Réalisation de la Lépi : Les prémices d’un tripatouillage monstrueux

Publié le par L'informateur

La Lépi Bako-Yayi se précise et démontre à chaque étape que les résultats qui seront présentés aux Béninois ne conduiront qu’au chaos généralisé. Il y a quelques jours, le superviseur général de la Cps/Lépi a annoncé que la Cps/Lépi et la Miréna allaient procéder à l’affichage des listes réalisées jusqu’à ce jour. Ainsi, promettait-il, les personnes enrôlées pourront vérifier les données enregistrées dans le système par rapport à leur personne et donc corriger les probables erreurs qui se seraient glissées dans le système. Il a aussi promis que le plus de million de personnes que votre journal avait annoncé comme exclus du système Lépi-Bako pourront se faire enrôler sur les lieux d’affichage qui serviront de poste d’enrôlement.  La surprise fut énorme et inquiétante de constater que dans la réalité, des centaines de milliers de personnes se retrouvent sans leur photo dans le registre. Pour d’autres personnes, les noms sont accompagnés de photos de tierces personnes. Pire encore, des personnes inscrites se retrouvent sans leur nom sur les listes affichées. Que refusait-on et qu’est-ce que Bako ramène aux Béninois ?

Deuxième surprise, les milliers de personnes se sont rendus sur les lieux pour se faire enregistrer, mais pas d’agent collecteur des infos. Pour les plus chanceux, l’opération a pu commencer avec un grand retard.

Voici ce que les observateurs avertis craignaient. On savait que le délai disponible ne permettrait pas à Bako de respecter sa promesse. Mais Bako lui-même savait que le délai se trouverait ainsi limité et il avait décidé de mettre fin à l’enrôlement des populations dans les diverses aires géographiques où l’opération avait pris avec l’accroissement continu du nombre de personnes en déplacement vers les lieux d’enregistrement. Les maires étaient montés au créneau pour supplier le superviseur général de la Lépi afin qu’il permette la continuation de la phase d’enrôlement des citoyens. A l’époque, Bako ne voulait qu’arrêter pour démontrer qu’il avance et qu’il mérite les gros fonds qu’il engrange dans le système. Alors que le superviseur lui-même avait annoncé que l’opération pouvait être effective dans toutes les aires opérationnelles à la fois, il a décidé unilatéralement d’arrêter l’opération dans les aires opérationnelles où les leaders de l’opposition sont souvent plébiscités  aux diverses élections. Et comme si cela ne suffisait pas, Bako admet que des milliers de personnes sont exclus du système. Il a donc promis de corriger le tir en procédant à un ratissage en même temps qu’il procède à l’affichage de la liste de ceux qui avaient déjà été enrôlés. Mais hélas ! A l’affichage, il n’y a que du tripatouillage. Des noms sans photos, des photos avec noms non correspondantes et enfin absence  des noms de plusieurs personnes qui avaient été pourtant enrôlées et possédant le récépissé l’attestant.

Comme par stratégie et puisque les aires opérationnelles acquises au président Yayi continuent l’opération d’enrôlement, le constat de cette situation de noms sans photos pouvant être finalement admise, vu le délai stratégiquement court pour rendre disponible la liste dans le cadre des élections du 27 février, la voie serait donc grandement ouverte pour  l’enregistrement de noms d’étrangers  convoyés des régions frontalières des pays limitrophes du Bénin. Ceci serait ainsi facilité par la possibilité désormais que certaines personnes se retrouvant sans leur photo, manipulent les données biométriques.

Au total Bako aura menti au peuple. Rien n’est fait pour que les personnes exclues auparavant soient vraiment réintroduites dans le système. En tout cas le risque est grand que le temps véritablement court ne permette plus ce ratissage tant prôné.  Mieux, la Lépi risque de n’être autre chose qu’une liste informatisée destinée à favoriser l’élection du candidat Yayi. Et bonjour les contestations et les dégâts y afférents.

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Commenter cet article