Poursuite des travaux en séance plénière sur la modification des lois électorales : La Cena chute de 17 à 11 membres

Publié le par L'informateur

Au nombre des  grandes innovations intervenues dans la loi portant règles générales pour les élections en  République du Bénin, figurent les modifications au niveau de l’organe chargé d’organiser les élections ; la commission électorale nationale autonome Céna. Tiraillés sur les propositions de 11 et 17, les membres de la commission des lois ont recouru  à l’arbitrage de la plénière qui a tranché la question. C’est à l’unanimité que les députés ont voté 11 membres pour la Cena 2011. Selon l’innovation, l’Assemblée Nationale donne 8 membres, le président de la république donne 1. Les deux restants seront les représentants respectifs des hauts juristes  et de la société civile. Mais ici, ils  seront désignés par le parlement  après un appel à candidature. Il faut ajouter que la commission doit être installée selon l’article 18  de la loi  actuellement en étude 120 jours avant le moi dans lequel se tiendront les élections.  La plénière a par ailleurs retenu pour cet organe un bureau de 5 membres élus selon la configuration politique des membres au tant que faire se peut. Cette revue à la baisse est intervenue pour amoindrir le coût des élections qui revient souvent très élevé pour le Pays.  S’agissant des démembrements de la Céna, la Commission électorale départementale ; Ced est composée aussi de 11 membres, la Commission électorale communale ; (Cec) est composée de 7 membres en dehors de la commune de Cotonou qui sera exceptionnellement dotée de 21 membres compte tenu de sa taille de ville département. La commission électorale d’arrondissement (Céa) quant à elle est maintenue à 7 membres.  Est-il besoin de signaler que la question concernant le maintien ou non de la lépi au sujet de l’article 04 dans  les préliminaires de cette loi modificative, la plénière a accepté la proposition de l’honorable Augustin Ahouanvoébla qui a suggéré que l’on s’en tienne au libellé selon lequel  les élections se dérouleront sur la base d’une liste électorale informatisée. Pour ce qui est du secrétariat permanent de la cena, (Sap cena), les positions sont claires ; leur rôle ne sera pas d’organiser des élections contrairement à ce qu’il a été dans un passé récent  mais plutôt de jouer un rôle d’assistant technique. Cela se justifie par le fait qu’il émane de la présidence de la république dont le chef est aussi candidat aux élections. C’est un instrument qui gère l’entre deux élections. 

 

Le temps presse

 Signalons que les députés n’ont jusqu’ici étudier que trois des 10 titres que comportent la loi portant règles générales des élections en république du Bénin. Depuis l’ouverture de la session extraordinaire le lundi, les débats s’arrêtent autour de 19 heures pour permettre à la secrétaire parlementaire de satisfaire à ses obligations religieuses en tant que musulmane. C’est en cela que l’absence répétée du premier secrétaire parlementaire porte un coup dur aux travaux en séance plénières. Cela constitue au regard du délai qui nous sépare de la date du 20 septembre au-delà du quel aucune loi modifiée ou  votée  ne peut plus entrer en vigueur pour les élections de Mars 2011 une inquiétude majeure que les uns et les autres expriment. Certains députés en sont conscients et tirent chaque fois la sonnette d’alarme, d’autres s’en soucient très peu, il y en a qui, semble-t-il le souhaitent. De toutes les façons, les uns et les autres doivent savoir raison garder pour que nous ayons les élections à bonne date et sur la base d’instrument qui ôte toute crainte. Par rapport à cela, il faut que nos honorables députés mettent la nation au premier plan afin de bien jouer leur partition. C’est sans doute pourquoi la plénière  reprend le jeudi prochain,  mais il serait souhaitable que les députés commencent tôt pour mieux évoluer dans les travaux.

Géoffroy Wusa

Publié dans Politique

Commenter cet article