Pour une affaire de médicaments : Un étudiant béninois arrêté en Arabie Saoudite

Publié le par L'informateur

L’étudiant béninois Bakari Kolawolé Kazim a été arrêté, lundi 06 février, à Djeddah en Arabie Saoudite pour une affaire de médicaments. Il est gardé dans un lieu sans visite.

Sale temps pour un étudiant béninois sur la terre sainte. Comme un bandit, Bakari Kolawolé Kazim a été arrêté et  menotté à l’aéroport international de Djeddah. Il est  conduit à une destination inconnue. Il n’a pas effectué le voyage à Médine, son lieu de destination. L’infortuné  est, en tout cas,  aux mains des autorités saoudiennes jusqu’à nouvel ordre. Les autres apprenants béninois n’ont que leurs yeux pour pleurer. Ils sont sans nouvelle de lui.

En effet, ils sont quinze nouveaux étudiants du Bénin  admis à poursuivre leurs études universitaires en Arabie Saoudite. Ces apprenants se sont envolés, la semaine écoulée, pour les milieux saints de l’Islam. Ils ont fait un mauvais voyage sur la terre sainte. Sur les quinze étudiants, un a été mis aux arrêts à sa descente d’avion. Le crime de lèse-majesté qu’il a commis est tout simple. Les forces de sécurité de l’aéroport de Djeddah ont découvert des « produits » prohibés dans ses colis. Lesquels produits sont les comprimés vendus au Bénin.

Mais ces médicaments occidentaux sont différents des comprimés d’Arabie Saoudite. Les autorités ont interdit l’entrée de ces préparations pharmaceutiques sur le territoire saoudien.

L’étudiant béninois est alors arrêté. Les comprimés sont saisis aussitôt. Les responsables saoudiens entendent faire l’analyse des médicaments saisis au laboratoire. Les résultats vont leur permettre de  prendre la décision finale. Soit, on  l’expulse du pays d’accueil. Soit, on  le jette en prison. Soit, on lui coupe un bras. Soit, on le laisse continuer ses études là-bas. 

Le hic est que les autorités béninoises en terre sainte n’ont pas encore pipé mot. Les diplomates du Bénin  accrédités en Arabie Saoudite tardent à réagir. L’Ambassade et le consulat cherchent, peut-être, les voies et moyens pour la libération du jeune homme. Seulement, les étudiants béninois de l’Arabie Saoudite  ne voient encore rien venir. Ils appellent le chef de l’Etat et le ministre des affaires étrangères à intervenir dans cette arrestation avant que ça ne soit trop tard.

Ces apprenants  béninois en Arabie Saoudite font toutes les pressions possibles pour obtenir la libération de leur camarade Bakari Kolawolé Kazim. Mais ils ne sont pas écoutés. Comme ils sont à l’étranger, leurs actions sont limitées. Les autorités saoudiennes n’entendent pas, en tout cas, discuter de l’affaire avec des étudiants.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article