Rebondissement dans l’affaire Icc : Guy Akplogan et compagnies retournent à la prison civile de Cotonou (Que cache ce nouveau transfert de ces prisonniers de luxe ?)

Publié le par L'informateur

Guy Akplogan et consorts inculpés dans l’affaire ICC services sont revenus à la maison d’arrêt de Cotonou.  Au mois de décembre 2011, ils avaient été transférés dans des prisons loin de la capitale économique pour non collaboration dans le dossier les concernant. Que cache ce nouveau transfert ? Peut-on conclure qu’il n’y a plus aucun risque à l’idée que ces prisonniers spéciaux soient à nouveau tous dans une même maison de détention à Cotonou ?

Visiblement, le scandale ICC services est loin de son dénouement. Trois ans  après la dénonciation de la nébuleuse qui a embrasé tout le pays mettant en scène des pontes du gouvernement, aucun dénouement n’est trouvé pour soulager les populations. Tout se passe comme si cette affaire est sans issue.

Après l’incarcération des principaux acteurs, le pouvoir exécutif suite à une décision de  justice a procédé à la saisine des biens immobiliers et mobiliers des mis en cause- voitures de luxes, immeubles et autres…- avec pour corollaire la mise en vente de ces biens. Les dividendes de cette transaction n’ont pas été redistribués aux ayants droit. Ces derniers continuent d’attendre. Jusqu’à quand ? Alors que l’objectif de ladite transaction est de pouvoir commencer par payer ne serait-ce que les petits épargnants. La question qui se pose à ce niveau est de savoir : si l’argent issu de la vente aux enchères des biens des ténors de Icc service ne peut commencer même un paiement timide, alors avec quels sous réussira-t-on l’exploit ?

Principal terme de campagne du président Boni  Yayi, le remboursement  des épargnants n’est pas fait. Tout au contraire, on observe un balbutiement qui ne dit pas son nom. Alors qu’on s’attend à l’imminence de la rétribution des uns et des autres   dans le dossier, voilà qu’on se retrouve dans la balade de prison des principaux instigateurs de l’affaire ICC. En décembre 2011, Guy Akplogan, le cerveau pensant de Icc a été transféré dans la geôle de Kandi, soit à plus de 600km de Cotonou. Dans le temps, une partie de sa famille a fait le déplacement de Kandi. Moins de trois mois à peine, le prisonnier est ramené sur ses pas. Est-ce à dire qu’il a commencé par collaborer ? Où alors, est-ce en les baladant qu‘on trouvera la solution à la nébuleuse ?

La posture des autorités politico-judiciaires suscitent beaucoup de polémique. Dans cette affaire qui a englouti des milliards de francs des citoyens béninois, il ne fait l’ombre d’aucun doute que la résolution de cette affaire est attendue par les populations. Seulement, le démêlé de l’écheveau tarde à se faire. Les multiples rebondissements observés  jusqu’ici ne sont pas des panacées pour les populations flouées dans cette affaire.

Le retour à Cotonou du sieur Akplogan et consorts sonne-t-il comme le glas d’une situation qui à trop perdurer ? Une réponse par l’affirmative soulagerait bon nombre des concitoyens béninois.

Oswald DOSSEY

Publié dans Actualité

Commenter cet article