Probable entrée des «tchoco-tchoco» au gouvernement : Le Prd de Houngbédji pose ses conditions

Publié le par L'informateur

Il est probable que le Prd de Me Adrien Houngbédji prenne place au gouvernement. Mais il existe des préalables à toute négociation devant conduire les « Tchoco-Tchoco » vers le chef de l’Etat.

Au nom de la paix papale, les leaders du Parti du renouveau démocratique (Prd) peuvent accepter, peut-être, une quelconque « main tendue » de Boni Yayi. Cela ne peut pas se réaliser sans un compromis. « Il faut la correction de la Lepi, la liste électorale permanente informatisée. Il faut la dépolitisation de l’administration publique… », a déclaré Charlemagne Honfo, député Prd, sur Canal 3 Bénin, le dimanche dernier.

Charlemagne Honfo a réaffirmé que « Boni Yayi est mal élu » à la présidentielle de 2011. Il persiste et signe que le candidat de l’Union fait la nation (Un) Adrien Houngbédji a été élu au premier tour. « On ne peut pas nous enlever que cette élection présidentielle a été truquée et volée », s’obstine-t-il à défendre bec et ongle. Il en conclut que le K.O. du chef de l’Etat est réalisé sur fond de tripatouillages. Mais comme le Pape Benoît XVI a prôné la paix et la réconciliation, les « Tchoco-Tchoco » restent sur la même longueur d’onde que le souverain pontife.  Un gouvernement d’union nationale n’est pas exclu. Le Prd peut, dans certaines mesures, participer à l’équipe gouvernementale en place.  Sauf que le parti pose ses conditions  pour un tel « mariage » politique.

Contrairement à la Renaissance du Bénin (Rb) de Léhady Soglo qui soutient les réformes de Boni Yayi, le Prd de Houngbédji crache sur ces réformes du gouvernement. Le député Honfo trouve que la réforme portuaire est « une calamité » sur le plan économique. Il n’entend pas occulter une telle « mauvaise gestion » des ressources de l’Etat. L’invité de Canal 3 refuse de cautionner une « mafia » financière. Il va plus loin en faisant une boutade de mauvais goût. « Un biberon qu’on donne à ses copain pour valider le K.O. et le holdup  électoral », s’offusque-t-il sans détours.

Une chose est sûre, les militants du Prd ont encore en mémoire les « déboires » de l’élection  présidentielle de l’année écoulée. Le discours de Charlemagne Honfo traduit bien une telle déception. Un mariage Yayi-Houngbédji n’est pas trop possible.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article