Prétendue formation de Béninois et autres par Al-Qaïda en Afghanistan : Boni Yayi crée la psychose au sein du peuple

Publié le par L'informateur

En déclarant que des Africains sont en formation en Afghanistan  pour venir servir les causes d’Al-quaïda en Afrique, le chef de l’Etat béninois fait peur à plus d’uns.

« Des Béninois, Togolais, Ivoiriens, Burkinabés et Sénégalais sont en train d’être formés en Afghanistan et au Pakistan. Une fois arrivés dans leur pays respectif, ils vont faire la guerre sainte, le djihad. On les forme pour placer  des bombes », a déclaré, vendredi dernier,  Boni Yayi lors  de la cérémonie du port de galons à deux généraux béninois à la Marina.

Selon lui, des jeunes africains sont en formation en Afghanistan et au Pakistan.  Et s’ils viennent dans leur pays, ils vont se lancer dans des mouvements terroristes. Comme les islamistes de Boko Haram font au Nigéria. L’Al-Qaïda prendra de l’ampleur sur le sol africain avec à la clé la guerre sainte.  Ce n’est pas l’islam.   L’islam est une religion de qualité et non de destruction des patrimoines.

Mais aussi laconiques que puissent paraître ces propos, ils contiennent des ingrédients  de frayeurs. Encore que ces déclarations sont venues de la bouche du président de l’Union africaine. Le président de l’Ua dispose-t-il des preuves ?  Le chef de l’Etat béninois ne peut pas, en tout cas, parler en l’air comme des citoyens lambda.

En sa qualité du président de l’Union africaine (Ua), le chef de l’Etat béninois fait peur aux africains. Il s’est opposé, il y a quelques jours, à un « Afghanistan ouest-africain ». Encore, il trouve que des Béninois, Togolais, Ivoiriens, Burkinabés et Sénégalais sont en formation pour servir les causes d’Al-quaïda en Afrique. Ces propos de Yayi sèment la psychose au sein des populations.

Si avec Boko Haram au Nigéria, Ansar Dine au Mali et Aqmi au Maghreb, d’autres mouvements terroristes s’ajoutent que deviendra l’Afrique ?  Les attentats  vont se multiplier sans doute. Mais le président de l’Ua a-t-il  pris des dispositions pour endiguer le phénomène ? En sa qualité du numéro 1 de l’Ua, Boni Yayi est appelé à prendre les terreaux par les cornes.

Le pire est, en tout cas, à craindre. Al-Qaïda risque de gagner toute l’Afrique, à en croire le chef de l’Etat béninois.

Aziz IMOROU

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article