Protestation tous azimuts contre la suspension des primes et indemnités : La Csa-Bénin maintient la grève, la Sbee reporte

Publié le par L'informateur

Le jeudi 10 novembre 2011, la confédération des syndicats autonome du Bénin (Csa-Bénin) s’était réunie en assemblée générale avec ses structures de base pour analyser la situation créée par la décision de suspension des primes et indemnités dans les sociétés et offices d’Etat. A la suite de cette Assemblée générale syndicalistes et syndiqués avaient souhaité lancer un mot d’ordre de grève de 48 heures qui prend effet dès ce jour. Des informations reçues de sources très proches des responsables de la Csa-Bénin il est claire que la grève est maintenue pour courir de ce jour jusqu’à demain à 24 heures.

Par contre les échos venus de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) sont plutôt dans le sens de l’apaisement. Les responsables syndicaux de cette structure ont décidé de reporter leur décision d’arrêt de travail de 48 heures préalablement prévu pour démarrer ce jour.

 

Tenue ou report de mot d’ordre de grève, mais crise quand même

Report et tenue de grève tournent autour d’un même événement. En effet, le 31 octobre 2011, le chef de l’Etat a fait transmettre aux ministres du gouvernement la décision de la suspension du paiement des accessoires de salaire dans les sociétés et offices d’Etat. C’est par lettre N° 769/SG/PR/SP-C que cette décision du chef de l’Etat a été transmise aux ministres de la République. La lettre porte la mention (Attention Directeurs/Directrices Généraux (les) des sociétés et offices sous tutelle) et stipule que « sur instruction du président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement, il vous est demandé de faire procéder, dès à présent, à la suspension du paiement des accessoires de salaires (primes et indemnités) dans les sociétés et offices d’Etat sous votre tutelle en attendant de nouvelles mesures à prendre par le gouvernement. En conséquence, seuls les salaires seront payés aux employés et agents relevant de ces structures… ».

Cette lettre a été suivie d’effets immédiats puisque déjà le 2 novembre le ministre du travail et de la fonction publique a fait répercuter les ordres de cette lettre sur les offices et sociétés sous tutelle. Ainsi à travers lettre N°666/MTFP/SP-C du 2 novembre 2011, le ministre informe ces structures sous sa tutelle  qu’ « en exécution des instructions contenues dans la lettre ci-dessus citée en référence [Réf. Ln° 769/SG/PR/SP-C du 31/10/11], j’ai l’honneur de vous demander de vouloir prendre toutes les dispositions en vue de procéder à la suspension du paiement des primes et indemnités au personnel relevant de vos structures respectives à compter du mois de novembre 2011 ».  Prompte répercussion sur la base de la décision du chef de l’Eta,t est-on tenté de dire. Mais il faut rappeler que la lettre signée du secrétaire général du gouvernement, Edouard Ouin-Ouro stipulait en fin de note que « des contrôles seront effectuées par les organes compétents pour vérifier la mise en œuvre effective des présentes prescriptions ».

 

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Commenter cet article