l’ordre pour qu’ils revoient leur copie », a déclaré le ministre.

Enfin, il faut souligner que l’ancien maire d’Abomey à l’entame de l’émission a expliqué aux auditeurs qu’il a été investi d’une mission républicaine par le chef de l’Etat, le docteur Boni Yayi après huit ans de service rendu à la tête de la ville d’Abomey.

Franck Kpochémè

Publié dans Société

Commenter cet article