Postes du Bénin : Sale temps pour les agents indélicats (Un receveur arrêté, un autre poursuivi)

Publié le par L'informateur

Ça ne va pas aux chèques postaux du Bénin. A l’origine, des réseaux mafieux qui s’y développent, empêchant les clients de jouir convenablement de leurs dépôts. Le virus a atteint nombre de bureaux. Le cas le plus criard aujourd’hui est celui de Djougou où l’adjoint au receveur des postes est gardé dans les liens de la détention préventive, en attendant d’être jugé.

Depuis quelques jours en effet, le sieur N’Tcha N’Da Hyacinthe n’est plus libre de ses mouvements ; il a été déposé à la prison civile de Natitingou. On lui reproche une soustraction frauduleuse sur le compte d’un des clients de la poste. En réalité, il a été rattrapé pour des faits commis alors qu’il était en poste  à Natitingou dans le département de l’Atacora. Mais le pot aux roses n’avait pas été vite découvert. De sorte qu’il a évolué en toute quiétude à Natitingou où il était employé jusqu’à connaître par la suite une promotion. Ainsi, il a été promu receveur à Ouassa Pehunco, dans le même département. Pour finir par atterrir en qualité de receveur adjoint à Djougou.

Selon les mêmes sources, il n’est pas le seul soupçonné d’indélicat. Il n’est donc pas le seul dans le collimateur de la direction des postes du Bénin. Toujours dans le septentrion, le nom  de l’ancien receveur des postes d’un des quartiers phares de Parakou est également cité dans un dossier de retrait frauduleux de fonds sur le compte d’un client de la poste. Seulement, lui n’est pas encore gardé. Mais il a déjà comparu plusieurs fois devant le juge et réussi bien pour le moment à se défendre.  Il est donc poursuivi sans mandat.

Des sources proches de la commission d’enquête mise sur pied par les autorités indiquent que d’autres agents se sont aussi rendus coupables de ces faux trafics qui ternissent l’image de cette importante société commerciale.

Cela fait un bon moment que les rumeurs sur le retrait frauduleux des fonds des clients ont commencé. Mais jusque là, les auteurs ne sont pas inquiétés. On peut soupçonner maintenant que plus rien ne sera comme avant. C’est certainement ce que la direction a compris en mettant en place une commission d’enquête. C’est un secret de polichinelle que de dire que l’entreprise est en difficulté. Les clients se plaignent souvent des difficultés à rentrer en possession de leurs fonds. Toucher un million au guichet des postes est une entreprise périlleuse. Soit parce qu’il y a une panne ou qu’il y a un problème de connexion.

Le vent de la refondation doit également passer par la poste du Bénin.

Laurent Akouêyikou

Commenter cet article