Politique nationale : La Rb fait le choix du dialogue

Publié le par L'informateur

La Renaissance du Bénin  est la cible de toutes les critiques ces derniers jours. En raison de la réponse favorable qu’elle a apportée  à l’appel au dialogue lancé par le chef de l’Etat, ce parti est traité  de tous les noms d’oiseau par ses partenaires de l’Union fait la Nation. Et pourtant ! C’est le choix idéal, celui qui conduit effectivement au développement de la Nation que le parti présidé par Léhady Soglo a fait. En effet, point n’est besoin de faire les grandes écoles de politique pour comprendre les signaux forts que les électeurs ont lancés lors des deux dernières élections. La répétition étant pédagogique, les Béninois à travers l’expression de leurs suffrages, ont démontré leur soif au développement et non à la politique politicienne. Tout parti qui se soucie du mieux-être de la Nation doit savoir lire ces messages et réviser au besoin son radicalisme. C’est ce que semble fait la Renaissance du Bénin. Cette formation politique a pris ses responsabilités en acceptant la main tendue du chef de l’Etat. Elle entend jouer sa partition dans la reconstruction nationale. En refusant de faire de l’opposition pour l’opposition lors de la mise en place du bureau de l’Assemblée nationale, les députés de ce parti ont donné la preuve qu’après les élections du 13 mars et du 30 avril dernier, ils ont fait une analyse et une lecture judicieuse de la situation politique nationale.  D’où le choix du dialogue en lieu et place de la politique de la chaise vide qui n’est jamais profitable à ceux qui la pratiquent. Ne dit-on pas souvent que « Les absents ont tort » ?

Quel tort la Rb a-t-elle fait de tirer leçons du passé pour construire l’avenir ?  Est-ce un crime de lèse-majesté d’avoir tiré des enseignements de la  démission des représentants Un de la Cps-Lépi ? En tout cas, la  Renaissance du Bénin, en préférant le dialogue au jusqu’au-boutisme, en se mettant en marge de la politique va-t-en-guerre à laquelle on la convie en début de législature, a fait œuvre utile. Plutôt que d’être traitée comme traître doit servir d’exemple aux autres forces politiques de l’Union fait la Nation. Ces derniers feraient également œuvre utile en comprenant que le développement ne rime pas avec les rivalités et les querelles de clochers entre chapelles politiques.

Vivien MITCHAÏ

Publié dans Politique

Commenter cet article