Production cotonnière 2012-2013 : Guerre de gladiateurs Yayi-Talon sur terre et en haute-mer

Publié le par L'informateur

Le week-end dernier a été l’occasion pour le gouvernement et la société privée Sdi de tourner un nouvel épisode du long feuilleton de la campagne cotonnière 2012-2013. On doit être au pic de la série. Le combat de gladiateurs entre Boni Yayi et Talon se déroule aussi bien sur terre que sur mer…

Vendredi et samedi, le gouvernement a réquisitionné sur terre d’abord puis en haute mer les intrants de la société SDI. L’objectif reste toujours l’approvisionnement des cultivateurs du coton à temps réel. Il est vrai que tous les acteurs de la filière coton sont presque d’avis que la campagne cotonnière 2012-2013 ne doit pas connaître une année blanche. Mais ils ne semblent pas avoir les mêmes approches sur les méthodes qui peuvent conduire à sauver la campagne. Le gouvernement lui a montré son plan d’actions vendredi, samedi et dimanche. De quoi s’agit-il ?

Vendredi soir, des officiers supérieurs de l’armée béninoise se rendent dans l’espace de dépôt de la société SDI à Allada. Après quelques minutes de causeries stratégiques c’est tout un bataillon qui descend sur les lieux à Allada. Ils prennent manu-militari possession du site de la société SDI. Et puis la suite est purement ahurissante. Les militaires posent leurs armes et commencent le déchargement-chargement des sacs d’intrants à bord de camions titans. Les informations font état de ce un huissier avait accompagné le détachement militaire. Sous le regard éberlué du gérant de la société, des agents de la société et des agents de sécurité présents, les sacs intrants appartenant à SDI sont chargés dans longs véhicules, Berlier et Titans. « J’ai invité au secours les agents de sécurité : mais ils m’ont répondu que cela les dépassait », déclara le gérant de la société et chef des lieux.

Nos dernières enquêtes font état de ce que les intrants ainsi pris ont pris la direction de la région septentrionale. D’autres informateurs en activité dans la ville de Parakou ajoutent qu’ils ont aperçu les camions en stationnant dans un camp militaire de la ville. Si ces informations sont réelles, on devra retenir que l’Etat béninois a réquisitionné l’intrant d’une société privée avec l’argument que la nation en a besoin. Les gens avaient à peine commencé à réfléchir sur cet acte que la marine militaire a été envoyée en haute hier dimanche pour sommer un navire chargé d’intrants qui allait accoster sur un autre port d’un pays voisin.

Le combat sur mer

Il aura duré plus de quatre heures d’horloge. C’est une patrouille en mer qui a été envoyé par le gouvernement béninois pour  arraisonner un navire qui transporterait des intrants appartenant à la société SDI de l’opérateur économique béninois, Patrice Talon. En effet, le navire C. Handi Battant Pavillon Marchal Island en provenance du port Nikolater d’Ukraine aurait donné les signaux de son détournement en direction d’autres ports de la sous-région en défaveur du port de Cotonou. Les autorités portuaires auraient eu des informations que c’est un navire qui transportait des intrants de la société SDI. Vraisemblablement, les responsables de la société SDI, échaudés par la réquisition manu-militari de leurs produits la veille, auraient ordonné à leur navire marchand de continuer sa route vers d’autres ports de la sous-région. Le navire sera rattrapé par les forces marines qui le sommeront de faire un demi-tour. Le commandant Xie Zhenhua se serait refusé d’obtempérer.. Mais après plusieurs tentatives, les patrouilleurs béninois auraient réussi à faire revenir sur les côtes béninoises le navire rempli d’intrants cotonniers.

Il faut rappeler que la société SDI, membre de l’association interprofessionnelle de Coton (AIC), a été écartée de la campagne cotonnière 2012-2013 pour soupçon de complicité de faux et usage de faux pour sa participation à l’AIC. C’est donc paradoxale que l’ont retrouve la société SDI en difficulté avec le gouvernement pour les activités entrant dans le cadre de la campagne cotonnière 2012-2013.

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Commenter cet article