Pour défendre un dictateur accroché au pouvoir : L’argent de Gbagbo circule à Cotonou

Publié le par L'informateur

Cotonou, la grande métropole du Bénin, n’a pas échappé à la randonnée médiatique lancée en direction de la sous-région par les pro-Gbagbo (ils ne sont plus nombreux) afin d’entériner la bêtise humaine du siècle. Des informations assez concordantes font état de ce que des lieutenants de Laurent Gbagbo, pour influencer l’opinion totalement déçue par l’obsession du pouvoir qu’affiche le « président sortant » de la Côte-d’Ivoire, ont investi les rues de Cotonou avec des millions en mains. Contre de l’argent « sale », des compatriotes se plaisent à défendre la bourde du Conseil constitutionnel ivoirien. Le plus grave est que certaines presses béninoises prêtent flanc à cette bêtise pourtant décriée par la communauté internationale. La Cedeao, l’Onu, l’Union européenne, etc, n’ont de cesse de dénoncer cette mascarade survenue vendredi dernier au pays des Eléphants. Mais des compatriotes se plaisent à soutenir le coup de force de Gbagbo, feignant d’ignorer que ça n’arrive pas qu’aux autres.

 La solidarité est une chaîne et plus qu’une obligation, elle devient un impératif divin dès lors qu’elle touche la souveraineté du peuple. C’est dire que ceux qui sont prêts à prendre l’argent de Gbagbo pour aiguiser négativement la conscience du peuple béninois, le payeront d’une manière ou d’une autre. Toujours est-il dit que la bonne presse, celle qui sait tirer leçon de ce qui arrive aux autres, reste vigilante pour décourager les instigateurs et les auteurs de la ‘’ventrocratie médiatique’’ inaugurée par la dictature Gbagbo, nouvelle formule.  

Vivien MITCHAÏ   

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article