Prochaine suspension de la Fifa : Joueurs, entraîneurs, arbitres et officiels au chômage

Publié le par L'informateur

La fédération internationale de football association a traité d’ingérence la décision de la cour d’Appel de Cotonou ordonnant à Moucharaf  Anjorin de passer service de la présidence de la fédération béninoise de football à Victorin Attolou. Si l’Etat béninois s’obstine à voguer contre la décision de la fédération internationale, il perdrait les avantages liés à son affiliation. Aussi, joueurs, arbitres et officiels seront-ils au chômage.

Le Bénin a tout à perdre dans ce bras de fer qui l’oppose à la fédération internationale de football association. Décider de passer outre l’injonction de l’instance faîtière du football mondial, reviendrait à fermer le football béninois dans une bulle.

Plus encore, le Bénin se verrait éjecter du football international. Autrement dit : à partir du jeudi le Bénin se verrait couper du monde du football continental, voir mondial.

La première conséquence est que le Bénin ne poursuivra pas la participation des éliminatoires de la coupe du monde. Or, les écureuils du Bénin sont premiers au sein de leur poule devant l’Algérie, le Mali et le Rwanda.

Outre ceci, le Bénin serait déclassé dans le classement Fifa pour se retrouver dans les dernières places du classement Fifa/Coca-Cola. Ce qui signifie que pour d’éventuel retour à la compétition, le Bénin reprenne par des confrontations face à des équipes huppées.

Aussi, le Bénin que ce soit en club ou au niveau national n’a plus la possibilité de voyager pour se mesurer à des partenaires continentaux. De fait les joueurs se verront bloquer dans leur progression et ne pourront plus s’expatrier pour monnayer leur talent dans des championnats plus prestigieux. Une situation qui impliquerait que le Bénin ne connaîtra plus de futur Sessegnon, Mouritala Ogoubiyi et les Khaled Adénon dans les années à venir. Du moins aussi longtemps que durera la décision de la Fifa.

Mais encore, les arbitres et les instructeurs Fifa, sans oublier les officiels  ne pourront  plus faire des voyages dans le cadre de leur travail avec la fédération internationale de football.

Pour couronner le tout, les joueurs en formation au Brésil seront obligés de rentrer au bercail. Un chapelet de privilège que le Bénin se verrait perdre si le pays s’entête à ne pas observer les prescriptions de la Fifa.

Au demeurant, le Bénin est appelé à parer au plus urgent et à faire son choix. Entre les avantages qu’offrent notre affiliation à la Fédération internationale de football association et le choix d’une aventure qui présente peu d’intérêt avec un nouveau président à la Fbf, le jeu doit être facile à décanter.

Oswald S. DOSSEY

Publié dans Actualité

Commenter cet article