Promotion agricole : Yayi demande aux « Zémidjan » d’aller au champ

Publié le par L'informateur

Le chef de l’Etat a demandé, depuis le Nord,  aux hommes de maillot jaune d’aller au champ pour la promotion des filières coton et riz.

L’agriculture est le socle du développement du Bénin. Le président de la République en est  conscient. Il a appelé, en tout cas,  les conducteurs de taxi moto  à la terre.

Une fois encore, le chef de l’Etat s’est retourné dans les champs de coton et de riz au Nord pour constater la mise en place des engrais et des herbicides. Boni  Yayi a expliqué qu’il ne consomme plus le riz importé. Si on lui présente le riz importé, il refuse d’en prendre. Le numéro 1 des Béninois mange, plutôt, le riz de Malanville, de Glazoué, de Covè…

Le chef de l’Etat demande à ses administrés de faire comme lui. Il souhaite également  que  le  riz national soit produit en quantité industrielle. Le président tient à l’exportation du riz national  comme le coton. La promotion de ces deux filières agricoles constitue  un atout majeur pour le Bénin, à l’en croire. « Chaque village doit s’auto-suffire. Chaque commune doit manger ce qu’elle produit. Nous voulons aussi exporter le riz », précise-t-il.

Une telle promotion a besoin d’une importante main d’œuvre. Sur ce, le président de la République demande aux jeunes de s’investir dans l’agriculture. Il lance un vibrant appel à ses amis conducteurs de taxi moto qui  font la politique à Cotonou. Yayi entend voir les nombreux «  Zémidjan » dans les champs de coton, de riz et de manioc.   

Le chef de l’Etat a vu juste. Une frange de jeunes a déserté les campagnes pour la ville de Cotonou. Un exode rural qui ne dit pas son nom.  Ils s’adonnent à la conduite de  taxi moto. Comme ça ne marche pas trop, ces hommes de maillot jaune se jettent dans la politique. Ils prônent l’émergence. Il en a qui ont créé le Mouvement des « Zémidjan » pour un Bénin émergent (Mozebe) afin d’atteindre leur objectif.

Lequel mouvement est dynamique sur le terrain politique. En début de semaine, le Mozebe a battu le macadam à Cotonou pour réaffirmer son soutien au chef de l’Etat. Ces « zém » ont marché du stade de l’amitié jusqu’au ministère de l’intérieur pour lire  la motion au ministre Benoît Dègla . « Nous soutenons le chef de l’Etat dans ses réformes. Nous irons dans les hameaux les plus reculés pour désintoxiquer les populations », promet le président du Mozebe. En reconnaissance, le même chef de l’Etat les renvoie aux travaux champêtres pour l’émergence du pays.

L’émergence du Bénin passe par l’agriculture. Les conducteurs de taxi  sont  plus utiles dans les champs  que dans les rues de Cotonou. En homme averti, le président de la République lance un appel républicain aux « pollueurs » convertis en politiciens.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article