Pour soigner l’image de son gouvernement : Yayi envoie les «Zém» en mission contre 1 milliard

Publié le par L'informateur

Une mission, un homme et les moyens, dit-on souvent. Le président de la République l’a si bien compris. Le docteur Boni Yayi  a promis, le 05 novembre, un (01) milliards de francs Cfa aux «Zémidjan » pour qu’ils l’aident à soigner l’image du Bénin. Une telle mission,  à cette veille des élections présidentielle et législatives de 2011, est ni plus ni moins une campagne électorale. «…Je vous donne un milliard… Prenez-moi au sérieux. Je vous supplie, aidez-moi, à le dire aux uns et autres. Nous constituons un seul corps. Nous sommes capables de régler tous nos problèmes. Je voudrais  que l’image qui est donnée à notre République aujourd’hui  et qui nous rétrograde, qui nous dégrade que cette image change. Et je compte beaucoup sur vous. Aujourd’hui, vous le savez bien, quand on fait pipi,  excusez-moi le terme et je présente mes excuses à la République et à la nation ; lorsqu’on fait pipi à Kalalé, c’est Yayi Boni ; lorsqu’on tousse à Tchoumi-Tchoumi, c’est Yayi Boni ; lorsqu’on trébuche à Kétou, c’est Yayi Boni ; lorsqu’on tombe dans un ministère, c’est Yayi Boni. Je ne peux pas vous trahir. Je ne peux trahir personne. Je veux que notre politique ; que la politique nous nourrisse. Je ne veux pas qu’elle nous divise. J’aime tout le monde. Que nous soyons unis, unis. Que nous puissions relever ce défit de développement, de pauvre qui nous mène. On marche ici, on marche là.  Il y a des problèmes sérieux qui nous attendent… », a déclaré le chef de l’Etat Boni Yayi devant une centaine de «Zémidjan» au palais de la République.  Il est sans intérêt de préciser que ce montant d’un milliard de francs Cfa sert à doter les «Zém» des motos à quatre (04) temps. Chacun peut acquérir presque gratuitement  un  moyen roulant flambant neuf pour le gagne pain. Mais à cette veille des élections présidentielle et législatives, l’acte du docteur Boni Yayi sent une campagne.  Est-ce que les «jaunes» sont compétents pour la  mission à eux confiée. Soigner l’image du Bénin relève de la compétence des intellectuels béninois. A moins que le docteur  sollicite les services des «Zém» pour une sensibilisation à but  électoral. Tout compte, le chef de l’Etat envoie simplement les conducteurs de taxi moto en campagne. 

Aziz IMOROU

Publié dans Politique

Commenter cet article