Rebondissement dans l’affaire de vol du carburant : Des Nigériens menacent d’abandonner le port

Publié le par L'informateur

Certains opérateurs économiques du Niger se fâchent avec les autorités béninoises. Une affaire de « vol » de produits pétroliers nigériens est à l’origine du mécontentement. Et ils menacent d’abandonner le port de Cotonou.

L’inquiétude gagne des opérateurs économiques du Niger. Suite à une affaire de « vol » de produits pétroliers, certains nigériens  réclament justice. Ils souhaitent que les présumés voleurs soient punis conformément aux lois béninoises.  Si rien n’est fait pour les mettre en confiance, ces hommes d’affaires menacent  de changer de direction  à leurs affaires.

Les faits remontent en janvier dernier. Un camion citerne immatriculé 3B 1970/1959 Rn remplis de 55.OOO litres environ de produits pétroliers a quitté Cotonou pour Niamey. Mais ce véhicule appartenant à l’opérateur économique nigérien El Hadj Moumouni Illiassou n’a  pas atteint sa destination.

Ce camion a été retrouvé calciné non loin du village de Gamia à  Bembéréké. La valeur de la cargaison couplée au coût du camion avoisine  120 millions de francs CFA. Le chauffeur du camion a annoncé la nouvelle d’un accident au propriétaire. Une fois arrivé sur les lieux, El Hadj Moumouni Illiassou  n’a pas cru à un seul mot de son chauffeur. Il a souhaité l’ouverture  d’une  enquête pour déterminer les tenants et les aboutissants de cet accident.

Le pot aux roses a été découvert. Les enquêteurs ont abouti à un complot.   La citerne aurait été vidée de son contenu avant d’être brûlé. Les 55 mille litres de produits pétroliers auraient été livrés à des Béninois spécialisées dans le secteur. Il faut préciser que  huit personnes ont été jetées en prison. Certains sont en cavale. En dépit  d’un mandat d’arrêt émis contre eux, les policiers n’ont pas pu mettre la main sur eux.

Mais certains politiciens se préparent pour libérer les  présumés coupables gardés  dans les liens de la détention. Cette  probable libération  mécontente  les opérateurs du Niger qui menacent de boycotter le port béninois. Les autorités béninoises sont appelées à leur redonner confiance. Il est inutile de rappeler que les  nigériens ont boycotté dans un passé récent  le port de Cotonou  au profit  de Lomé. Il a fallu l’intervention du chef de l’Etat Boni Yayi pour que les choses reviennent à la normale. Les mêmes causes sont en voie de produire les mêmes effets.

Le Bénin risque, en tout cas, gros dans cette affaire de « vol » de produits pétroliers nigériens.

Aziz IMOROU

Publié dans Société

Commenter cet article