Reconstruction de la route Akassato-Bohicon : Le gouvernement fait du surplace

Publié le par L'informateur

L’effet d’annonce continue dans le cadre de la reconstruction de la route Akassato-Bohicon. Une énième confirmation du démarrage des travaux a été annoncée, lundi 12 décembre, à la présidence de la République.

Trop de bruit pour rien. En dépit des annonces à grand renfort médiatique, les travaux de la reconstruction de la voie Akassato-Bohicon n’ont pas démarré. Une route dégradée de 140 km qui fait souffrir les usagers  avec à la clé les accidents mortels. Une délégation chinoise a fait encore la ferme promesse au peuple.

En effet, certains administrés du président chinois Hu Jintao ont été reçus au palais de la République. La nouvelle est simple. «Nous allons commencer les études de faisabilité de la reconstruction de la route Akassato-Bohicon», a déclaré Du Dixang à la sortie d’audience. Les usagers de cette voie peuvent alors pousser un ouf de soulagement. Mais on ne doit pas se verser dans l’euphorie béante.

Bien avant Du Dixang, Boni Yayi a fait la  promesse à son peuple lors de l’élection présidentielle. Le chef de l’Etat a déclaré que la  Chine a décidé de financer gratuitement la route Akassato-Bohicon. Les travaux vont démarrer dans un meilleur délai, a indiqué le président de la République. En vue de rassurer les populations, Boni Yayi a amené l’ex-ambassadeur de la Chine  sur les lieux de l’échangeur de Godomey. Le diplomate chinois a confirmé les propos du chef de l’Etat. Il en est de même pour l’actuel ambassadeur chinois. Mais depuis, on ne voit aucune réalisation.

En vérité, la Chine ne finance pas à 100% gratuit  la reconstruction de la voie Akassato-Bohicon. Il y a un volet don, un volet prêt sans intérêt et un volet prêt préférentiel. Le président Hu Jintao l’a réaffirmé à Boni Yayi lors de son séjour à Pékin. Les populations béninoises ont, en tout cas, une idée sur l’aide chinoise relative au financement de la réalisation de cette infrastructure routière.

Comme rien n’est fait, les usagers continuent de souffrir le martyr sur la Route nationale inter-Etat (Rnie) 2. L’état de dégradation de cette voie est très avancé. Une voie jonchée de trous à ciel ouvert. Les chauffeurs ont de difficultés à éviter les nids de trous. Ce qui cause des accidents au quotidien. Les pertes en vies humaines sont fréquentes sur cette route. Nul ne peut prétendre connaître la fin du calvaire des usagers  de la voie Akassato-Bohicon.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article