Présidence de la République : Les propositions des présidents des institutions à Yayi

Publié le par L'informateur

Les présidents des instituions républicaines et le chef de l’Etat ont échangé, hier, des vœux du nouvel an au palais. Ils ont fait des propositions à Boni Yayi pour l’amélioration des institutions qu’ils dirigent. 

Le patron de la Haute cour de justice (Hcj) Théodore Hollo a plaidé pour un bon fonctionnement de cette juridiction. «Il faut que le mode de saisine de la Haute cour de justice soit revu pour que l’action de l’institution soit effective. », a-t-il déclaré. Car, cette haute juridiction est considérée toujours comme une institution budgétivore qui n’a jamais connu de dossier depuis sa mise en place à l’ère du renouveau démocratique.

Mais l’Assemblée nationale travaille au jour le jour, estime Maturin Nago. « En huit mois, le parlement  a réalisé un travail important. Il a voté une cinquantaine de loi », a relevé le président de l’Assemblée qui a évoqué le vote de la loi contre l’enrichissement illicite au Bénin. Mathurin Nago a sollicité l’aide de l’exécutif pour maintenir le cap.

Le numéro 1 de l’Organe présidentiel de la médiation (Opm) Albert Tévoédjrè se réjouit du vote de cette loi.   «Le vote de la loi anti-corruption va donner confiance aux investisseurs », a-t-il souligné. Comme à l’accoutumée, il a plaidé pour les meilleures conditions de vie des détenus dans les maisons carcérales abandonnées dans un état piteux. 

Le patron de la Cour suprême souhaite, quant à lui, l’enracinement de la démocratie au Bénin. « L’état de droit appelle à une justice forte. », s’obstine à soutenir  Ousmane Batoko. Il demande aux uns et autres de soutenir les intuitions républicaines. 

Le président de la Haute autorité de l’audiovisuelle  et de la communication (Haac) a abordé les conditions dans lesquelles la présidentielle et les législatives de 2011 se sont déroulées. Il a salué le comportement des acteurs des médias et des hommes politiques qui ne se sont pas allés aux violences postélectorales.

Le chef de l’Etat a présenté ses vœux les meilleurs aux présidents des institutions. Il a promis de tenir compte de chacune des propositions à lui faites pour le renforcement de la démocratie. Le successeur de Mathieu Kérékou a rappelé qu’il va céder le pouvoir à qui de droit en 2016.  « J’ai entamé, depuis le 06 avril 2011,  un second et dernier mandat à la tête de notre pays », a réaffirmé Boni Yayi.

Les échanges de vœux se sont déroulés dans une bonne ambiance à la présidence de la République.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article