Pourparlers avec le gouvernement : Les centrales syndicales jouent leur va-tout

Publié le par L'informateur

La Cstb, la Cgtb, la Csa/Bénin et la Cosi sont dans un schéma difficile. Si les syndicats de base dénoncent leur complaisance, le gouvernement ne voit pas d’un bon œil leur intransigeance. Ce qui n’arrange pas les choses.

Les secrétaires généraux Gaston Azoua, Pascal Todjinou, Dieudonné Lokossou, Georges Kakaï Glèlè sont entre deux feux dans le cadre des discussions avec l’exécutif.

« Ce sont les centrales syndicales qui s’opposent à nos revendications. Mais nous allons nous voir pour former une nouvelle centrale syndicale dans ce pays », dit Modeste Toboula de la Cosynap.

Or, de l’autre côté, les négociateurs gouvernementaux avec à la tête Pascal Koupaki pensent la même chose. Ces  responsables syndicaux doivent alors être vigilants dans les négociations.

Seulement parce que les élections syndicales s’approchent inexorablement. En plus, ce sont les travailleurs réunis au sein des syndicats qui portent en triomphe les centrales syndicales.  

Connaissant la force de leur base respective, la Cstb, la Cgtb, la Csa/Bénin et la Cosi ne peuvent pas faire la politique du gouvernement au risque de tout perdre.  Les secrétaires généraux Gaston Azoua, Pascal Todjinou, Dieudonné Lokossou et  Georges Kakaï Glèlè sont obligés  d’avoir la confiance des syndicats à la base.

En conclusion, les négociations gouvernement-centrales syndicales réservent des surprises agréables ou désagréables. Chaque camp est sur ses gardes. 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article